Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Lorsque les souvenirs nous reviennent... [ft. Marie-Madeleine de Croÿ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ Madeleine de Plouzané

«»


Messages : 285
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : A Versailles

Précieuses Ridicules
Jukebox: Startships - Stronger ♥
Rang: Duchesse de Plouzané et baronne d'Aix
où en sont les ragots?:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Lorsque les souvenirs nous reviennent... [ft. Marie-Madeleine de Croÿ]   Mar 8 Mai - 15:29

Lorsque les souvenirs nous reviennent...

Il avait plut toute la matinée. Maintenant, à l'après-dîner, un superbe soleil inondait Versailles et son château, de toute sa lumière. C'était le temps idéal pour une promenade dans les jardins de Versailles, ou autour du grand canal. Il y avaient tellement d'endroits où se promener, tous aussi magnifiques les uns que les autres. Tous ces endroits, on pouvait les distinguer depuis l'intérieur du château, comme la galerie des Glaces, par exemple. Ils étaient somptueux, ces endroits. Et les arbres étaient gigantesques, énormes, lorsque l'on était en dessous d'eux. Tout cela était si grand! Quel mot aurait pu décrire tout ceci? Beau, magnifique, merveilleux, lumineux, énorme, et j'en passe... Après toute cette matinée pluvieuse, donc, à regarder la pluie tomber, sous un ciel gris et nuageux, la cour pouvait enfin sortir. Ou plutôt les quelques courtisans qui étaient encore à la cour. Il n'y avait plus grand monde.
Madeleine de Plouzané décida donc de sortir se promener. Elle espérait aussi rencontrer quelques amies qu'elle n'avait pas vue depuis un moment déjà.
Elle sortit donc de son appartement, -toute de jaune vêtue-, et prit la direction des jardins. Elle se promenait et rencontrait, parfois, des enfants, des jeunes filles, des messieurs, des dames... Tout ce beau monde avait dû bien s'ennuyer pendant le mauvais temps!
Au bout d'un quart d'heure, Madeleine n'avait croisé aucune connaissance, et elle en était bien déçue. Elle avait passé la matinée en compagnie de Son Altesse la comtesse d'Artois, avec les autres dames de Marie-Thérèse, à tenter de divertir celle-ci. L'après-dîner, elle avait temps libre, et ne risquait donc pas de croiser la comtesse.
Charlotte de Rohan, Madeleine ne l'avait pas vue depuis quelques jours, et c'était fort dommage. Mais en vérité, elle n'avait revue aucunes de ses amies depuis son retour à la Cour. Elle se demandait d'ailleurs pourquoi.
C'est alors qu'elle songea à Marie-Madeleine de Croÿ, son amie d'enfance, qui, apparemment, était arrivée à la Cour depuis peu de temps. Celle avec qui elle avait tout partagé, ou presque, avant de devoir la quitter, pour se rendre à la Cour. Ce départ les avait toutes les deux beaucoup attristées. Imaginez, quitter une amie que vous connaissiez depuis tellement longtemps! Cela faisait maintenant quelques années qu'elles ne s'étaient plus vues. Heureusement, Marie-Madeleine était arrivée elle aussi à Versailles. Dès que Madeleine l'avait su, elle avait eu grande hâte de revoir son amie.
Elle se remémora leurs souvenirs. Leurs souvenirs d'enfance. Les souvenirs qui partent, et puis un jour nous reviennent. Leur première rencontre, -à l'âge de cinq printemps-, leurs joies, leurs confidences, leurs jalousies, leurs disputes, leurs mensonges. Car lorsqu'on est amis, on l'est pour, normalement, toujours.
Jamais, jamais, Madeleine de Plouzané n'avait oublié Marie-Madeleine de Croÿ. Et elle espérait que celle-ci non plus, ne l'avait pas oubliée.
Madeleine arriva au grand canal, et se tenant face à l'eau, elle était dans ses pensées, ses souvenirs, lorsqu'elle entendit une voix toute proche, familière, qui parlait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lorsque les souvenirs nous reviennent... [ft. Marie-Madeleine de Croÿ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» Quand la mort nous appelle doit-on la suivre ? [Pv : Chouchou]
» Quand les souvenirs nous persécutent [pv Viladra]
» Marie-Madeleine de Mortemart, la perle des abbesses
» Vivonne chez les Nones ft Marie-Madeleine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Versailles :: L'extérieur  :: ♦Le Grand Canal-