Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ Marie T de Sardaigne

«♣ The Most Happy ♣»


Messages : 435
Date d'inscription : 04/06/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: princesse , duchesse d'artois
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Ven 3 Aoû - 12:14


Un homme ,un homme pensa la comtesse en ouvrant les yeux ce matin . Depuis quelque temps , Charles ne venait plus visiter sa couche au profit de celle de ses maitresses , laissant alors la jeune Marie en proie à de violent désirs inassouvis . Ce n’était pas qu’elle était obsédée par le corps masculin , seulement elle cherchant simplement de l’amour pendant quelque temps . Elle avait déjà regardé les gardes mais n’avait pas succombé préférant appeler une chambrière la nuit pour la réconforter à l’aide de douce caresses mais insuffisante . Elle préféra ne plus y pensé ainsi qu’a sa mésaventure avec Henri Cloirec et sortit une fois prête .

Marie-Thérèse avait passé la plus grande une grande partie de la matinée à jouer du Clavecin. L’instrument avait été placé à sa demande dans ses appartements de Versailles . Dans ce monde ou il lui était presqu’impossible de sortir dans les rues, à cause de son titre, elle avait du trouver des moyens pour se divertir. La musique comme divertissement s’était imposée d’elle-même. En effet, la jeune femme maitrisait parfaitement l’instrument et chacune de ses mélodies étaient un charme à entendre. Le soleil allait bientôt atteindre le zénith dans le ciel, quand Dieu vient la troubler dans son esprit . Le seigneur connaissait le destin de chaque hommes . LE sien était t’il d’etre humilié et trompé ? Non , elle ne le supportait pas . Elle avait déjà accompli son devoir en ayant donné deux enfants au comte et souhaitait vivre pour elle-même a présent .

La jeune femme eu l’idée de se rendre à la bibliothèque , lieu calme où les méchancetés de la cour ne rentraient pas . Elle y serait en sécurité , seule et enfin tranquille loin de cette vie de représentation . Avant de descendre aller chercher quelque chose, elle passa à se rafraichir devant son miroir. Marie-Thérèse replaça quelques mèches rebelles qui étaient sorties de son haut chignon. Elle resserra les cordes de son corset et replaça les plis de sa robe turquoise. Depuis que son garde lui avait dit qu’elle était belle , Marie se regardait autrement . Elle imaginait pouvoir plaire , rêvant ainsi de ne plus etre princesse mais simplement une femme libre comme l’air .
Une fois prête, elle passa aux cuisines. Elle prit quelques croutons de pain, du beurre et quelques fromages. Elle ajouta de l’eau bouillante dans la théière qui était sur la table, ajouta ensuite quelques sachet de thé et plaça deux tasses sur son cabaret. Une fois tout en place, elle monta à la bibliothèque. L’endroit était calme et presque désert. Elle se dirigea vers le bureau ou elle avait l’habitude de s’installer pour écrire. Elle frappa du mieux qu’elle pu à la porte et poussa la porte. Marie s’approcha timidement avant de poser son plateau la comtesse prit sa tasse et prit une petite gorgé de son thé, en se méfiant de la température du liquide. Marie-Thérèse baissa la tête, regardant sa tasse. Il était certain qu’il devait être très difficile de voir la personne qu’on aime dans les bras d’un autre . Mais aimait t’elle Charles ? La question était celle la . Ses étreintes , ses caresses trop de fois identique à celle de ses maitresses , commençait à l’insupportait . D’ailleurs , elle ressentait du dégout envers lui . Toutefois , elle ne pouvait pas faire annuler son mariage , au risque d’etre répudié et de faire perdre à son fils son droit au trône . Le faire disparaitre ? Elle en parlerai à sa dame de compagnie italienne mais trouvait cette issus trop fatal .


-Je ne dois plus pensée à lui , j’ai seulement dix huit ans !
cria t’elle dans la pièce .Aujourd’hui , on pourrait dire que Marie « péter un câble » ou faisait pas crise d’adolescence , ne supportant pas le poids de l’église , de l’étiquette , tous en quelque sorte ! A cet instant , elle s’observa dans le miroir , vérifiant qu’elle était seule . Dés lors , elle s’observa n’hésitant pas à déserter son corsage puis à sortir de ses jupons , ses jambes , tout en souriant voir en miaulant .

-Charles va payer
dit t’elle alors que la poignée de la porte commençait à se tourner .

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Ven 3 Aoû - 18:08

Les couloirs sans vie de Versailles commençaient à ennuyer un peu le duc. C'est qu'il était si habitué de vivre continuellement dans un lieu ou les fêtes et les intrigues se chevauchaient sans répit. S'il voulait être fidèle à ses habitudes, Malek aurait quitté depuis un bon moment Versailles pour aller vers une Cour un peu plus vivante... Pourquoi pas celle d'Angleterre? L'action ne semblait pas y manquer là-bas. Pourtant, le Suédois s'était attaché à Versailles. Pour aussi longtemps qu'il se souvienne, Malek n'avait jamais vraiment sentit un sentiment d'appartenance pour un lieu. Il n'avait même pas de difficultés à quitter sa Suède natale. Mais l'homme ne se sentait pas d'attaque pour commencer à se poser des questions existentielles sur les raisons de son refus d'abandonner Versailles.

Malek se dirigeait plutôt vers les appartements de son amie, Marie-Thérèse. Il se disait que si quelqu'un pouvait briser la monotonie de ses jours, c'était bien elle! Le Suédois avait donc quitter ses propres appartements pour se diriger vers ceux de la comtesse, d'un pas fringuant. Il remarqua que son charme n'avait pas du se perdre dans le néant malgré son ennuie, puisque Malek percevait quelques rires et sourires féminins sur son passage. Cela le mena, bien contre lui-même, à penser à Yolande. Le Suédois commençait à penser que celle-ci l'avait peut-être oublié, ou remplacé par un autre homme. Remarquez que c'est probablement ce que lui-même aurait fait avec n'importe quelle autre femme si ça n'avait été de son grand attachement pour Yolande. Le Suédois venait à peine d'admettre qu'il avait enfin de vrais sentiments pour une femme que celle-ci semblait le rejeter. En effet, il ne l'avait pas croiser depuis bien longtemps dans les soupers ou dans les couloirs. Elle semblait s'être transformée en fantôme... Ou bien elle l'évitait.

Malek avait le goût de s'infliger une gifle à lui-même. Mais pourquoi toutes ses pensées étaient toujours tracassées par cette femme? Pourquoi s'était-il laissé avoir ainsi? Lui qui n'avait jamais ouvert son cœur à personne, le gardant comme une forteresse. Il aurait dû le défendre encore une fois... S'attacher n'apportait jamais rien de bon.

Le duc fut surprit lorsqu'il réalisa qu'il se trouvait déjà devant les appartements de sa bonne amie. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait déjà fait tout le trajet. Le garde qui se trouvait devant les appartements de Marie-Thérèse le connaissait bien, puisque Malek s'y rendait souvent. L'homme devait même penser qu'il se passait quelque chose entre les deux. Le Suédois espérait quasiment que la rumeur se rende jusqu'aux oreilles du prince Charles, histoire de lui rendre la vie difficile. C'est qu'il s'était installée entre les deux hommes une haine qui ne pouvait disparaître. Malek détestait Charles pour la façon dont il traitait Marie-Thérèse, une épouse pourtant parfaite en tout point et totalement irréprochable. Et Charles haïssait Malek pour la proximité de celui-ci avec son épouse... Et peut-être un peu le côté arrogant de Malek aussi.

Le garde qui était devant les appartements de son amie lui dit alors qu'elle était déjà partie. Le Suédois grommela, déçu d'avoir fait ce chemin pour rien, puis remercia le garde. Mais pouvait-elle bien être? Malek pensa alors à l'endroit où il savait que Marie-Thérèse aimait bien écrire. Le Suédois se remit donc à marcher vers les salons et lorsqu'il fût rendu, il ne pensa même pas à cogner. Malek ouvrit donc la porte tout de suite, un sourire sur le visage... Qui se figea en voyant la comtesse aussi nue qu'Ève.

-Euh..., fût la première réaction de Malek. Son cerveau était tombé en état de veille et ses yeux ne pouvait se détacher du corps de la comtesse. Puis, il reprit enfin ses esprits et détourna le regard en détacha le pourpoint qu'il avait par-dessus sa chemise et en le lançant vers Marie-Thérèse.

-Mon dieu, pardonnez-moi, j'aurais dû cogner, avertir ma présence. J’ignore où j'avais la tête!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Marie T de Sardaigne

«♣ The Most Happy ♣»


Messages : 435
Date d'inscription : 04/06/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: princesse , duchesse d'artois
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Ven 3 Aoû - 20:41

Malgré ses deux grossesses et quelques vergetures qu’elle cachait délicatement , Marie sourit , se trouvant plus que jamais épanouie physiquement voir plus désirable qu’avant . Des hanches lui étaient venus lui permettant d’arborer des robes plus audacieuses au grand dam de son époux . D’ailleurs , elle ne savait pas où il était passée et ne s’en préoccupait pas . Elle avait décidé de ne plus accès sa vie autour de lui , ni de songer à sa personne . Qu’il aille voir ailleurs , elle se sentait prête à le faire elle-même . Dieu comprendrait bien sa douleur lorsqu’il venait la nuit ! Un homme qui vous fait horreur ! Puis avec quelque pièce , son aumônier pourrait certainement l’absoudre de ses pêchers . Elle irait prier sur les saintes reliques de la sainte chapelle à Paris , si il le fallait .

Sa mère lui avait écrit pour lui conseiller la patience et le dévouement mais qu’importe !Elle aurait pu se donner entière à Charles , se consacré entièrement à lui mais il avait refusé préférant ses catins qu’on aime comme les poupées de chiffon avec laquelle jouait la fille de la comtesse . D’autant plus que l’idée de donner naissance à un enfant de l’amour , jouissant du nom de bourbon lui ferait plaisir . Elle adorait sa progéniture mais celui là , ne serait véritablement qu’a elle .La comtesse rit seule devant le miroir . En effet , le roi étant à Fontainebleau avec bon nombre des courtisans , vivre d’amour et d’eau fraiche cet été serait facile ! Marie soupira doucement ne pouvant s’imaginer bien qu’elle en mourrait d’envie dans les bras d’un autre que son époux . Quelqu’un qui l’aimerait pour elle-même . Que d’orgueilleux et de narcissisme de ne songer qu’a sa propre vie . Toutefois , c’était un sentiment si agréable


Une question était essentiel : Avec qui ? Un garde .. comme Henri non il n’était pas assez bien né , ne servant que d’occasion . Un noble ? Il serait capable de la dénoncer . Un nom vient à son esprit , non pas celui , là . Il était son seul véritable ami à Versailles et la comtesse ne voulait pas le perdre pour quelque histoire de pulsion . Tout de même , il était si beau . Non non , enlève toi cela de ta tête Marie . Elle n’osait pas le prononcer : Malek . Comment cet étranger comme elle , avait réussis à devenir si proche de sa personne , allant jusqu'à la défendre devant son époux qui rêver de lui tordre le coup . Ils étaient si complémentaire . Oui , on pouvait le dire , il était le rayon de soleil de Marie . Celle-ci adorait ses visites , en profitant pour rire tel une petite sœur avec son frère . Il venait presque quotidiennement la voir pour son plus grand plaisir .

Un rayon de soleil traversa la pièce , allant jusqu'à se nicher dans le creux du dos de la jeune femme , la réchauffant . Son ombre grandit par terre , lui permettant de rêver de s’échapper de cette prison dorée .Elle se entait prisonnière , habitante d’une cage régit par des règles fixes ,stricts . Jamais seule , jamais tranquille ! Elle n’avait pas voulu de cette vie . Pourtant , à l’annonce de ses fiançailles , elle fut rassuré à l’idée d’épouser un jeune homme , et non un aux tempes grisonnantes , dans la plus belle cour du monde . Qui plus est avec une sœur y vivant déjà . Toutefois dés la cérémonie d’union des failles avaient était annoncé

-Trop de gâteau de Savoie avait murmuré la demoiselle de Condé , l’amour de Charles , évincé au profit d’une dote plus avantageuse .Elle eut voulu éclipser cette femme , captiver son époux mais du se contenter d’étreintes brutales destiné à donner des héritiers au Bourbons , sans pleurer ni parler .

Que de mauvais souvenirs pensa t’elle ! Néanmoins , grâce aux avis de Malek , elle ne se résignait plus sur son sort . Cela allait changer pour de bon . Elle commençait à réunir des gens autour d’elle , écartant un peu plus les dévots qui voyait en sa personne , une alliée de taille . Il est vrai que le rôle d’épouse vertueuse était à prendre dans la famille royale en raison des rumeurs sur la reine , et de sa sœur !
Les livres lui avaient toujours permit de s’échapper de son monde . De plus elle aimait leurs compagnie silencieuse songea Marie en rabattant ses cheveux sur le devant de son corps . Ses turpitudes , lui prenait tant de temps , qu’elle ne vit pas l’heure alors que son ami le duc allait pourtant venir . Elle n’entendait pas les pas venir , allant jusqu'à embrasser son reflet pour rire délicatement .


C’est à cet instant que la porte s’ouvrit , laissant entrer le fameux duc suédois . Marie cligna des yeux pour voir si il s’agissait bien d’une réalité . Elle le regarda dans les yeux , interloquée mais à la fois heureuse voir stupéfaite qu’elle ai pu se mettre dans une telle situation . Ce n’est que lorsque son interlocuteur prononça un magnifique « euh » , qu’elle comprit la vraisemblance du moment . Alors loin d’agir tel une courtisane aguerrit , elle se rua sur sa robe . Malheureusement , un de ses petits pieds se prit dedans , la faisant tomber à la renverse .

Mon dieu, pardonnez-moi, j'aurais dû cogner, avertir ma présence. J’ignore où j'avais la tête!


Marie se mit à rire par terre , faisant ressortir dès lors son coté enfantin
.
-Oh non surtout pas ! Vous ne pouviez pas savoir ceux que je faisais … Toutefois , je vous pris de ne jamais cogner Malek car grâce à vous , je viens de vivre l’un des meilleurs moment de ma vie dit t’elle doucement afin de ne pas rire de nouveau .

Délicatement , la comtesse se redressa , se servant de sa tenue pour cacher sa nudité . C’est alors qu’elle ajouta .
-Je n’ai plus de secrets pour vous mon ami !
Elle alla derrière un meuble , qui eu pour fonction de part-avant
-Je dois avouer que cela me fait bien plaisir ainsi que rire . J’espère ne pas vous avoir choquer et surtout que vous ne déserterez pas mes appartements à la suite de cet heureux incident

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Sam 4 Aoû - 4:08

Alors même que Malek s'apprêtait à lancer son pourpoint vers Marie-Thérèse, celle-ci se servit de sa robe pour se couvrir. Le Suédois ressentit alors un mélange d'émotions qu'il tentait de se cacher : il était à la fois soulagé pour son amie qu'elle soit enfin couverte et... Un peu déçu tout de même, car il ne pouvait nier que Marie-Thérèse avait un corps tout à fait désirable. Mais il n'eut pas le temps d'analyser la situation plus longtemps, puisqu'en voulant aller chercher sa robe, la comtesse tomba au sol. Malek fit un geste pour l'aider à se relever, mais se rappela soudain qu'elle était nue et il arrêta donc son geste en plein milieu, l'air de ne pas savoir ou se placer. C'est alors que Marie-Thérèse éclata de rire et le Suédois réalisa la drôlerie de la situation et il fit de même, ce qui détendit l'atmosphère.

-Oh non surtout pas ! Vous ne pouviez pas savoir ceux que je faisais … Toutefois , je vous pris de ne jamais cogner Malek car grâce à vous , je viens de vivre l’un des meilleurs moment de ma vie!, dit Marie-Thérèse.

Malek ria aux propos de sa chère comtesse et répliqua :

-Moi de même, ma chère, je crois que je me rappellerai de ce moment toute ma vie! Je crois que je ne me suis jamais fait aussi prendre au dépourvu! Et vous qui étiez une sainte avant que je vous connaisse, mais qu'ais-je fait?, fit Malek, avec un mine faussement désespérée.

Marie-Thérèse se releva alors et Malek eut encore un geste pour l'aider à se relever, mais il se retint. Savoir que la comtesse était nue derrière cette robe le troublait plus qu'il ne voulait se l'avouer. Se tenir à distance était une sage décision, chose qu'il ne faisait pas souvent dans sa vie.

-Non, en effet, je crois qu'en comptant votre nouveau goût à la vie et votre humour adorable, j'en connais définitivement plus sur vous que votre mari en sait!, badina Malek, et d'ailleurs, j'aimerais bien voir la tête qu'il ferait s'il venait à apprendre ce qui est arrivé! La crise de nerf ou ma propre mort serait certainement au rendez-vous... Du moins dans sa tête, car je crois bien que je saurai me défendre.

Marie-Thérèse se dirigea alors derrière un meuble pour mieux se cacher et Malek se sentit alors tout de suite plus à l'aise.

-Ne vous inquiétez pas, je ne compte partir nul part. Après tout, j'ai fait pas mal de chemin pour vous retrouver! Je croyais que vous étiez dans vos appartements... Une chance que j'ai pensé à cet endroit!, dit le duc.

Et il pensa, pensa, mais n'arriva pas à se rappeler la raison pour laquelle il voulait tant parler à son amie. Car, il y avait eu une raison, bien sûr, mais l'incident l'avait complètement éclipsé. Le Suédois fit un effort de concentration et se souvint que c'était ses inquiétudes à propos de Yolande qui l'avait mené jusqu'ici. Malek se sentit alors comme s'il avait trahi Yolande. C'était bien la première fois de sa vie qu'il se sentait ainsi, lui qui n'avait jamais eu aucun problème à tromper ses compagnes. Et d'ailleurs, il n'avait même pas trompé la duchesse, il avait juste apprécié de voir Marie-Thérèse dénudée... Il est vrai que celle-ci très désirable comme femme, mais jamais Malek ne l'avait imaginé comme une amante, il avait beaucoup trop de respect pour elle pour cela. Et Yolande était entré si rapidement et avec une telle force dans sa vie...

La tempête de pensées que le Suédois vivait en ce moment ne se voyait évidemment pas à l'extérieur, lui qui avait toujours eu la capacité de cacher aisément ses émotions et Malek en était content, puisque cela aurait engendré des questions de la comtesse auxquelles il n'aurait pas pu répondre. Le Suédois décida donc de continuer sur le ton de la plaisanterie :

- Voulez-vous que je me retourne pendant que vous vous habillez? Quoique cela est maintenant plutôt inutile puisque j'ai déjà eu l'occasion de vous admirer, dit Malek, avec un sourire moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Marie T de Sardaigne

«♣ The Most Happy ♣»


Messages : 435
Date d'inscription : 04/06/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: princesse , duchesse d'artois
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Sam 4 Aoû - 13:05

Après avoir observé son interlocuteur qui avait eu l’élan , galant j’en conviens , d’essayer de sauver la jeune femme , celui-ci s’arrêta , ceux qui amusa la comtesse . Cela était si rare de se retrouver dans pareil situation .Un rire sympathique , comme il en était le seul capable , permit de vérifier qu’il n’était furax d’avoir assisté à un tel « spectacle »


-Moi de même, ma chère, je crois que je me rappellerai de ce moment toute ma vie! Je crois que je ne me suis jamais fait aussi prendre au dépourvu! Et vous qui étiez une sainte avant que je vous connaisse, mais qu'ais-je fait?


Marie était ainsi rhabillé et ne pouvait cesser de rougir d’amusement et à la fois de plaisir . Mon dieu que cette situation était drôle ! La comtesse essayait de se retenir de rire , comme l’exigeait sa position de fille de France sans toute fois y réussir . Se mettre des fards , eu était inutile tant le rouge lui était montée au joue , lui revenant l’aspect qu’elle avait autrefois enfant lorsqu’elle faisait des bêtises dans le dos des ses gouvernantes . Le temps béni de l’enfance est véritablement , les seules années d’insouciance qu’elle avait pu avoir dans sa vie. Sans se soucier de plaire à quiconque . Vivre pour elle-même , voila une maxime qui plaisait bien à la savoyarde . Toutefois , elle reprit pied dans la réalité lorsqu’elle comprit l’état de sa tenue indigne de son rang . Cela l’a fit encore plus rire et , elle espérait bien que Malek , ne se trouverait pas indisposé par ceci , lui qui était si vrai avec elle . Jamais , ils ne s’étaient mentis , pour le plus grand bonheur de Marie . Si la reine avait madame de Lamballe pour confidente , elle avait le suédois . En effet , bien qu’elle appréciée écrire à sa famille , qui sait ceux que Charles était capable de faire . Pour la garder sous sa coupe , encore plus longtemps , il eut était capable de l’enfermer dans un couvent . Ce n’était pas qu’il l’aimait , ni la trouvait à son gout , simplement , il n’acceptait pas le soudain changement de Marie depuis sa rencontre avec le jeune duc en face d’elle à l’heure actuelle . D’ailleurs , si son époux eu vu la situation , il l’aurait sur le champ punie de quelque manières dont seul son esprit en est capable .

Elle sourit de nouveau à ses propos , assez fière en fait de son action , bien qu’improvisé . Il est vrai qu’elle prenait plaisir à imaginer laisser un souvenir dans l’esprit de son acolyte . Doucement , elle se relevait , essayant de s’arranger . Les cerceaux de sa tenue étaient au sol en raison de la chute , ainsi que sa coiffure qui n’avait pas survécu . Il était rare de la voir si peu parée , ses cheveux châtains dans le dos . Lentement , elle décida de sortir de sa cachette , le cœur battant comme une jeune femme avant son mariage .
Elle vit alors le visage de Malek et regrettait tant de ne pas etre suédoise , simple comtesse pouvant passer le reste de ses jours en sa compagnie au lieu de l’odieux Charles . Marie porta un doigt à sa bouche avant de tenter de remettre de l’ordre dans sa chevelure


-Je suis heureuse alors que vous ne m’oubliez jamais mon cher ami ainsi que d’avoir réussi un effet de surprise ! Je devrais recommencer cela afin de mettre un peu plus d’action voir de piment dans ma vie si monotone .

Trainant ses pieds , elle continuait d’avancer vers lui :
-Quand à la sainte , je crois que vous avez tuer si je puis dire pour laisser apparaitre la véritable Marie susurra t’elle .

Elle s’amusa de la distance qu’il essayait de mettre entre eux deux , ne sachant si c’était simplement du respect ou autre chose . Toutefois , son humeur était fort gaie et taquine , elle décida de continuer de se pas languissant vers lui .

-Non, en effet, je crois qu'en comptant votre nouveau goût à la vie et votre humour adorable, j'en connais définitivement plus sur vous que votre mari en sait!, badina Malek, et d'ailleurs, j'aimerais bien voir la tête qu'il ferait s'il venait à apprendre ce qui est arrivé! La crise de nerf ou ma propre mort serait certainement au rendez-vous... Du moins dans sa tête, car je crois bien que je saurai me défendre.

Marie sourit encore et encore à ses mots . C’est exactement ceux qu’elle avait pensé il y’a seulement quelque minutes . Langoureusement , elle marcher non pour essayer de séduire en quelque manière Malek , quoique cette idée eu pu lui plaire , mais surtout pour voir sa réaction . Il est vrai qu’en matière de charme et d’amour , la jeune femme avait bien de chose à apprendre . Cet « exercice « si l’on peut le nommer ainsi , avait pour bénéfice de lui faire prendre encore plus confiance en elle . A quelque centimètre de lui , elle pencha sa tête , minaudant divers mots dans le but de lui répondre .


-Je ne sais si je dois me réjouir de cette connaissance ou déploré qu’elle ne reflète simplement , la vérité sur mon union . Pourquoi ne suis-je donc pas une simple dame
murmura t’elle pleine de regret avant de poser une main sur le torse de son ami
-Ce freluquet serait en train de pleurer , d’hurler et ne possède pas le moindre de vos muscles croyez moi . Son seul aphrodisiaque sur les femmes est sa si haute et vertueuse naissance dit t’elle en mimant Charles .
Se rapprochant plus encore de l’homme , Marie réussit à se hisser sur la pointe des pieds afin de dire dans un petit souffle

Si seulement , je pouvais être veuve ….

Elle flancha pour atteindre , fort heureusement , la chaise d’un bureau où reposait le fameux thé , bien moins émoustillant que du champagne . L’italienne , rassembla le semblent de robe qui lui restait . A cet occasion , elle remarqua le confort que procurait le non port de corset ou de cerceaux sur les robes . Enfin , elle pouvait véritablement respirer

-Ne vous inquiétez pas, je ne compte partir nul part. Après tout, j'ai fait pas mal de chemin pour vous retrouver! Je croyais que vous étiez dans vos appartements... Une chance que j'ai pensé à cet endroit!,


Son visage se fronça parce qu’elle tentait un effort suprême . Sortant d’un de ses pans de robe , un petit pied , elle essayait d’attraper un petit macaron à l’opposé de la table .Oubliant toutes les convenances , elle parvient à son but ! C’est alors , qu’elle s’applaudit , elle-même !

-C’est parce que vous me connaissez si bien et qu’il s’agit de mon reperd secret s’amusa t’elle à dire lorsque le petit gâteau parvenait enfin dans sa petite bouche . Une sensation de bien etre envahit tous son corps sous l’effet du gout sucré de la friandise . Son regard se concentra de nouveau sur l’homme en face d’elle , qui semblait dans ses pensées . Le visage de MT s’assombrit . Oh elle devait etre ennuyeuse …. . . Cette idée créa une expression pleine de tristesse mais si irrésistible .Portant sa main à sa bouche , elle allait lui demander ceux qui pouvait le tourmenté et la raison de sa venue . Néanmoins , elle fut pris de cours par ce dernier


- Voulez-vous que je me retourne pendant que vous vous habillez? Quoique cela est maintenant plutôt inutile puisque j'ai déjà eu l'occasion de vous admirer, dit Malek, avec un sourire moqueur.[/b
]

Elle lui fit signe de s’approcher de sa personne afin de prendre place juste à coté d’elle . Elle le regard d’un air cajoleur , sachant qu’aucun de ses frères n’avaient résistés à cela bien longtemps . L’italienne s’assurait ainsi que son désir serait exaucé . Toutefois , elle sourit intérieurement au mot « admirer « . Cela confirmé les dires de son garde monsieur Cloirec à savoir la possibilité qu’elle avait de charmer les hommes .
[b]
-Non ce n’est plus obligatoire puisque tous à était vu .Je pense que la tenue d’Eve est l’une des plus belle parures .


Se levant , elle s’inclina devant lui
-Votre compliment me vas droit au cœur ajouta t’elle en portant sa main vers cet organe si essentiel dans la vie d’un etre humain avant d’éclater de rire , poursuivant la farce en rajoutant d’un air comique
-Noté que ce n’est pas égal parce que moi je nous vous ai pas vu !


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Sam 4 Aoû - 15:35

Le plaisir et les rires donnaient du rouge aux joues de Marie-Thérèse, la rendant irrésistible. Malek souriait en regardant Marie essayer de s'arranger tant bien que mal. Le duc se posa alors une question qu'il s'était posé à de nombreuses reprises dans sa vie d'homme volage : pourquoi les femmes s'évertuaient-elles à toujours porter autant d'apparats et de jolies coiffures? Cela leurs faisait gaspiller un temps fou et elles étaient tellement plus jolies sans tout ces froufrous et ces coiffures trop hautes. Mais bon, c'était son humble avis d'homme ne connaissant pas grand chose à la mode après tout... Lui qui s'habillait encore à la mode de Suède et gardant toujours les cheveux courts... Il devait faire le sujet de bien des conversations à Versailles.

Marie commença alors à avancer en disant des paroles que Malek avait bien du mal à comprendre. Non pas parce qu'elle ne parlait pas assez fort, non... Mais plutôt parce que la pauvre tête du duc était occupée avec un problème majeur : Marie-Thérèse agissait-elle ainsi pour le séduire d'une quelquonque manière ou ne faisait-elle que s'amuser? Le Suédois se dit qu'elle adorait se divertir de tout, surtout en sa compagnie, et que donc, tout cela ne devait être qu'un jeu. Malek se laissa donc prendre au jeu. Il ne bougea donc pas quand la comtesse s'avança vers lui, la distance en les deux jeunes gens se faisant de plus en plus courte.

Marie posa alors un doigt sur sa poitrine, mais le regard du duc était tourné vers celui de la comtesse. Un sourire apparût sur son visage et le Suédois répliqua :

-Parce que vous n'êtes certainement pas faites pour n'être qu'une simple dame, Marie, sinon vous ne seriez pas la même. Croyez-moi.

La comtesse se hissa alors sur ses petits pieds et lui souffla :

-Si seulement je pouvais être veuve...

Malek garda son sourire et passa un bras autour de la taille de Marie :

-J'ai risqué de me faire couper la tête pour bien moins que cela par votre mari, très chère... Les murs ont des oreilles ici, une certaine Marie-Thérèse m'a déjà avertie à mon entrée à la Cour., murmura Malek.

Marie-Thérèse se laissa alors tombée sur une chaise et entreprit un âpre combat pour atteindre des friandises. Lorsqu'elle réussit, son visage s'éclaira de nouveau, lui donna l'air d'une jeune jouvancelle. Mais cet air ne resta pas bien longtemps sur son visage, car lorsqu'elle tourna son regard vers Malek, son joli minois parût s'assombrir. Malek se dit que ses pensées avaient peut-être apparues sur son propre visage après tout... Lui qui croyait être impassible. Mais l'homme n'eut pas le temps de se tracasser plus longtemps, car Marie lui fit signe de s'asseoir à côté d'elle avec un air tout à fait irristible. Malek lui offrit son plus beau sourire et exauça son désir et s'asseya auprès d'elle.

-Oui, je le crois aussi, aucune parure ne peut égaler celle d'Ève
, fit-il, avec un sourire coquin.

Malek l'a regarda se lever et inclina la tête lorsque Marie le remercia pour son compliment. Puis, elle continua en lui faisait remarquer combien la situation était bien injuste.

-Et bien, ma chère, je crois me rappeler que vous m'avez déjà vu torse nu dans un salon, en compagnie de la reine. Je crois que vous vouliez savoir si je ferais le poids contre votre mari, que je n'avais jamais vu à ce moment. Mais je ne suis pas du genre à me déshabiller promptement devant les gens, moi, fit-il, pour la taquiner. Alors qu'il savait très bien qu'elle était au courant que quasiment la moitié des femmes de Versailles l'avaient déjà vu nu. Bon d'accord, peut-être un peu moins, mais ce n'était qu'à cause de sa relation avec Yolande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Marie T de Sardaigne

«♣ The Most Happy ♣»


Messages : 435
Date d'inscription : 04/06/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: princesse , duchesse d'artois
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Dim 5 Aoû - 22:28

Autant rieuse qu’insouciante , Marie profitait de la situation qui , on doit l’avouer , était fort divertissante ! Depuis quelques temps , elle avait délaisser ses chapelets , missels et autre pour des romans fort amusants . Toutefois , elle faisait toujours lire à ses dames des passages de la bible , qu’elle n’écoutait plus , pour faire bonne impression ainsi que de tenir les dames de compagnie . Si elle-même songez à tromper un époux , qui ne méritait que cela , la comtesse ne souhaitait pas que ses appartements , se transforme en Sodome et Gomor ! .
Quand à elle sentir un peu de chaleur humaine voir d’amour … Cependant , elle du à nouveau écouter le duc , qui lui était si cher à son cœur .


-Parce que vous n'êtes certainement pas faites pour n'être qu'une simple dame, Marie, sinon vous ne seriez pas la même. Croyez-moi.



A ses mots , elle se leva de sa chaise , dans le but de tourner sur elle-même mais son effet sur raté malheureusement pour elle . Bien oui , sans parure , rien de tourner au niveau des jupons , si ce n’est sa propre personne . Légèrement déçu , elle manqua à nouveau de tomber , les pieds se prenant dans les pans de sa robe . Vacillant légèrement , elle en profita pour sourire de nouveau avant de répondre


-Certes mon cher . Toutefois , j’eu étais plus habile ma fois …


S’asseyant de nouveau , croyant cela plus raisonnable , elle songea en se demandant , la raison de son habitude actuelle . En effet , personne n’avait , sauf le duc peut etre , entendu une seule seconde , la comtesse se plaindre sa vie ni tomber ni pleurer ni rire à gorge déployé . La cour régi par l’étiquette imposait à la famille royale , une existence rigide à la manière des poupées . « Nous ne sommes pas des particuliers « disait le grand Louis XIV , qui était l’unique Homme , au sens général , à supporter une telle existence . Le grand père de l’actuelle monarque avait trouvé les maitresses comme échappatoire , l’actuel la serrurerie ! Quant à son époux , il avait hérité de la vitalité des bourbons , le comte de Provence se plongeait dans les affres de l’ambition , sa sœur fréquentait les femmes , et la reine ne vivait que pour la fête .Il ne restait dés lors que la bigoterie pour Marie Thérèse qui ne supportait plus les remontrances de son aumônier ponctué de « fait si » « fait sa « ! STOP


-J'ai risqué de me faire couper la tête pour bien moins que cela par votre mari, très chère... Les murs ont des oreilles ici, une certaine Marie-Thérèse m'a déjà avertie à mon entrée à la Cour.

Son rire si enfantin se fit entendre à la suite de ses mots ! Comme l’humour du suédois pouvait etre drôle ! Il l’extirpait de l’ennui morose qui régnait dans le palais vide . Sans réfléchir à son acte , elle posa sa petite main sur le bras de l’interlocuteur qui se trouvait à ses cotés .

-Je crois bien que je sois l’unique chose bien que j’ai faite ici ! Introduire un homme qui ne se comporte ni comme les français ! Quand aux murs , ne craignez rien , la bibliothèque n’intéresse nul courtisans . Voila pourquoi j’aime cette endroit dit t’elle avant de murmurer tout bas
-Quand même imaginez ! Je ferais ceux qui me plait … comme allez en Suède avec vous !
cria t’elle presque tant cette idée , peut lui faire plaisir


Oh quelle eu aurait aimer pouvoir partir d’ici pour découvrir d’autres pays ! Ses yeux s’illuminèrent à cette idée . Vivre , non il ne faut pas penser de cette manière . Passant sa main dans ses cheveux ; elle se dit que ses enfants puis sa vie de femme devait la guider dans ses choix futurs .Ses yeux se tournèrent , vers ceux de Malek , le fixant presque à cet instant . Elle cherchait à lui dire son projet de ne plus se soucier de Charles mais , peut etre trouverait t’il cela narcissique ou bien fou .

-Oui, je le crois aussi, aucune parure ne peut égaler celle d'Ève

Dans une action impulsive , elle remonta sa robe laissant apparaitre sa fine cuisse pour chercher une parade digne de celle du beau duc . Certes , elle n’allait pas …Ce fut quelque chose d’impossible ; Alors , elle se mordit la lèvre puis déclama

-J’aimerai porter des tenues moins longues ! Catherine de Médicis à inventer la position de l’amazone , juste pour découvrir ses mollets ! C’est astucieux .


Son regard se porta d’ailleurs sur cette partie de l’anatomie de Malek . En effet en Savoie , la beauté d’un homme se mesurait à ses mollets . Ainsi , il aurait fait fureur là bas peut etre même plus qu’en France . Elle sourit , puis se ravisa . Bien oui , il n’aurait jamais eu du temps à lui consacré . Fort heureusement , les choses étaient différentes ici


-Et bien, ma chère, je crois me rappeler que vous m'avez déjà vu torse nu dans un salon, n compagnie de la reine. Je crois que vous vouliez savoir si je ferais le poids contre votre mari, que je n'avais jamais vu à ce moment. Mais je ne suis pas du genre à me déshabiller promptement devant les gens, moi,


Elle rit à son petit « moi » si moqueur voir ironique , piqué au vif elle répliqua

-Moi , je n’exhibe pas , ma musculature , formidable , devant plusieurs dames dans un lieu ouvert . Puis je voulais simplement « tater « la marchandise à se moment là , dit t’elle en regardant de manière excessive son torse avant d’ajouter
-Simplement c’est vous qui êtes venu me trouver …. D’ailleurs voulez vous juste me divertir ou me parler plus sérieusement dit t’elle en reprenant un air plus convenable à la fois drôle et causasse

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Lun 6 Aoû - 3:22

Après ses paroles, Marie se leva pour tournoyer légèrement sur elle-même. Elle parût déçue de sa performance et afficha alors une légère moue boudeuse qui la rendait absolument charmante. Un sourire pointa sur le visage du duc, alors qu'il se disait que Marie semblait bien énergique aujourd'hui, voir heureuse. Le duc avait à quelques fois remarqué une ombre sur le visage de la comtesse, chose qu'elle tentait de cacher à chaque fois sous son rire cristallin et diverses fantaisies. Il savait que cela était probablement à cause de son mari, le prince Charles, mais il ne pouvait pas y faire grand chose, à part tenter de mettre un sourire sur le visage de son amie et de rendre la vie la plus difficile possible à Charles.

Le sourire sur le visage du Suédois s'étira pour découvrir ses dents blanches lorsque la comtesse trébucha légèrement en se prenant les pieds dans sa robe. Cette fois-ci, le duc ne manqua pas son occasion et tendit sa main à Marie pour lui permettre de rétablir son équilibre. Il la garda un moment jusqu'à ce que la comtesse fût assise, saine et sauve.

--Certes mon cher . Toutefois , j’eu étais plus habile ma fois …, dit Marie-Thérèse, en souriant.

Malek répliqua, alors :

-Ah! Ça, peut-être, je vous l'accorde!, dit-il, en riant, mais vous auriez été moins charmante alors.

Le rire enfantin de Marie résonna alors dans la salle après les paroles du duc et sa délicate main se posa sur son bras. La comtesse lança alors qu'elle pourrait aller en Suède avec lui si elle n'avait été qu'une '' simple dame''. Malek sourit et tourna les yeux vers Marie :

-Si votre époux n'était pas si...

La phrase de Malek ne se termina pas, ses pensées étaient ailleurs... Marie était là, à se jouer dans les cheveux, l'air totalement épanouie, bien. Avait-elle finalement réalisée l'effet qu'elle faisait aux hommes? Décidément, Marie s'était métamorphosée ces derniers temps et Malek réalisa qu'elle devenait de plus en plus séduisante.

-Jaloux, peut-être que j'aurais pu vous faire visiter mon pays natal, termina Malek, alors que Marie tournait son regard vers lui.

La conversation tourna alors vers la tenue d'Ève, chose qui rendit la situation encore plus inconfortable pour Malek. Comme si Marie le faisait exprès, elle se mit à se plaindre des tenues trop longues qu'exigeait la mode, en remontant légèrement la sienne, comme pour voir quel effet cela ferait. Puis, la comtesse tourna son regard vers les mollets à Malek et ceux-ci semblèrent lui plaire puisqu'elle sourit et leva les yeux vers lui :

--Moi , je n’exhibe pas , ma musculature , formidable , devant plusieurs dames dans un lieu ouvert . Puis je voulais simplement « tater « la marchandise à se moment là
, dit-elle, en riant.

-Tâter la marchandise? Oui, bien sûr! Vous n'étiez que de petites curieuses de savoir ce qui se cachait derrière ma chemise! La cour de Versailles n'est pas bien différentes des autres cours en ce point, très chère, vous ne pourrez pas m'apprendre bien des choses là-dessus!, fit le duc, en riant également.

Marie baissa alors le regard pour le remonter ensuite et croiser celui de Malek :

--Simplement c’est vous qui êtes venu me trouver …. D’ailleurs voulez vous juste me divertir ou me parler plus sérieusement?, demanda la comtesse.

Malek détourna le regard pour fixer un point vague devant lui. L'atmosphère avait été divertissante et plaisante, il ne voulait pas tout gâcher en racontant ses tracas à Marie... En plus, maintenant qu'il était en sa compagnie, il se sentait bien idiot de s'être autant tracassé pour Yolande. Après tout, ne s'étaient-ils pas dit tout les deux qu'ils étaient volages et sans attaches? Oui, peut-être, mais Malek avait tout de même un cœur, et Yolande risquait d'en emporter une partie avec elle en se montrant si distante. Le regard du duc se fit sombre et bien qu'il tenta de se donner une mine un peu plus joyeuse, ce fut un bien piètre effort.

-C'est Yolande... Je, j'ai agis en véritablement crétin, Marie. Vous me connaissez, je ne me suis jamais vraiment attaché dans des relations sentimentales, mais avec elle, c'était différent. J'avais l'impression que cela pourrait durer plus longtemps et..., le Suédois tourna son regard vers Marie, comme pour y trouver un port d'attache ou s'accrocher pendant la tempête. Et je crois que j'avais envie d'enfin connaître une vraie relation. Mais après tout, je suis Malek von Strömstad... Ma réputation me suit partout et Yolande n'a pas du me prendre bien plus au sérieux que je ne prenais au sérieux mes précédentes conquêtes. On dirait qu'elle m'évite. Je ne l'ai plus vue depuis bien des jours maintenant.

Le Suédois sourit légèrement et soupira en tournant son regard devant lui :

-Mais je dois vous embêter avec mes histoires, pardonnez-moi. Je m'écoutes parler et j'ai l'air d'un jeune jouvenceau sans cervelle, c'est pitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Marie T de Sardaigne

«♣ The Most Happy ♣»


Messages : 435
Date d'inscription : 04/06/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: princesse , duchesse d'artois
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Mar 28 Aoû - 18:34

Marie avait regardé par la fenêtre , perdant un , je dois l’avouer , perdant le fil de la conversation . Enfant déjà , ses précepteurs , en latin , français , danse , et j’en passe , s’en étaient plaint à sa mère la reine Marie Antoinette d’Espagne . Oui la petite fille était trop rêveuse et semblait ne pas se complaire à rester des heures assises en écoutant des sermons . Elle aurait tant aimé pouvoir courir dans les jardins du palais de Turin en compagnie de ses frères . Mais non tu es une fille lui avait dit sa mère ! Pour te calmer , tu iras passée deux ans ,au minimum , au couvent des sœurs de l’annonciation à Chambéry .
Voila comment , une enfant de six ans , parti loin de tout , pour apprendre la conduite que se devait d’avoir une dame de son rang . Depuis cet époque , une blessure profonde restait dans le cœur de Marie sans qu’elle puisse ou souhaite en parler . D’ailleurs à son retour , elle ne s’attachera jamais vraiment à cette mère qui l’avait si vite congédier , entouré de sa horde de progéniture . Peut etre étais ce pour cela , qu’elle ne voulait pas pensé au passage chez les hommes , de Louis Antoine à 7 ans . En tout cas , il était toujours pour le moment l’héritier du trône , perspective qui à la fois la rendait joyeuse et la peinait .
Son regard revint sur son ami Malek . Etranger , tout comme , elle ici , il devait etre , outre les dames italiennes et j’en doute , le seul ami sans intérêt de la princesse . La preuve ! Il venait de « la sauvé » d’une nouvelle chute !
Lorsqu’elle s’exprima sur son manque d’équilibre , il lui répondit vivement


-Ah! Ça, peut-être, je vous l'accorde!, dit-il, en riant, mais vous auriez été moins charmante alors.


Comment ne pas succomber face au rire du bel homme . Non , les mots étaient mal approprié , disons plutôt qu’il avait une sorte de joie de vivre très communicative . Chose à laquelle , l’italienne , ne résistait pas bien longtemps . A présent , assise , elle donna une petite frappe dans le pourpoint de du duc

-Quel charmeur vous faites ! Je comprends pourquoi aucune femme d’ici ou de Suède ne vous résiste dit t’elle en souriant de manière très amicale .

En effet , n’avait t’il pas eu des ennuis dans son pays natal à cause de quelques histoire avec des demoiselles , peu ou pas assez libre . A vrai dire , Marie avait perdu le fil des histoires sentimentales masculines , du moins celle de passage ,en raison du trop grand nombre de celles du prince qui lui servait d’époux Charles de France ….Oh elle se maudit , elle-même de songer à nouveau à cet individu , qu’elle entendait bien faire disparaitre de quelques manières ou du moins se venger .



-Si votre époux n'était pas si...
La comtesse sourit de nouveau , c’était une habitude chez elle . Le si hypothétique , lui permit de faire passer dans sa tête , une multitude de mots que jamais , elle n’oserait prononcé devant du monde en français . « Crasseux , dinde , coquin , ivrogne ou grille boudin « se bousculèrent dans son cerveau. Quoiqu’il en soit le seigneur l’avait choisi pour elle , pour le meilleur et pour le pire . Cependant , la part du « meilleur « n’avait jamais existé . Ainsi , Marie pourrait aisément se défaire de cette « chose « gênante . Imaginez le tableau ! Enceinte , d’un troisième enfant (oui il valait mieux) , Charles nous quittait , laissant une jeune veuve éploré de tristesse !
Elle pourrait alors gérer son douaire , ses enfants , vivre librement ! Ah , que les rêves sont doux à imaginer .


-Jaloux, peut-être que j'aurais pu vous faire visiter mon pays natal


Marie regarda fixement de la tête au pied le suédois . Oui le prince pouvait trouver en lui , un concurrent voir etre battu . Plus grand , plus beau de visage que Charles , il possédait pour lui ce charme « exotique » qui captivait les femmes . Alors , que le prince n’avait jamais eu la prétention de se croire magnifique , mais possédait pour lui son titre royal , le plus aphrodisiaque au monde , allié à une grande culture , il faut bien le reconnaitre .
-Remarquez cela prouve , que vous lui faites peur dit t’elle pour mieux ensuite se délecter de la conversation . Bien oui , parler de chiffon soit des tenues avec les dames dévotes étaient d’un ennui ! Malek avait toujours le bon mot , pour que le sujet devienne amusant ; Oui oui même en matière de religion , c’est pour dire .


-Tâter la marchandise? Oui, bien sûr! Vous n'étiez que de petites curieuses de savoir ce qui se cachait derrière ma chemise! La cour de Versailles n'est pas bien différentes des autres cours en ce point, très chère, vous ne pourrez pas m'apprendre bien des choses là-dessus!,

Sa remarque , ne fit que révéler la vérité sur la cour et l’ennui qui pouvait y régner ! Alors imaginez , un tel apollon , non marié , venant ici ! Comment résister à l’envie de regarder . Bien sur non dans le but de simplement regarder mais plus de s’évader , rêvant qu’un jour de tel bras vous prendrez dans ses bras.

-Ah
soupira Marie , c’est que nous femmes n’avons que la vue pour nous émoustiller un peu dit t’elle essayant de garder son sérieux sans dodeliner de la tête comme à l’accoutumé . Toutefois , si Versailles reste empli de courtisan , vous ne pouvez pas dire que je n’ai plus rien à vous apprendre ajouta t’elle en se forçant à avoir l’air en colère . De plus , cette attitude , là rendait plus ridicule qu’autre chose .


Soudain , elle vit un voile passer dans les yeux du duc suédois . La comtesse , ne ressentit pas de la pitié ou autre . Simplement , à cet instant , l’italienne comprit que bien que volage , l’homme n’était pas pleinement heureux ainsi qu’elle . Son regard empli de compassion face à ses mots
-C'est Yolande... Je, j'ai agis en véritablement crétin, Marie. Vous me connaissez, je ne me suis jamais vraiment attaché dans des relations sentimentales, mais avec elle, c'était différent. J'avais l'impression que cela pourrait durer plus longtemps Et je crois que j'avais envie d'enfin connaître une vraie relation. Mais après tout, je suis Malek von Strömstad... Ma réputation me suit partout et Yolande n'a pas du me prendre bien plus au sérieux que je ne prenais au sérieux mes précédentes conquêtes. On dirait qu'elle m'évite. Je ne l'ai plus vue depuis bien des jours maintenant.


Elle se leva de sa chaise pour en toute amitié se levait vers lui . Comment lui avouez que non elle ne devait pas lui dire le secret qu’elle connaissait . Laissez le croire que juste c’était une femme volage était la bonne solution . Posant sa main sur le bras de l’homme , elle lui répondit

-Pourquoi rejetez simplement la faute sur vous ?Votre réputation et vos actes ne sont en rien la cause , de son éloignement . Moi aussi , je ne l’ai pas vu depuis fort longtemps . Toutefois ,bien qu’étant l’une de mes plus chère amie , elle agit parfois avec nous comme si nous étions des jouets . Elle les pose longtemps , prenant le risque de les retrouvez casser …

Oh quel philosophe cette comtesse ! Non , elle ne lui dirait pas que Yolande avait disparu de la cour pour une raison inconnue ni qu’elle pouvait parfois trouver d’autre réconfort dans le lits des dames . Il ne fallait pas le rendre lui triste qu’il ne l’était

Mais je dois vous embêter avec mes histoires, pardonnez-moi. Je m'écoutes parler et j'ai l'air d'un jeune jouvenceau sans cervelle, c'est pitoyable.

-Que dois je dire alors moi ! Je vous tourmente avec le récit affligeant de ma vie de femme délaissée mal marié à un homme volage . Non , vous n’avez rien d’un jeune jouvenceau , ne se souciant que de lui Malek .

Baissant les yeux , elle ajouta à demi mots
-Peut etre que Yolande , n’était pas la bonne ? Pensez vous à vous marier ? C’est à cet instant qu’elle entendit les gardes de son époux la chercher dans ses appartements . Saisissant la main de Malek , elle courut à en perdre haleine pour atteindre la porte menant au couloirs secret de ses pièces .

(bon ce n'est pas génial mais tu as trop attendu XD)

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    Lun 10 Sep - 1:07

Malek sourit lorsque Marie fit mine d'être fâchée. Si c'était d'être inutile dans sa vie qu'elle craignait, elle pouvait dormir sur ses deux oreilles, car le duc ne pourrait jamais la laisser déserter son quotidien. La comtesse lui apportait tant de divertissement tout en rendant ses jours moins longs, Malek serait un fou de se priver de sa compagnie!

-«Bien sûr, ma chère, que vous avez toujours des choses à m'apprendre! Comment pouvez-vous seulement en douter, je me le demande. Après tout, vous êtes née dans cet environnement, alors que moi je suis ici depuis si peu de temps. Je crois que vous êtes prise avec moi pour le restant de vos jours»
, fit le duc, avec un air désolé pour la comtesse.

La conversation changea rapidement de ton lorsque Malek aborda avec Marie les tracas qu'il éprouvait face à Yolande. Il avait toujours su que la comtesse était une excellente amie, mais il éprouvait en ce moment encore plus d'affection pour Marie, car ce qu'il voyait dans ses yeux n'avaient rien de la pitié ou quoi que ce soit dans ce genre. La comtesse affichait plutôt une mine compatissante qui rendait Malek un peu plus confortable avec le fait de dévoiler ses tourments. C'est qu'il faisait cela si rarement... En fait jamais. De toute façon, à qui il aurait pu se confier avant? À ses conquêtes éphémères? Certainement pas. Il y n'avait jamais vraiment eu de problèmes amoureux avant ce jour de toute façon, alors il ne s'était jamais lamenté sur son sort. Ce qu'il détestait faire.

Marie se leva et alla s'asseoir près de lui en posant sa main sur son bras. Instinctivement, Malek prit la main de la comtesse, comme pour lui montrer sa gratitude face à la réaction de Marie.

- « -Pourquoi rejetez simplement la faute sur vous ?Votre réputation et vos actes ne sont en rien la cause , de son éloignement . Moi aussi , je ne l’ai pas vu depuis fort longtemps . Toutefois ,bien qu’étant l’une de mes plus chère amie , elle agit parfois avec nous comme si nous étions des jouets . Elle les pose longtemps , prenant le risque de les retrouvez casser … »

Malek aquiesca aux paroles de Marie. Il se passa une main dans les cheveux, l'air embêté.

- « Vous savez, je me sens vraiment idiot de vous raconter mes états d'âmes, ainsi. Mais cela n'arrivera pas souvent, je vous en fait la promesse. Mais je vous remercie pour vos bonnes paroles, mon amie, je me sens beaucoup mieux. »

- « -Que dois je dire alors moi ! Je vous tourmente avec le récit affligeant de ma vie de femme délaissée mal marié à un homme volage . Non , vous n’avez rien d’un jeune jouvenceau , ne se souciant que de lui Malek . », lui dit alors Marie.

Le duc sourit et déposa un baiser sur la main de Marie qu'il tenait toujours dans la sienne.

- «À vous entendre, nous sommes deux bien pauvres gens au cœur torturé! Une chance que vous avez un humour à tout épreuve, sinon je douterais fortement de votre joie de vivre, je vous avoue, avec tous les tracas que vous avez! Et je vais en profiter tant que le conversation tourne dans ce sens : je vous remercie pour avoir tant confiance en moi. Je sais qu'à Versailles, c'est plutôt ardu de donner sa confiance à quelqu'un. »

Marie afficha alors un air plutôt sérieux et sembla penser un instant à ce qu'elle allait dire avant d'entrouvrir les lèvres, ses yeux l'évitant :

- « -Peut etre que Yolande , n’était pas la bonne ? Pensez vous à vous marier ? »

Le duc fût déstabilisé par ces paroles. C'est qu'il n'avait jamais pensé que Yolande aurait pu ne pas être faites pour lui. Il avait mis tant de temps à lui ouvrir son cœur, qu'il n'avait jamais songé au fait que cela avait pu être une erreur de parcours. Et si il avait fait fausse route depuis le début sur la nature des sentiment de Yolande pour lui? Le Suédois avait beaucoup trop d'orgueil pour montrer devant la femme qu'il aimait à quel point elle pouvait le blesser. Il devait donc se préparer à la possibilité que Yolande le rejette comme tous les autres courtisans qu'elle avait fréquenté.

Cependant, Malek n'eût jamais la chance de répondre à Marie, car celle-ci entendit les gardes de son époux cogner à sa porte pour venir la chercher. La comtesse, affolée, prit la main du duc et courut jusqu'à un couloir secret que Malek n'avait jamais encore remarquer.

[Je ne sais pas ce que t'avais en tête pour la suite... Veux-tu qu'on poste dans tes appartements, ou que Malek reste caché là jusqu'à ce que les gardes partent peut-être..?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ Contenu sponsorisé

«»



MessageSujet: Re: Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek    

Revenir en haut Aller en bas
 

Croyez vous à l'amour mon ami ? feat Malek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un amour perdu retrouvé- feat Kendall C. Cruz
» Lawliet Weather. (vous y croyez vous ? U_U)
» Parmi les records suivants de la LHJMQ, lequel croyez-vous sera le plus difficile à battre de nouveau?
» Pour l'amour des fringues Feat Mémory ♥
» ○ Nos rendez-vous manquaient d'amour [Pv Wendy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Versailles :: Les Salons -