Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Promenade tranquille par une journée sans émois [ft. Diana von Böras]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ Aymeric von Böras

«»


Messages : 17
Date d'inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Promenade tranquille par une journée sans émois [ft. Diana von Böras]   Mer 5 Sep - 14:57

C'est la frivolité et le goût de la fête qui avait emmené Aymeric à Versailles. Cependant, il se rendait compte à présent à quel point il avait négligé les splendeurs qu'on pouvait admirer dans ce palais. La royauté française avait certainement beaucoup de goût! Les fleurs qui l'entouraient étaient toutes plus superbes les unes que les autres, les arbustes étaient d'un vert plein de santé et ils étaient coupés à la perfection, pas une seule branche ne dépassait de la forme que leur avaient donné les jardiniers. Le pouvoir se faisait aussi sentir dans les jardins de Versailles, car il n'y avait d'imperfections nul part et les jardins, pourtant immenses, semblaient contrôlés à la feuille près. Le Suédois se demanda devant ce spectacle combien de jardiniers il fallait pour arriver à entretenir un terrain aussi immense...

Aymeric tourna alors les yeux vers Diana, la découvrant aussi émerveillée que lui. Le jeune homme lui sourit et lui offrit son bras pour qu'elle y glisse le sien.

-Alors, chère sœur, comment trouvez-vous ces jardins? Certainement pas à la hauteur de ceux que l'on retrouve en Suède, n'est-ce pas?, fit-il avec un sourire dans la voix.

Le Suédois tourna son regard devant lui et passa sa main libre dans ses cheveux, un sourire illuminant son visage.

-Eh bien, même si la température aurait pu être un peu plus de notre côté, ces jardins m'impressionnent grandement!

Car, en effet, le temps était plutôt maussade. Le soleil peinait à éclairer le paysage de quelques rayons courageux et les nuages forçaient à peine pour remplir le tout d'une ombre présageant la pluie. Pourtant, ces derniers jours, il avait fait plutôt beau, même qu'Aymeric avait été impressionné par la chaleur qui régnait, alors qu'en Suède, il était plus habitué à des temps froids. Mais cela devait être plutôt exceptionnel en France puisque partout où il croisait des courtisans parlant tranquillement, il surprenait des bouts de conversations qui s'extasiait devant la chaleur qui emplissait Versailles et Paris, par le fait même.

-Alors, Diana, après la vue de ces jardins, il n'y a pas grand chose qui pourrait vous combler. Mais que diriez-vous que je demandes à Malek de nous emmener voir un spectacle? Peut-être une pièce de théâtre, ou un opéra, comme vous le souhaitez.


[Désolé pour la piètre qualité de mon post, mais je n'avais pas trop d'imagination et j'avais peur que tu ne commences à t'impatienter!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Diana von Böras

«»


Messages : 51
Date d'inscription : 15/04/2012

MessageSujet: Re: Promenade tranquille par une journée sans émois [ft. Diana von Böras]   Mer 24 Oct - 1:26




Diana & Aymeric
« On n'est jamais plus chez soit qu'avec ceux qu'on aime... »

Partir. Tout abandonner, pour tout recommencer, ou presque, loin, très loin de tout ce que l’on avait connu jusqu’alors. Quitter ses amis pour gagner le cœur d’une cour étrangère et dont ont ignorait presque tout, mais dont ont connaissait au moins la langue. Par amour pour son frère, c’était ce que la belle Diana von Böras avait fait, abandonnant sa chère Suède natale, pourtant très précieuse à son cœur, pour courir le retrouver au resplendissant royaume de France qui inondait l’Europe de sa lumière depuis de nombreuses décennies. De fait, touché, celui-ci semblait être encore plus enclin que d’ordinaire à satisfaire les désirs de sa cadette. C’est ainsi qu’ils se retrouvaient tout deux dans les jardins du luxueux palais royal, dans lequel la ravissante blonde avait souhaité faire une petite promenade.

L’homme souriait en donnant le bras à Diana qui le lui rendait en avançant à son bras, entre les roses et les camélias, dont le parfum ne manquait pas d’emplir l’air pour le plus grand plaisir de la suédoise. Le regard bleu de la duchesse se posait sur chaque plante, chaque fleur, chaque pétale qu’elle voyait, attendrit et émerveillée par l’aspect des lieux. Versailles était vraiment un lieu de faste et de plaisir, qui ravissait les yeux et les esprits. Diana comprenait fort bien, maintenant qu’elle voyait de ses propres yeux, pourquoi son frère l’avait abandonné afin de courir en France. Alors que justement, Aymeric lui parlait, la questionnant, la jeune femme ne se donna même pas le temps de réfléchir.

«- En effet nous n’avons, à ma connaissance, rien de semblable en Suède et les jardins de Charles ne sont sûrement pas aussi beaux que ceux-là. Je les trouve magnifique et je dirai que c’est très reposant. Je ne sais pas si ont trouverait pareil lieu, pareille tranquillité par chez nous, je dois bien l’admettre. C’est d’un calme ! Et d’une beauté surtout ! Je comprends mieux, maintenant, les raisons qui vous ont poussés, mon frère, à m’abandonner chez nous pour courir retrouver cette France qui semble si chère à votre cœur, comme notre Suède natale l’est au mien. Mais j’espère un jour savoir aimer la France autant que vous-même.»

De petits bruits s’élevèrent sur leur droite, faisant allégrement rosir les jours de la jeune suédoise qui manqua de s’étrangler tout à coup. Celle-ci n’osait croire qu’un couple s’adonnait réellement à de tels ébats aux vues et aux sues de tous, quand le soleil était encore aussi haut dans le ciel. Tournant le regard vers son frère, la demoiselle se boucha les oreilles en adoptant un petit regard, sinon apeuré, au moins indigné. Comment pouvait-on réellement s’allonger dans l’herbe et ôter ses jupons ? Ne craignaient-ils donc pas d’être surpris, les pauvres fous ? Qu’elle femme signe de ce nom accepterait d’être traité de la sorte ? Diana l’ignorait. Mais après tout, on l’avait déjà avertit que les mœurs françaises différaient bien de l’éducation stricte et princière qui lui avait été dispensé en vu de ses potentielles épousailles avec Charles.

«- Que faire Aymeric ? Ce bruit m’indispose réellement, comprenez mon embarra je… n’ai nullement l’habitude de mœurs pareilles et… ma pudeur est quelque peu affectée par ces manières qui ne me semblent pas très dignes d’honnêtes gens. Calmez les battements de mon cœur cher frère et dîtes moi que jamais vous ne vous êtes comporté d’une façon aussi grossière et dépourvue de bienséance…»


fiche par century sex.



Désolé pour le temps de réponse, elle était sur brouillon, j'étais persuadée de l'avoir retapée X_x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Promenade tranquille par une journée sans émois [ft. Diana von Böras]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» “Une journée sans rire, est une journée perdue !” - Maddie
» Une journée sans soleil, c'est triste ♪ [Asilys Eirwen ~]
» Ces journées sans toi sont comme un ciel sans étoile, vides. [Plume & Joji Baka][END]
» Promenade tranquille. ( Libre )
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Versailles :: L'extérieur  :: ♦Les Jardins et Bosquets-