Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Un jour, la Reine viendra...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ Florimond de M. Argenteau

«»


Messages : 15
Date d'inscription : 12/05/2012
Localisation : Belgique

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Un jour, la Reine viendra...   Mar 15 Mai - 16:08

Il y a tout juste deux jours que Florimond était entré à Versailles, ce palais dont enviaient tous les plus grands monarques d'Europe. Il avait eu le privilège de passer ces gigantesques grilles dorées réservées aux invités de marque tels que les Ambassadeurs, les autres monarques, ou encore, les cardinaux de visite à la famille Royale, malgré les divers et variés pêchés commis chaque jour au Palais. Florimond, en tant qu'Ambassadeur d'Autriche à la Cour, parcourait allées et jardins, bosquets et parcs, galeries et appartements. Si étonné de l'intelligence des architectes français, qu'il bafouillait quelques fois en saluant une personne résidant à Versailles. Ah, Versailles ! C'était un paradis, une Élisée de blocs de marbre blanc, des moulures somptueuses, des personnes souriantes et sympathiques. D'autant plus que le soleil revenait doucement après les grosses pluies qui s’étaient abattues sur le Royaume de France.

Les graviers sous ses incessants coups de canne craquelaient. Tout à coup, tendant l'oreille vers un commérage indiscret, il fut interrompu par un bien étrange cortège. Les femmes accouraient auprès d'une grande dame aux longs cheveux, vêtue d'une somptueuse robe ornée de toutes sortes de nœuds. Une femme de chambre était bien sûr à côté de cette dame merveilleuse, en train de lui venter la face, car une chaleur étouffante revenait tout doucement dans les jardins royaux. On pouvait apercevoir deux petites silhouettes, aussi bien vêtues que leur mère, qui n'était personne d'autre que la Reine de France et de Navarre, l'Archiduchesse d'Autriche, la femme qui avait fait scandale en prenant un bain par jour à Versailles, c'était Marie-Antoinette, accompagnée du Dauphin de France, et de Marie-Thérèse, sa fille aînée, la jeune fille au teint si merveilleux.

Florimond, tout excité de rencontrer celle qu'il devait espionner secrètement à la demande de l'impératrice d'Autriche, partit en cette direction en trottinant, la canne à la main, en tenant sa perruque pour ne pas qu'elle s'envole de l'autre main. Le comte de Mercy-Argenteau en avait presque les larmes aux yeux : enfin rencontrer la femme qu'il avait tant admiré pendant tant d'années, la fille de l'impératrice et de François Ier du Saint-Empire. Quel pur moment de joie !

Il s'empressa de la saluer en lui exécutant sa révérence la plus sophistiquée, et lui adressa ces quelques mots en bégayant :

- Ô Votre.. Votre Majesté.. Je suis.. Si.. Si Heureux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Marie-Antoinette

«♠ Admin Royale»


Messages : 406
Date d'inscription : 30/05/2011
Localisation : Versailles

Précieuses Ridicules
Jukebox: Don't you remember - Adele
Rang: Reine
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Un jour, la Reine viendra...   Jeu 17 Mai - 15:11

Marie Antoinette comme bien des jours, se promenait au milieu des élégants jardins de Versailles. Sa suite n'était composée que de trois dames de moindres rangs. La jeune reine, dot le ventre restait désespérement plat, marchaitd'un pas gracieux et élégant au milieu des bosquets. Le printemps de retour, Marie Antoinette je sentait particulièrement de bonne humeur. Pourtant diable que les bals et distractions manquaient ces derniers temps. Un valet tenait au dessus d'elle une ombrelle, pour que la reine fut libre de ses mouvements. Ses dames derrrière elle chuchotaient les derniers potins. Elle tendait l'oreille pour écouter. Mais ses dames bien discrètes, murmuraient. Le jeune souveraine aurait bien aimer se retourner pour mieux entendre, mais une reine ne se retourne pas pour des commérages versaillaises. Elle s'arréta pour admirer une fontaine. Elle en profita pour ouïr de qui il était question dans cette fameuse conversation. Et sans surprises il était question d'une énième maîtresse de son beau frère Charles... Les trois biques se moquaient àmots couverts de la pauvre "italienne, trop brune,et trop prune pour tenir sa place. Comme toutes les italiennes bonnes à porter la marmaille des autres". Marie Antoinette s'indigna. Elle reprit son chemin. Perdue dans ses pensées ce fut la comte de Mercy Argenteau qui la sortit de ses idées.

- Monsieur de Mercy-Argenteau! Quel plaisir!

Marie Antoinette composa son sourire de circonstance. Pas trop familier (pour ne pas encore se faire dotée du nom d"Autrichienne") mais juste assez pour être avenante. Elle demanda à l'homme de se relever. Elle observa le quarantenaire, lui qui passait son temps à servir la tenace Marie Thérèse de Habsbourg. Bien que tout ne fut pas tout rose avec lui Marie Antoinette l'appréciait car il faisait comme partie de la famille, il était un bout de son chère Autriche. Depuis la départ de l'ambassadrice Melle Derwald, elle n'avait plus eu l'occasion de parler vraiment allemand.

Avançant de nouveau , entrainant l'ambassadeur avec elle et laissant en plan les demoiselles d'honneur, elle passa aux "choses sérieuses". Elle posa donc la queston qu'elle posait toujours en premier.

- Avez vous une lettre de ma chère maman?

La jeune reine de France avait un lien ambigüe avec sa mère. L'impératrice était avant tout sa dominatrice, mais Marie Antoinette , malgré la non-tendresse de Marie Thèrése , l'aimait et avait une tendresse infinie pour la grande Mare Thérèse.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marieantoinette-rpg.forumgratuit.org
 

Un jour, la Reine viendra...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un jour ma lionne viendra... ▲ Margeven
» LIBRE - un jour viendra nous aurons des rêves à nouveau
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Versailles :: L'extérieur  :: ♦Les Jardins et Bosquets-