Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Mer 15 Fév - 21:57

I'll be yours if you'll be mine


Il était vers les dix-huit de l'après dîner et je commençais à m'ennuyer grandement. Aucun divertissement n'était prévu, Versailles dormait sous une fine couche de neige et la reine avait rendez-vous au Trianon avec Axel von Fersen, un beau suédois dont elle était tombée amoureuse. Un soupir traversa mes lèvres couvertes de baume couleur rouge sang, j'observais mon reflet dans la glace de ma coiffeuse, mes doigts tapotant l'accoudoir de mon fauteuil. Je pensais moi aussi au Suédois qui m'avait laissé à Versailles, à croire qu'ils envahissaient le château ! Je n'avais pas reçu de lettre, ce qui m'avait plutôt attristé ou bien mis dans une colère des plus noires, je ne sais plus, mais peu importe. Monsieur le duc avait sûrement rencontré des demoiselles charmantes ! Mais je ne pouvais pas lui en vouloir, moi aussi j'étais passée d'hommes en hommes avec une facilité déconcertante.

Je me levais avec grâce, effleurant du bout des doigts le bois qui formait l'accoudoir. La soie de ma robe caressait le sol avec douceur et silence, je m'arrêtais devant l'immense fenêtre se trouvant au milieu de ma chambre. J'appelais mes servantes et leur demandais de trouver de quoi m'occuper. Je n'aimais pas le silence, c'était une chose frustrante. Je me demandais comment cela pouvait plaire aux gens .... Mais les personnes qui habitaient Versailles étaient toutes bizarres, même moi je l'étais. Ah, quelle blague. Madame la comtesse d'Artois m'avait prévenu que Malek avait eu des soucis, mais elle ne m'avait pas dit de quels genres. Était-il blessé ? Cela m'étonnerait fort ! Un doux sourire apparut sur mes lèvres puis disparut aussitôt.

L'on taqua à ma porte, je ne voulais pas être dérangée alors que l'importun qui avait osé s'aventurer jusqu'à mes appartements n'avait cas s'en aller au plus vite. Lucie, une jolie jeune fille aux cheveux couleur feux et par la même occasion, ma dame de compagnie s'inclina devant moi dans une petite révérence et m'annonça qu'un homme voulait me voir. Pufff, je levais les yeux au ciel et me tournais vers elle, ses grands yeux verts si innocents me firent sourire. Elle devait bien se demander pourquoi j'en recevais si souvent, quoique cela n'était un secret pour personne.

« Faites-le entrer »

Ma jeune soubrette disparut par là où elle était entrée et je la suivais. J'allais gentiment congédier mon visiteur comme il le méritait. Je m'apprêtais à lui faire un sourire enjôleur, à passer mes boucles tombant devant mon épaule dans mon dos et à lui faire comprendre que je ne voulais pas lui parler. Sauf que la personne qui apparut dans mon champ de vision me fit stopper net. Mes yeux s'agrandirent et je restais bouche bée comme une idiote. Pourquoi fallait-l toujours qu'il apparaisse quand je l'attendais le moins. Je clignais plusieurs fois des paupières en le regardant. Il avait tellement changé ..
.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Mer 15 Fév - 22:12

Malek venait à peine de revenir de la Suède. Le voyage avait été bien dur pour lui, surtout à cause de sa blessure, mais aussi à l'idée de revoir Yolande. Cela le tourmentait. C'est qu'il ne lui avait envoyé absolument aucune lettre. Elle devait soit s'inquiéter, soit être réellement frustrée. Et il penchait plus pour la deuxième option. De plus, il se demandait bien comment elle allait réagir lorsqu'il lui raconterait sa petite mésaventure en Suède... C'est qu'il avait fait tout cela pour une autre femme qu'elle. Bien que Yolande aussi soit plutôt volage, Malek serait dans un colère incommensurable s'il savait qu'elle était allée jusqu'à sacrifier sa vie pour une autre personne. Certes, le contexte n'avait pas été aussi romantique. Mais pour une autre personne, cela pouvait sembler s'être passé ainsi...

Malek avait une canne dans une main et boitait affreusement. C'est que tout son côté droit le heurtait énormément et il essayait donc de le ménager un peu en utilisant plus son côté gauche. Cependant, orgueilleux comme il était, il essayait de minimiser sa démarche claudicante : il haïssait passer pour un faible.

Le Suédois arriva donc devant la porte des appartements de sa douce amie et annonça sa présence à une de ses dames de chambre qui était devant la porte. Celle-ci ouvrit donc la porte pour avertir Yolande. Le cœur du Suédois battait la chamade, cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait pas vu! Malek entra dans les appartements, sous la permission de la demoiselle et vit Yolande qui se tenait juste devant lui. Elle n'avait pas changée... Elle était encore plus désirable que dans ses pensées. Il n'avait qu'une idée : la prendre dans ses bras et l'embrasser avec tout son cœur. Mais il se doutait que sa belle ne réagirait pas très bien s'il le faisait. Il lui devait des explications... Un élancement traversa son flanc droit et Malek perdit le souffle. Il tenta de la cacher, bien que son visage déjà émacié pâlit alors beaucoup. Il reprit vite contenance et lorsqu'il parla, se fût d'une voix grave et assuré, et, il l'espérait, séduisante :

-Vous m'avez manqué, Yolande...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Mer 15 Fév - 22:47

How ?


Que devais-je faire ? Lui sauter dessus, l'étrangler avec un joli sourire qui reflétait toute la haine que j'avais en moi ? Ne rien faire pour montrer la détresse qui m'habitait ou alors le serrer contre moi pour lui montrer que l'affection que je ressentais pour lui n'avait en rien disparut ? Toutes ces propositions étaient tentantes, mais j'optais sincèrement pour la troisième, enfin je crois ... Je restais planté devant lui les bras tombant autour de ma taille resserrée par un corset. Il était tellement plus maigre ! Et plus pâle en plus et il avait une canne ! Une canne, non mais franchement. Je penchais légèrement la tête, lui aussi m'avait manqué, énormément, j'en avais passé des nuits blanches, mais au moins j'avais fait un petit effort pour rester belle ! Non mais oh ! De plus, il ne m'avait montré en rien que je lui avais manqué, pas une seule lettre, rien. Bon, il est vrai que de mon côté je n'avais rien fait non plus, mais Malek était l'homme, non ? C'était à lui de prendre les décisions !

Je me décidais enfin à m'approcher de lui, non en fait je courrais vers Malek. Je le heurtais de plein fouet. S'il avait mal quelque part, eh bien j'en étais sincèrement désolée, mais au moins cela compensait le manque que j'avais ressenti. Mes bras s'agrippèrent à son cou et je le serrais contre moi, comme une désespéré. Ma main blanche passa sur sa joue et je me décidais à l'embrasser. De toute façon il ne m'en voudrait pas ... à moins qu'il ne vienne pour me dire que tout est ...mais non je pense vraiment n'importe quoi. Ses lèvres chaudes contre les miennes me réchauffèrent le coeur. Oui, je m'étais consolée dans les bras de bien des hommes, mais aucun ne m'avait embrassé comme cela. Puis, je reculais, je le regardais et une soudaine haine monta en moi. Oui, je haïssais le duc, je haïssais qu'il m'apparaisse ainsi et je haïssais que je le haïsse. Je le pointais du doigt et commençais à crier comme une folle.

« Quatre mois sans nouvelles ! Quatre foutues semaine à attendre un geste de votre personne ! Vous rendez-vous simplement compte que j'ai passé la plupart de mes nuits à ne pas dormir par votre faute. Tout ça parce que je me suis entiché d'un duc volage qui revient me voir avec une canne ! Une canne ... Je suis sûr que les jeunes donzelles de la cour de Suède ont dû apprécier votre noble compagnie, vous qui êtes si attachant, drôle, beau et cetera. Vraiment, vous ne pouvez pas savoir à quel point je vous déteste, je vous haïs ! »

J'étais en train de reprendre mon souffle, oh oui je le détestais, je voulais le tuer pour l'absence qu'il m'avait fait subir, mais je ne pouvais pas lui en vouloir. Son frère était mort et il était parti pour célébrer ses funérailles et voilà que je me mettais à le repousser alors, qu'il était devant moi. Je devais en profiter, c'était le plus important, mais le fait qu'il aille voir d'autres femmes me répugnait. Je voulais qu'il ne voit que moi. Des larmes coulèrent sur mes joues rougir par la colère et voilà que je me mettais à pleurer. Magnifique. Je tombais à genoux et cachais mon visage entre mes mains. Si l'amour nous faisait faire des choses aussi stupides que ça, non merci
.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 16 Fév - 4:59

Malek vit alors toutes les gammes d'émotions passer sur le visage de sa tendre amie. Il se demanda alors ce qu'elle allait encore faire qui allait le surprendre, car avec elle, il ne savait jamais à quoi s'en tenir. Une idée lui passa même par la tête que sa vie pourrait même possiblement être en danger en ce moment... Cependant, ce fût une toute autre réaction que Yolande fit. Car, sans avertissements, elle courut la distance qui les séparait et se jeta dans ses bras. Malek chancela légèrement et sa blessure l'élança, mais il était tout de même un homme de forte stature et fut bien plus qu'en mesure d’accueillir la duchesse dans ses bras. Cela faisait tant de bien de l'avoir de nouveau contre lui. Cette odeur, cette chaleur, ces courbes qu'il connaissait par cœur lui manquait. Comment avait-il pu vivre si longtemps sans la voir?

Yolande l'embrassa alors, avec toute la fougue et la passion qu'elle était capable d'avoir. Malek lui répondit avec plaisir, pressant le corps de sa douce contre le sien. Ce baiser le laissa le souffle court, les idées mêlées et son cœur en émoi. Mais à peine se remettait-il de ces émotions subites que la duchesse changea complètement d'humeur et une douleur mêlée à de la rage apparût sur son joli visage.

« Quatre mois sans nouvelles ! Quatre foutues semaine à attendre un geste de votre personne ! Vous rendez-vous simplement compte que j'ai passé la plupart de mes nuits à ne pas dormir par votre faute. Tout ça parce que je me suis entiché d'un duc volage qui revient me voir avec une canne ! Une canne ... Je suis sûr que les jeunes donzelles de la cour de Suède ont dû apprécier votre noble compagnie, vous qui êtes si attachant, drôle, beau et cetera. Vraiment, vous ne pouvez pas savoir à quel point je vous déteste, je vous haïs ! »

Malek resta complètement sans voix devant cette réaction pour le moins inattendue. Certes, il s'y était préparé avant d'entrer dans cette pièce, mais après le baiser qu'elle lui avait donné, le Suédois croyait que ce genre de conversations était désormais écarté. Il n'aurait pas pu être plus dans le tort que cela.
Yolande tomba alors à genoux, cachant son visage de ses mains et le corps secoué de sanglots. Malek eut le cœur détruit de savoir que c'était par sa faute que sa duchesse était aussi affecté.

L'homme se mit alors aussi à genoux, à ses côtés et l'entoura d'un bras pour l'attirer contre lui. Il ignorait complètement si elle allait le repousser, mais il s'en fichait. C'était par sa faute qu'elle était dans cet état et il ne pouvait le supporter. La moindre des choses était qu'il essaie au moins de la consoler un peu.

«Yolande, je n'ai pas plus dormis que vous durant ces jours. J'étais complètement détruit à l'idée d'être loin de vous. Une seule pensée qui s'adressait à vous me faisait sombrer dans une mélancolie sans nom. Si je ne vous ai pas écrit, c'était pour ne pas penser à vous. C'était une véritable torture. Mais j'aurais dû, tout de même, j'en suis conscient. J'aurais dû vous éviter toute cette tristesse. Je suis profondément désolé... »

Malek soupira, déposa un baiser sur le dessus de la tête de Yolande et reprit, d'une voix douloureuse.

« Vous le savez peut-être déjà, mais j'ai été assez... malade durant mon séjour et les longues nuits où je ne pouvais dormir, je m'accrochais à votre image, tentant de m'imaginer comment vous vous étiez habillée cette journée-là, tentant de me rappeler votre odeur. Si vous pensez que je vous avais oublié, Yolande, c'est complètement faux.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 16 Fév - 20:28

Why ?


Rien que l'expression du duc me fit encore plus enrager, ne pouvait-il pas être aussi en colère que moi ! Non, il restait là, à ne pas bouger, on dirait presque qu'il était étonné ! Mais étonné de quoi ? Il n’espérait quand même pas que j'allais lui pardonner aussi facilement ? Et s'il pensait ça, Malek se faisait de drôle d'idées ! Je me devais de le détester, c'était logique, je ne devrais pas, je n'arriverais pas à aimer un homme tel que le duc, cela était impossible ! Je n'aimais pas les hommes, ils n'étaient que de vulgaires divertissements à mes yeux, alors pourquoi fallait-il que mon coeur bat dès que je voyais le duc. C'était idiot, l'amour est idiot, il est irrationnel ! Et pourtant, je me retenais pour le pas le noyer sous les nombreux baisers que j'avais envie de lui donner.

N'en pouvant plus, je tombais en larmes et voilà que je pleurais pour lui ! Je perdais réellement la tête, vite que je l'étrangle, qu'on en finisse. Croyez-moi j'en mourrais d'envie ! Il ne m'était jamais arrivé de pleurer pour un homme, alors ce n'est pas maintenant que j'allais m'y mettre. J'allais commencer à l'insulter de toutes mes forces, derrière mes mains qui cachaient mon visage où mes larmes traçaient un sillon brillant, quand son bras vint entourer mes épaules. J'ouvris les yeux et écartais mes doigts pour voir à travers, Malek était assis sur ses genoux et je voyais bien dans ses yeux qu'il se fichait bien de ma réaction. Une part de moi voulait le repousser lui crier qu'il s'en aille que je ne l'aimais pas et une autre qui voulait que je le serre contre moi, comme je l'avais si souvent rêvé. Finalement, je me décidais à ne rien faire du tout, restant droite comme une statue, mes mains crispaient sur ma jupe.

Alors, comme ça je lui avais manqué ? N'importe quoi, il disait cela, car ma réaction le désespérait et il ne savait pas comment réagir. Je contractais ma mâchoire à chacun de ses mots, tout cela était faux, faux et encore faux ! Au contraire, j'étais sûr que s'il m'avait écrit, cela nous aurait soulagé tout deux. Il mentait, mais l'accent de sa voix était si sincère ! Alors que mes larmes avaient cessé de rouler sur mes joues, elles rejaillirent encore plus abondantes qu'avant. Pourtant, je me forçais à pleurer silencieusement.

« Non, non, non. Je ne vous crois pas ! Ce n'est pas possible ... »

Mes paroles n'étaient qu'un murmure, peu probable qu'il les ait entendues. Je lui en voulais, je voulais le tuer sauf que ses lèvres contre mon front me firent fermer les yeux. Je repensais à tous ces baisers échangeaient avant qu'il ne parte pour la Suède, aux bons moments passés en sa présence. Non décidément je ne pouvais pas lui en vouloir.

« Mais pourquoi ? Pourquoi ne m'avez-vous pas écrit ! Cela vous aurez soulagé et moi aussi par la même occasion ! Oui la comtesse m'a mis au courant que vous aviez eu des problèmes et encore une fois je n'ai pas eu de réponses à mes questions. Elle disait qu'il valait mieux que ça soit vous qui me le dites. Alors, pourquoi ne devais-je pas le savoir ? Vous êtes-vous battu pour une stupide demoiselle ? »

Je souriais, pensant probablement que cela était faux, il n'aurait pas fait ça .... Je me tournais vers lui et le regardais, avec un éclat d'amusement dans mon regard. Mais oui, il n'aurait pas fait ça ... Mon souffle commença à s'accélérer en voyant Malek, un regard emplit de tristesse m'observer. Alors, c'était ça, hein ! Je le regardais, mes yeux remplis de la haine que j'éprouvais à son égard. Je me levais d'un coup, les poings serraient contre ma taille.Je tournais comme une lionne en cage sur le tapis qui recouvrait le sol de mon salon, me dirigeant dangereusement vers un vase, je le fracassais à terre quelques secondes plus tard.

« Comment avez-vous osé ! Vous auriez pu mourir pour une ... une conquête d'un soir ! Et je serais restée seule à vous attendre comme une pauvre femme qui attend son mari »

Je passais une main sur mon visage, je n'avais pas imaginé nos retrouvailles comme ceci, mais bon, après la pluie vient le beau temps, non ?

« Et après, je n'aurais plus eu le goût des fêtes ni de tout ce qui fait mon bonheur en ce moment et tout ça parce que j'aurais perdu l'homme que j'aime ! »

Je plaquais mes mains devant ma bouche, horrifiée parce que j'avais osé dire. Je l'avais dit ! Et ... et il l'avait entendu ! Je me retournais, lui faisant dos.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 16 Fév - 22:29

Malek ne savait quoi dire, quoi faire. Yolande était dans un tel état! Il ne l'avait jamais vu ainsi et au risque de se répéter, il s'en voulait affreusement que tout cela soit de sa faute. Et elle ne savait même pas encore le pire... Le Suédois se demanda en pensée s'il aurait au moins le courage de le lui annoncer... Il le devait. Au moins par respect pour Yolande. Il aimait cette femme de tout son cœur, son séjour en Suède avait concrétisé ce sentiment. Il en était maintenant certain. Il ferait tout pour elle, il pourrait même mourir pour elle... Alors pourquoi avait-il fait cet acte chevaleresque pour une autre qu'elle? Malek savait que Yolande ne comprendrait sûrement pas, c'est que la situation n'était pas des plus évidentes. Il espérait juste qu'elle arriverait à le pardonner, peu importe le temps que cela prendrait, tant qu'il puisse toujours lui parler et la voir. Sinon, il était un homme mort...

Alors que Malek songeait à tout cela, Yolande lui posa la question fatale. Les deux jeunes gens se connaissaient assez pour pouvoir lire sur le visage de l'autre ce qu'il ressentait et c'est ce que la duchesse fit. Elle vit l'assentiment dans le regard du Suédois et son énorme tristesse à l'idée de devoir tout lui expliquer. Alors, elle se leva, les poings sur les hanches et commença à tourner autour de la pièce. En même temps, Malek se leva à son tours et la suivit du regard. Sa voix se voulait conciliante, désolée, mais il ignorait si elle passait pour cela ou s'il paraissait trop calme pour la situation.

-Yolande, je peux vous expliquer, je vous assures! Pendant un mois je n'ai pas touché, ni même regardé aucune femme, toutes mes pensées vous étaient adressées, vous pouvez le demander à la comtesse d'Artois, elle vous le confirmera. J'étais une âme en peine, un vrai fantôme... Et puis, j'ai commencé à boire... Beaucoup. Et j'ai embrassé une femme lors d'une soirée, mais elle ne signifiait absolument rien pour moi! Elle était promise à un autre homme et c'est lui qui nous a découvert et m'a provoqué en duel... Je ne pouvais me défiler, mon honneur était en jeu!

Malek se passa la main dans les cheveux, le visage complètement défait, détruit. Il ne savait que dire d'autres. Il aurait voulu que Yolande ressente les émotions qui se chamboulaient à l'intérieur de lui pour qu'elle comprenne comment il se sentait, à quel point il l'aimait... À quel point il regrettait. Et s'il l'avait perdu à jamais? La duchesse après tout, avait vu pas mal d'hommes et pourquoi lui, le duc de Strömstad venu d'un pays lointain, serait mieux qu'un autre? Surtout que Malek venait de lui avouer qu'il l'avait trompé... Le regard dévasté du Suédois ne quittait pas la duchesse, bien que celle-ci ne le regardait pas. Et tant mieux, il avait tout de même sa dignité et il n'aurait pas voulu qu'elle voit à quel point il tenait à elle...

« Et après, je n'aurais plus eu le goût des fêtes ni de tout ce qui fait mon bonheur en ce moment et tout ça parce que j'aurais perdu l'homme que j'aime ! »

Malek s'apprêtait à répliquer, lorsqu'il reçut la dernière phrase de Yolande de plein fouet. L'homme que j'aime? Ainsi elle l'avait avoué? Elle l'avait enfin dit? La duchesse tourna le dos au Suédois, alors que le cœur de celui-ci semblait vouloir prendre congé tant il battait fort dans sa poitrine. Malek s'approcha très calmement de Yolande et posa une main sur l'épaule de celle-ci. Il s'approcha doucement et lui souffla à l'oreille :

-«Je vous aime également, Yolande... Quoique vous pouvez en douter, et je vous comprends... Mais je ne suis pas le genre d'homme à avouer ceci à n'importe qui... Je comprends si vous ne vouliez plus me parler, je vous ai fait beaucoup de mal et je vous ai manqué de respect, mais... Je vous aime, Yolande.»

Malek ignorait ce qu'elle allait faire suite à cela, mais ce qu'il espérait le plus au monde, c'est qu'elle ne le repousse pas, car il serait alors en miettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 16 Fév - 23:06

I love you


Je restais paralysée n'osant plus bouger une seule partie de mon corps, mes mains plaquées sur ma bouche, je fixais le sol avec entêtement comme si j'allais y trouver une quelconque aide. Oh, mon Dieu je n'arrivais vraiment pas à croire comment j'avais pu laisser échapper ce mot, je n'osais même plus le penser. Surtout que mon cher et tendre l'avait entendu, je lui avais dit tout haut ce que je pensais tout bas ! Et maintenant toute la cour allait se moquer de moi, car mes dames allaient le répéter à d'autres servantes qui le diront à leur maitre pour quelques sous. Je voulais pleurer, je voulais lui montrer à quel point j'avais souffert de la distance qui nous avait séparé, mais tout ce que j'arrivais à faire c'est à me concentrer sur ma respiration pour ne pas qu'elle s'arrête et surtout à essayer de ne pas crier.

Un mois à ne pas regarder une femme ? Ce n'était pas possible pour le duc, il n'avait pas pu, non ... Je m'en voulais à présent de lui avoir si subitement fais des reproches. Une vague de remords me traversa de la tête aux pieds. Mon ventre se tordait sous la douleur et je ne pus m'empêcher de poser mes mains dessus. Un duel ? Un duel ! Alors, comme ça j'avais réellement raison, il s'était battu avec un homme beaucoup plus fort que lui à cause d'une pauvre cruche ! Que dis-je une jeune donzelle écervelé qui ne pensait qu'à séduire deux trois hommes pour qu'ils meurent ensuite ! Je mordais profondément ma lèvre jusqu'au sang, comment pouvait-elle ?

Je sursautais légèrement quand la main de mon amant vint se poser sur mon épaule. Un frisson me parcourra, puis un léger soupire s'échappa de mes lèvres lorsque je fermais les yeux. Son touché m'avait tellement manqué ! Son souffle chaud près de mon oreille me fit l'effet d'un feu de cheminé qu'on aurait allumé et qui chasserait le froid glacial qui nous aurait envahi. Je tournais ma tête vers lui, regardant sa mâchoire que je commençais à embrasser. Je ne voulais plus le tuer au contraire, je voulais qu'il vive jusqu'à la fin des temps, qu'il me prenne dans ses bras et qu'il murmure mon prénom toute la nuit. Que je devenais romantique ! Un peu trop fleur bleue, si vous voulez mon avis, mais que voulez-vous Malek me faisait cet effet là et je ne pouvais y résister.

Citation :
-«Je vous aime également, Yolande... Quoique vous pouvez en douter, et je vous comprends... Mais je ne suis pas le genre d'homme à avouer ceci à n'importe qui... Je comprends si vous ne vouliez plus me parler, je vous ai fait beaucoup de mal et je vous ai manqué de respect, mais... Je vous aime, Yolande.»

Je me mis en face de lui, mon regard fixait dans le sien. Un sourire apparut sur mon visage, un sourire de bonheur, le bonheur le plus intense qui soit. Je posais mes mains sur ses épaules avec lenteur, comme si je devais attendre qu'il ne disparaisse pas comme dans un mirage. Je le regardais comme si c'était une friandise que j'allais enfin pourvoir déguster. Je rapprochais délicatement mes lèvres des siennes et l'embrassais avec tout l'amour et la passion que je ressentais à son égard. Mes mains descendirent sur son torse et quand je rouvris mes yeux, je lui murmurais :

« Oh, mon amour ! Vous m'avez tellement manqué ! Je ne pensais pas vous dire ça si tôt, mais je vous aime ! Oui je vous aime plus que vous ne m'aimez ! »

Je ris et continuais à l'embrasser avec fougue.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Ven 17 Fév - 3:01

Malek se sentit des plus soulagés lorsque Yolande répondit à sa déclaration en déposant des baisers sur sa mâchoire. Ainsi, elle l'avait crut. Elle ne l'avait pas repoussé, comme elle aurait pu le faire. Malek se sentit alors l'homme le plus chanceux de la terre. Il venait d'avouer une erreur que bien des femmes l'auraient repoussées pour cela, et puis, il avait offert son cœur à la duchesse. Celle-ci avait alors eu deux raisons de le repousser. En effet, il la connaissait assez bien pour savoir que l'aveu qu'elle lui avait fait était sortit malgré elle, sans qu'elle ne le veuille. Elle aurait pu alors prendre peur lorsqu'il s'y était mis aussi. N'avait-elle pas toujours dit qu'elle ne voulait aucun attachement?

D'ailleurs, le duc aussi avait toujours dit qu'il ne voulait pas s'attacher, être libre comme l'air. Même lorsqu'il avait rencontré Yolande, il niait avoir de sentiments plus intenses pour elle. Malek ignorait si c'était l'orgueil qui était en jeu ou des principes pour le moins infondés, mais il était fait ainsi... Mais lors de son séjour en Suède, où il avait failli y laisser sa vie, il s'était rendu compte que sans Yolande, sa vie ne serait rien. Elle était comme son ancre dans la tempête. Même son ami Aymeric lui avait touché un mot sur le fait qu'il ne cessait de murmurer le prénom de la duchesse lorsqu'il était plongé dans l'inconscience. Évidemment, son ami avait trouvé cela bizarre, puisqu'il avait toujours connu Malek comme quelqu'un de très volage, mais il avait tout de suite compris quand le duc lui avait expliqué quel genre de femme était Yolande...

La duchesse se retourna face à lui, suite à ses aveux d'amour, et le regardant comme on ne l'avait jamais regardé. Il savait que bien des hommes mouraient pour que Yolande plonge son regard ainsi de le leurs et pourtant, c'était lui qu'elle avait choisi. Pourquoi? Il n'en savait rien. Malek ne se trouvait pas vraiment meilleur qu'un autre homme... Même que le fait qu'il couchait avec toutes les femmes venues aurait probablement dû repousser Yolande, mais cela n'avait pas été le cas... Et maintenant, il avait la chance de serrer contre lui la plus belle des femmes.

Yolande l'embrassa alors et Malek se sentit de nouveau tout en émoi suite à ce baiser. Le duc resserra un peu la taille de Yolande entre ses bras et l'embrassa dans le cou.

« Oh, mon amour ! Vous m'avez tellement manqué ! Je ne pensais pas vous dire ça si tôt, mais je vous aime ! Oui je vous aime plus que vous ne m'aimez ! »

Malek lui sourit comme un enfant, se sentant comme s'il allait exploser de bonheur. Il l'embrassa alors sur le front, puis sur la joue, ensuite dans le cou, pour finalement l'embrasser avec passion sur ses lèvres si délicieuses.

«Ce soir, en venant ici, j'ignorais même si vous voudriez m’accueillir dans vos appartements... Et maintenant, vous m'avouez votre amour! Je ne mérites pas d'être aussi heureux, Yolande, vous me comblez... Je vous aime, je vous aime, je vous aime, je ne me lasserai pas de le dire!»

Malek rit légèrement suite à ces paroles. Il savait que cela sonnait enfantin, comme un amour d'adolescence... Mais la puissance de ses sentiments en ce moment et de son bonheur était si grande qu'il n'arrivait pas à se contrôler. Malek embrassa de plus belle Yolande, ses deux mains remontant sur les joues de sa douce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Ven 17 Fév - 13:37

But ...

Le bonheur que je pouvais ressentir en ce moment n'avait pas de nom. Oui, j'aurais pu repousser le duc, cela aurait été sûrement une meilleure solution pour nous deux, mais j'étais égoïste. Je le voulais tout à-moi et tant pis si cela se terminait mal, après tout nous étions à Versailles rien ne se terminait bien. Notre histoire ne durerait certainement pas, j'étais mariée et lui devait se marier pour assurer sa descendance. Je regrettais de ne pas être veuve en ce moment, je pourrais très bien empoisonner mon mari, après tout cela me rendrait un grand service sauf que l'on me soupçonnerait directement. Pourquoi ne pouvait-on pas se séparer de notre mari quand on le voulait ?

Les baisers de Malek me firent frissonner. J'attendais depuis quatre mois qu'il m'embrasse, mais bien entendu j'avais encore compensé ce manque par une suite innombrable d'amants. Je me collais encore plus à lui, mes boucles rousses tombant négligemment dans mon dos. Je souriais, un sourire à la fois doux et moqueur. Mes servantes étaient certainement en train de nous regarder par la serrure de l'antichambre qui reliait ma penderie au salon. Eh bien qu'elles regardent ! Cela les fera jaser. Je caressais les joues de mon duc, la joie qu'il semblait ressentir lui avait redonné des couleurs. J'étais heureuse qu'il soit heureux. C'était vraiment bête à dire, mais bon, l'amour nous faisait dire des choses stupides.

Citation :
«Ce soir, en venant ici, j'ignorais même si vous voudriez m’accueillir dans vos appartements... Et maintenant, vous m'avouez votre amour! Je ne mérites pas d'être aussi heureux, Yolande, vous me comblez... Je vous aime, je vous aime, je vous aime, je ne me lasserai pas de le dire!»

Je riais aux paroles de mon amant, mais oui j'étais si imprévisible que même lui avait craint le pire. Il y avait de quoi en même temps. Je souriais intérieurement. Puis ses mains vinrent se poser sur mes joues. Je l'embrassais, je pourrais très bien le faire toute la nuit et même plus, mais je ne savais pas si Malek en avait la force. Et oui pendant quelque instant j'avais oublié qu'il avait une blessure, je ne savais même pas où. J'appuyais ma tête sur l'une de ses mains et fermais les yeux quelques instants.

« Je dois vous avouer que lorsque vous êtes rentré dans la pièce, j'ai eu envie de vous tuer de mes propres mains. Je ne m'attendais pas à vous voir et encore moins comme vous l'êtes en ce moment, c'est-à-dire je vous imaginais comme quand vous étiez parti. Et puis sous l'effet de la colère, je vous ai dit ce que je pensais. Vous êtes heureux, j'en suis heureuse. Mais il faut que vous sachiez que l'on ne restera pas ensemble éternellement. J'ai un mari et vous il faudra que vous assuriez votre descendance. Un bâtard ne vous suffira pas, croyez-moi. »

Tout en disant mon petit discours, je souriais et gardais les yeux fermés. J'aurais voulu voir l'expression que prenait son visage, mais cela aurait été une mauvaise idée. Après tout, il savait très bien que j'avais raison. Je n'avais jamais eu de bâtard de mes amants n'en voyant pas l'utilité, je me contentais d'enfanter des progénitures purement légitimes, au mois l'on ne pouvait pas me reprocher cela. Mais avoir un enfant de Malek ne me semblait pas si inutile, seulement cela ne suffirait pas au duc, j'en étais certaine. Je pris sa main dans la mienne avec douceur et l'emmenais vers ma chambre. Je fermais la porte derrière moi puis allais m'asseoir sur mon lit.

« Ici, nous serons plus tranquilles pour discuter, loin des oreilles indiscrètes. »

Voyant que Malek ne réagissait pas, mais me regardait bizarrement, mon expression se fit inquiète.

« Malek ? »

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Ven 17 Fév - 14:36

Le rire de Yolande sonnait doux à ses oreilles et le moment ne semblait pas pouvoir être plus parfait que cela. La duchesse appuya sa joue contre sa main et ferma les yeux... Comme elle était jolie ainsi, elle semblait épanouie, détendue... Heureuse. Malek ne put s'empêcher de sourire en retour face à cette agréable image, même si Yolande ne le voyait pas, étant donné qu'elle avait toujours les yeux fermés.

« Je dois vous avouer que lorsque vous êtes rentré dans la pièce, j'ai eu envie de vous tuer de mes propres mains. Je ne m'attendais pas à vous voir et encore moins comme vous l'êtes en ce moment, c'est-à-dire je vous imaginais comme quand vous étiez parti. Et puis sous l'effet de la colère, je vous ai dit ce que je pensais. Vous êtes heureux, j'en suis heureuse. Mais il faut que vous sachiez que l'on ne restera pas ensemble éternellement. J'ai un mari et vous il faudra que vous assuriez votre descendance. Un bâtard ne vous suffira pas, croyez-moi. »


Malek soupira et ses mains retombèrent le long de son corps. Fallait-il réellement parler de cela maintenant? Cela ne pouvait attendre? Malek n'avait pas encore trouvé la réponse appropriée lorsque Yolande lui prit la main pour l'emmener dans un endroit plus discret de ses appartements, pour pouvoir parler en toute tranquillité.

Le visage du duc devint alors d'une pâleur effrayante et sa main vint s'appuyer contre son flanc droit. Avec tous les événements qui venaient de se passer, le duc avait oublié sa blessure, ou plutôt l'avait rangé dans un côté de sa tête, pour ne pas avoir à y penser. Pourquoi gâcher un si beau moment? Seulement, il n'avait vraiment pas fait attention à se préserver et il y a quelques semaines à peine, il n'était même pas capable de se lever sans s'évanouir... Malek regarda sa main qui s'était appuyée contre son flanc et vit qu'elle était rouge... Rouge de sang. La blessure s'était rouverte. Cela était le pire scénario qui pouvait arriver selon le médecin du roi de Suède. Elle risquait alors de se réinfecter de nouveau ou encore que Malek se vide de son sang si celui-ci n'arrivait pas à coaguler.

«Malek?»

La douce voix perça la brume de ses pensées et le Suédois releva les yeux vers Yolande.

«Yolande... Appelez le médecin...», murmura le duc d'une voix rauque. Puis, il tomba sur le sol, inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Ven 17 Fév - 15:29

And

Je baissais mon regard vers la main du duc qui était rouge sang. Je sentis mon coeur qui battait un peu trop vite et ma poitrine se soulevait au rythme de ma respiration angoissée. Je n'aimais pas le sang, je ne l'ai jamais aimé, c'était comme un signe de mort beaucoup trop proche à mon goût. Certaines personnes pourraient me trouver futile de penser cela, mais tout ce qui concernait la mort me m'était dans des états pas possibles. Je gardais toujours ma bonne humeur et ma joie de vivre, mais j'essayais de m'en éloigner le plus loin possible. Comme si cela pouvait arranger l'affaire en quoi que ce soit.

J'avais du mal à avaler ma salive, je plaquais mes mains sur mon ventre et fixais le doux visages de Malek devenir livide. Oh, non, non, non ! Pourquoi cela arrivait-il maintenant ? Alors que nous venions tout juste de nous revoir, je venais de lui avouer que je l'aimais et il allait mourir ! Alors que je restais là assise comme une idiote, lui était en train de se vider de son sang. Des gouttes tombaient sur le sol de ma chambre, tic, toc, tic, toc. « Malek ? » Je soufflais son nom, comme si ma voix avait disparu devant la dure réalité qui s'imposait à moi.

Citation :
«Yolande... Appelez le médecin...»

Malek s'effondra sur le sol et mon cri atténua un peu le bruit de sa chute. Je me mis à genoux à côté de lui, les mains tremblantes de peur. Je sentis des larmes couler le long de mes joues, il fallait que j'appelle un médecin il avait raison. Alertée par mon cri, ma dame de compagnie ainsi que mes servantes arrivèrent en trombe en ouvrant la porte. En temps normal je les aurais réprimandé, mais là c'était un cas d'extrême urgence. J'arrivais à peine à ouvrir la bouche puis prenant une grande bouffée d'air, je passais les mèches de cheveux qui me tombaient devant les yeux, derrière mes oreilles. Je pris la serviette qui traînait sur ma commode, ouvrais la chemise de Malek et plaquais le bout de tissus sur la plaie.

« Vite Lucie appelle le médecin du comte ! »

Sur ce, ma dame prit congé pour se diriger vers les communs, là où le médecin devait sûrement être en train de souper. Je pris la main du duc dans la mienne et déposais un baiser dessus. Elle était à présent trempée par mes larmes, mais peu importe. Je caressais le visage de mon amour, j'aurais préféré le faire dans de meilleures circonstances. Je le regardais, inconscient.

« Malek, réveillez-vous je vous en prie. Le médecin va arriver, tout va bien se passer. Je vous en supplie, ne mourez pas, pas maintenant ! »

Quelques minutes plus tard le M. Antoine Portal arriva, sa perruque de travers, le souffle court à cause de sa petite course improvisée. Il donna des instructions et je m'efforçais de l'aider au mieux. Nous mîmes Malek sur mon lit, je pris une bassine que je remplis d'eau et tamponnais son visage avec un chiffon humide. M. Portal voulut faire une saigné à la place je lui proposais d'ouvrir les fenêtres, il ne me contredis pas. J'étais là assise dans la ruelle du lit, la main du duc dans la mienne à lui tamponner le front. Et je priais en silence : Mon Dieu faites qu'il se réveille !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Ven 17 Fév - 21:41

Si Malek avait pu parler avec son corps, il l'aurait sans doute supplié de se réveiller, de se battre pour rester en vie. Celle-ci venait à peine de changer, la lumière avait percée à travers les nuages et il avait enfin dit à la femme de sa vie qu'il l'aimait. Mais le Suédois avait peut-être eu justement trop de chance et le Seigneur avait décidé qu'il devait en laisser un peu pour les autres... Quoi qu'il en soit, le duc ne comptait pas se laisser partir sans d'abord se battre. Parfois, les médecins disaient que lorsque le patient avait une volonté de vivre plus forte, le rétablissement arrivait plus souvent... Si c'était vrai, Malek ne pouvait mourir.

Le médecin s'affaira autour de lui, Yolande se mordait les sangs pour lui, tout en veillant à ce que l'environnement de Malek soit le mieux pour une guérison... Mais la blessure continuait de saigner, la plaie était trop grande et n'arrivait pas à se refermer. Finalement, le médecin se décida à prendre des compresses qu'il trempa dans de l'eau qu'il avait demandé de faire au préalable chauffer. Puis, il apposa ces compresses sur la plaie de Malek pour tenter de stopper l'hémorragie. Cela fonctionna à merveille et au moins, Malek cessa de perdre du sang en grande abondance.

Le Suédois prit un certain moment avant d'ouvrir les yeux. La première chose qu'il fit lorsqu'il ouvrit les yeux fût de vomir dans un bol qu'on avait mis proche de son lit. Le médecin avait anticipé cette réaction. Malek se sentait nauséeux et faible. Il haïssait se montrer dans un tel état devant Yolande Celle-ci, d'ailleurs, continuait à apposer des compresses d'eau froide contre ses joues et son front. Cela faisait un bien immense à Malek, puisqu'il avait à la fois chaud et froid... Il se sentait un peu moins malade avec cela.

Soudain, le duc se rendit compte qu'il avait le main de Yolande dans la sienne. Un petit sourire éclaira son visage fatigué et sa main serra légèrement celle de sa duchesse.

-«Je vous ai fait un bien affreux spectacle, ma douce...», murmura le duc, d'une voix rauque et affaiblie.

Ses yeux se fermaient par eux-mêmes et il avait une difficulté immense à les garder ouverts. Le médecin s'approcha de lui et mit son visage dans son champs de vision.

-«Ne dormez pas tout de suite, tentez de lutter un peu contre le sommeil. J'ai peur que vous n'ayez pas la force de vous réveiller si vous vous endormez. Tenez, c'est un mélange qui vous donnera peut-être un peu de forces»
, fit le médecin, en désignant une coupe qu'une des dames de chambre de Yolande tenait dans ses mains. Malek regarda un moment le médecin, puis la coupe. Pensait-il réellement qu'il serait capable de tenir une tasse dans ses mains? Il arrivait à peine à serrer la main de Yolande dans la sienne...

Cependant, le temps qu'il puisse répondre ou faire quoi que ce soit, le duc se rendormit de plus belle. Le médecin commença alors à s'inquiéter, il hésitait entre le réveiller ou le laisser dormir. Et si le duc ne se réveillait pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Ven 17 Fév - 23:23

I'm crazy

J'étais là à attendre qu'il se réveille, la panique me nouait l'estomac, je vidais toute l'eau de mon corps dans des larmes inutiles et je refusais toute aide de mes servantes. Si je l'avais pu, je les aurais tous mis dehors pour rester seule avec Malek. Sa main était molle dans la mienne, elle restait sans vie sans aucune pression me prouvant qu'il allait se réveiller. Seul sa respiration plus que faible me permettait de tenir le coup. Je murmurais des prières silencieuses, priant le ciel qu'il ne meurt pas. Mais cela ne servirait probablement à rien, car pourquoi notre seigneur m'écouterait-il alors que je ne me rendais pratiquement jamais à la messe ?

Soudain Malek ouvrit les yeux et se pencha sur la bassine qu'avait placé le médecin sur la table de nuit. Il rendit tout ce que contenait son estomac avant de se recoucher sur le dos, le souffle court. Mais où était passé mon beau duc ? J'étais persuadée que tout cela était de ma faute. S'il ne m'avait pas connu, il n'aurait pas eu tous ces soucis et ne serait pas en train de souffrir sur ... sur mon lit ! Je continuais à lui tamponner la tête avec du linge humide. J'embrassais parfois son front ou lui souriais, mais j'avais beaucoup de mal à le faire. Mon nez me piquait et mes mains tremblaient un peu sous l'effet de la tristesse et du désespoir que je ressentais.

« Chut, chut. »

Je posais délicatement un doigt sur ses lèvres, inquiète qu'il ne dépense encore de l'énergie par ma faute. Encore la mienne par ailleurs. Je voyais bien que, mon amour avait du mal à rester éveillé et j'essayais de le distraire du mieux que je pouvais, mais rien n'y faisait. Le médecin décida alors de lui faire boire je ne sais quel remède où tonifiant. Je retenais un cri en entendant les paroles de M. Portal. Non, il fallait absolument qu'il reste éveillé, il ne devait pas se rendormir. Voyant que Malek hésitait à prendre la coupe, je proposais avec douceur.

« Laissez, je vais le lui faire boire »

Mais à peine avais-je la coupe entre les mains que le duc ferma les yeux. Je lâchais le verre ne regardant que mon amant. Il allait mourir, il allait mourir, c'était certain ! Je mordais mes lèvres, consciente que je risquais de ne plus croiser le regard de l'homme qui avait réussi à conquérir mon coeur. Je posais mes mains sur ses joues, assise sur le lit.

« Malek, réveillez-vous ! Malek, faites-faites un effort je vous en prie ! Oubliez ce que je vous ai dit tout à l'heure, je-je vous aime ! Malek ! »

Sa tête était à présent secouée de haut en bas. Je devenais assurément folle et j'allais le faire mourir avant l'heure. Heureusement le médecin me fit reculer contre le mur. Une immense colère fit place à la tristesse.

« Et vous ! N'êtes-vous pas capable de faire quelque chose de bien pour le sauver ! Je vous tuerais, croyez-moi ! »

Je me précipitais vers lui les mains en avant, mais avant que je n'ai eu le temps de faire quelque chose, Lucie vint poser une main réconfortante sur mon épaule et je m'arrêtais de suite. Je faisais n'importe quoi, elle avait raison, mais je ne comptais sûrement pas m'excuser auprès de ce charlatan et au contraire je lui lançais le regard le plus noir et haineux qu'il n'ai jamais vu. Je retournais vers Malek, les yeux rougis, je tombais à genoux dans la ruelle du lit et posais ma tête contre son torse.

« Vous savez, mon amour, j'ai pensé à tuer mon mari pour être avec vous, alors si vous avez encore un peu de force essayez de me persuader que je n'ai pas eu cette envie pour rien, pour que vous mourriez seulement quelques heures après. Je sais que je ne suis pas toujours très facile à vivre, mais vous ne manqueriez pas seulement à moi, mais aussi à la comtesse et à la reine et-et à ma fille ... Je ne sais pas comment je survivrais sans vous à mes côtés. Imaginez un instant que je meurs, que feriez-vous ? »

Je me relevais, fis le tour du lit et avec prudence je m'allongeais aux côtés de Malek, posant ma tête sur son épaule.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Sam 18 Fév - 4:26

Les heures passèrent ainsi, le médecin tenta par tous les moyens de trouver une solution pour réveiller le Suédois. Malheureusement, celui-ci ne semblait pas vouloir se réveiller. Le médecin s'apprêtait à déclarer forfait, détruit devant la mine résolument blanche et fiévreuse de Malek. Que pouvait-il faire de plus si ce n'était une saignée? Mais avec tout le sang que le pauvre homme avait déjà perdu, ce n'était pas la meilleure des idées. Mais soudain, le duc ouvrit les yeux. Il paraissait beaucoup plus désorienté que la première fois qu'il avait ouvert les yeux. Malek cligna plusieurs fois et regarda autour de lui, l'air hébété. Soudain, dans un accès de colère surprenant, étant donné son état, le duc dit avec véhémence :

-« Pourquoi suis-je encore en Suède? J'avais exigé qu'on me ramène à Versailles! J'en ai assez de ce pays, il sent la mort. Où est Aymeric, dites-moi? Aymeric von Böras! Il m'avait promis de trouver un moyen de me faire faire le voyage jusqu'à Versailles! »

En voyant la réaction des gens qui étaient présents autour de lui, pour la plupart ils étaient très surpris, il crût que son ami n'avait pas réussi à trouver un moyen de le faire revenir en France. Malek tenta alors de se relever sur ses coudes, mais sa blessure le heurta. Il baissa alors les yeux vers celle-ci et vit le paquet de compresses tâchées de rouge qui étaient collées contre son flanc.

-« Je croyais que c'était le meilleur médecin de Suède qui me soignait? Vous ne m’impressionnez guère si c'est tout ce que vous avez de meilleur à faire! Je suis duc! Je crois que j'ai le droit à un minimum de soins... Non, mais franchement, qu'est-ce que c'est que ces serviettes? Sont-elles désinfectées au moins? »

Le duc avait l'air fulminant. Son visage, pourtant, n'avait pas reprit ses couleurs et au contraire, il pâlissait encore plus, si cela se pouvait. Il était évident que le Suédois se vidait de ses forces sans même s'en rendre compte.

Malek tourna alors la tête vers l'une des domestiques de Yolande et lui fit signe de s'approcher. Lorsqu'elle se pencha vers lui, il lui dit, d'une voix assurée et qui n'appelait à aucune contradiction de la part de la femme :

-«Vous allez chercher du papier et un crayon, je me doutes que je puisses pas écrire, mais je vais vous le dicter. Je dois absolument écrire à une duchesse à Versailles, il est urgent que je le fasses.»

L'homme qui parlait en ce moment était le duc, celui qui sait se faire entendre et obéir. Il n'avait rien à voir avec le Malek que l'on voyait dans les fêtes et les bals, futile et souriant. D'ailleurs, c'est cet homme sérieux qu'il avait été en Suède... C'était peut-être parce qu'il se croyait encore prit dans son pays natal qu'il agissait ainsi. De plus, il ne semblait pas avoir remarqué Yolande allongée à ses côtés... Allez savoir qu'elle serait sa réaction s'il se rendait compte que la duchesse de Polignac était maintenant en Suède!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Sam 18 Fév - 12:36

Mes yeux s'étaient fermés malgré moi, cette fin de journée avait été plus que mouvementée, entre mes retrouvailles avec Malek et sa blessure qui venait de se rouvrir par ma faute. Mes dames allaient très bien s'occuper de lui ainsi que le médecin, moi je dormais ou enfin je somnolais. Parfois j'entendais les murmures qui parcouraient ma chambre et parfois je n'avais conscience de rien. Oh moins si Malek devait mourir, je serais à ses côtés, j'aurais fait de mon mieux. Ma main était posée sur son torse et agrippait la chemise qui était ouverte. Mon souffle reprenait un rythme normal et Lucie vint probablement me couvrir avec une couverture.

C'était quand même assez fous de se retrouver dans une situation comme celle là. Je menais une existence tranquille jusqu'à ce que le duc rentre dans ma vie grâce à une rencontre dans un couloir. J'avais laissé tomber un homme prêt à réaliser tous mes moindres désir pour lui. Et à présent il risquait de mourir dans mes bras. Cette comédie qui avait si bien commencé se transformait en tragédie un peu trop ... tragique à mon goût. J'avais envie de rêver pour me changer les idées, mais je n'y arrivais pas, la voix du médecin était beaucoup trop forte pour que je ne l'entende pas. Il était inquiet au sujet du malade qui gisait inconscient sur mon matelas et ne faisait aucun effort pour m'épargner les moindres détails. Ah ! Les hommes tous aussi discrets les uns que les autres.

Puis un long silence s'en suivit, enfin le calme. Un sourire apparut sur mes lèvres. Je pouvais me reposer ! Sauf que la personne qui brisa ce long silence était censée mourir, ne pas se réveiller. Je fronçais les sourcils, je faisais sûrement un rêve, oui, c'est cela je rêvais ! Ma tête se souleva un peu, mais ce n'est pas moi qui fit cet effort. Je décidais d'ouvrir mes paupières pour voir ce qui se passer. Malek était réellement en train de parler, j'aurais tant voulu lui parler, mais ma bouche était pâteuse et lui ...eh ben n'arrêtait pas de vociférer sur toutes les personnes se trouvant dans la pièce. Mais pourquoi parlait-il d'un médecin de Suède ? Il était en France, à Versailles dans mes appartements et c'est M. Portal qui essayait de le soigner.

J'étais totalement décoiffée et aussi plus qu'étonnée. Mon amour était en train de divaguer, il se croyait encore en Suède. Mon dieu il ne restait plus qu'il soit amnésique. Je portais une main une main à mon visage, frottais mes yeux encore endormis et baillais un bon coup. Je m'appuyais sur mon coude et je regardais Malek en souriant. Il ne semblait pas me remarquer, ce qui était pourtant étrange. Mais il avait au moins la force de parler, c'était un bon signe, non ? Son regard se porta vers Alice, une jeune soubrette très naïve, mais d'une candeur que j'appréciais énormément. Elle s'approcha timidement de lui et baissa la tête. Une lettre ? Il voulait m'écrire une lettre alors que j'étais à moins de cinq centimètres de lui ? Alice me regarda avec incompréhension, je lui fis un signe discret pour qu'elle reste là où elle était.

« Laissez, je vais m'en occuper ! »

Je m'assis sur le rebord du lit et regardais Malek avec malice. Je passais mes doigts dans mes cheveux pour les démêler.

« Alors, Malek, de quoi vouliez-vous me parler ? Je suis toute ouïe. »

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Dim 19 Fév - 21:02

Malek était tout préparé dans sa tête pour la lettre qu'il voulait écrire. Après tout, il n'en avait pas écrit de tout son séjour en Suède. Maintenant qu'il était apparemment coincé dans ce pays un peu plus longtemps, il devait au moins avertir sa douce, non? Enfin sa douce... Si elle voulait bien de lui. C'est que la duchesse semblait toujours inatteignable. Elle l'attirait tout en le repoussant à l'aide de paroles moqueuses. Ce petit jeu allait le rendre fou... Mais en même temps, c'était bien la seule femme qui l'avait accrochée à ce point. Il ne pensait plus qu'à elle, Yolande dominait toutes ses pensées et ses songes. Elle ne le quittait plus. Ahh, si elle savait, elle le repousserait assurément, croyant qu'il était comme ses nombreux amants trop aimants et trop dépendants d'elle. Pourtant, le Suédois était tout le contraire de cette personnalité. C'est bien pour cela que cette femme l'attirait autant... Pour qu'elle le change à ce point, c'est qu'elle était réellement très importante pour lui. Mais est-ce que la duchesse allait l'accepter ainsi? Ou était-ce le Malek distant et dragueur qui l'avait attiré? Cela était bien l'une des questions les plus présentes dans son esprit ces derniers temps. Et elle le rendait fou. Il voulait bien rester comme il était, être fidèle à lui-même, cependant... Le «nouveau lui» était maintenant cet amoureux fou d'une duchesse, tel un jeune adolescent. Comme c'était pathétique...

Alors même qu'il s'apprêtait à vociférer sur le fait qu'Aymeric ne venait pas et qu'il se demandait bien ce qu'il faisait, une douce voix amplis la pièce et un visage qu'il ne connaissait que trop bien apparût dans son champs de vision.

« Alors, Malek, de quoi vouliez-vous me parler ? Je suis toute ouïe. »

Yolande? Mais que faisait-elle ici? Elle avait les cheveux légèrement ébouriffés, les traits fatigués... Mais malgré tout cela, elle était encore la plus sublime des femmes qu'il avait vu dans sa vie. Avait-elle fait le voyage jusqu'en Suède juste pour lui? Cela était des plus invraisemblable, mais c'était la seule explication qu'il avait trouvé. Peut-être qu'Aymeric lui avait envoyé une lettre pour raconter sa péripétie... Si c'était le cas, son ami était maintenant un homme mort. Une si grande bêtise ne pouvait être avoué à sa belle que par lui-même, par personne d'autres. Malek voulait être capable d'anticiper la réaction de Yolande en voyant l'expression de son visage, le ton de sa voix. Être en mesure de limiter les dégâts. Car il y en aurait sur leur relation, cela était certain, et à son grand dam, bien sûr.

Malgré toute sa surprise, le Suédois resta le plus normal possible. Pourquoi faire de grandes effusions? Il trouverait sûrement bientôt la raison de la présence de Yolande en Suède, alors valait mieux ne pas se presser.
Pourtant, même si le désir de Malek en ce moment était de paraître le plus impassible possible (allez savoir pourquoi, de toute manière il était en plein délire, alors...), l'envie le démangeait d'embrasser Yolande comme un éperdu. Elle lui avait tant manquée! Et elle était si jolie en ce moment... D'ailleurs, elle l'était dans tous les moments, sans exception. Comment faisait-elle? Il ne comprendrait jamais son secret.

Ce fût donc sans plus de retenue et en se moquant bien du regard des personnes rassemblées que le duc embrassa Yolande avec passion. Puis, il lui murmura, les yeux étincelants :

-Vous m'avez manqué, Yolande, vous ne pouvez imaginer à quel point...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Lun 20 Fév - 11:23

Un petit rire traversa mes lèvres, un rire mélodieux et sans forçage. Malek me faisait rire, il avait l'air si étonné de me voir là ! Pourtant, il m'avait déjà vu, embrassé, touché ici même il y a maintenant quelques heures. Le soleil était en train de se coucher à l'horizon et mes servantes avaient commencé à allumer la cheminée et quelques bougies, qu'elles changeaient régulièrement. La flamme des bougies se reflétait sur nos visages et celui de mon amant m'apparaissait encore plus pâle qu'avant. Ses yeux étaient hagard, comme s'il cherchait une réponse à ses questions où qu'il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Ma main continuait à démêler mes cheveux, mes pieds nus se cachaient sous mon oreiller et mon regard rieur fixait le duc.

Puis, son visage prit une expression tranquille, comme s'il essayait de paraitre le plus normal de monde, enfin normal je me comprends. Il devait sûrement réfléchir, mais ne voulait pas que je le sache ou je ne sais quoi. Il m'avait tant manqué que je ne pouvais cesser de le regarder, mais son délire m'inquiétait un peu. D'un côté ce n'était pas plus mal, il avait dû oublier mon petit discours sur notre relation et d'un côté il croyait que j'étais en Suède ! Je ne dis pas que je ne serais jamais allée le voir, mais bon tout de même c'était un long voyage et moi et les voyages ... Disons que je préférais me promener à Paris ou rendre visite à ma famille, que faire de grands, grands, grands voyages.

Les mains de Malek vinrent se poser sur mes joues, je souriais et me demandais quand même ce qu'il allait faire. Il paraissait si indécis, mais à la fois décidé.. A peine quelques secondes plus tard, sa bouche rencontra la mienne et nous échangeâmes un baiser avec passion. Le médecin détourna le regard et mes servantes retenaient de petits sourires. Au fond bien qu'elle étaient assez friandes de ragots, elles n'étaient pas méchantes. Je le regardais, je ne savais pas si je devais lui dire qu'il n'étais plus dans son pays natale, mais bel et bien en France ou continuer à ne rien dire.

« Vous aussi ! Mais est-ce tout ? N'avez-vous rien à me dire de plus ? »

Je déposais un baiser sur ses lèvres et avant qu'il n'ait pu dire quelque chose, posais mes doigts sur sa bouche.

« Malek, c'est de ma faute si vous êtes encore là, je, je ne voulais pas vous faire ceci, mais les mots que je vous ai dit sont sortis tous seuls et, et résultat vous êtes encore au lit, à souffrir par ma faute ! »

Bien entendu, je parlais du fait qu'il était cloîtré dans mon lit en France, je ne parlais en aucun cas de la Suède et de sa malheureuse aventure. Mais lui ne le savais pas et j'en étais consciente. En vérité, je l'avais fait exprès pour voir s'il allait se souvenir de quelque chose, même vaguement. Cela était peut-être assez idiot, car on ne retrouve pas la mémoire comme ça, d'un claquement de doigts. Et si jamais je lui disais qu'il était à Versailles, j'avais peur de sa réaction. Réfléchissant quelques secondes, je pris un grand bol d'air et mis mes mains sur les épaules de Malek.

« Mon amour, vous, vous n'êtes pas en Suède. Ah et au fait, votre ...Aymeric, c'est ça ? Il n'est pas là. Cela ne sert strictement à rien de l'appeler. »

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Mer 22 Fév - 20:54

« Malek, c'est de ma faute si vous êtes encore là, je, je ne voulais pas vous faire ceci, mais les mots que je vous ai dit sont sortis tous seuls et, et résultat vous êtes encore au lit, à souffrir par ma faute ! »

Mais de quoi parlait-elle? Malek ne pouvait être plus perdu qu'il ne l'était en ce moment. Il regarda longuement la jeune femme, sans émettre un seul son. Ses yeux semblaient chercher une réponse dans le regard de Yolande. Le petit sourire qui était apparu sur les lèvres du duc après leur baiser échangé passionnément s'éteignait à petit feu. Et il se sentait si fatigué en ce moment! Ses pensées semblaient incohérentes, il était absolument incapable de les mettre en ordre.

Le Suédois réalisa alors que lorsqu'il avait demandé à la domestique du papier et de quoi écrire,il l'avait demandé en français et elle avait compris. Les domestique en Suède ne comprenait que rarement un seul mot de français. Comment avait-elle fait alors? Était-elle une domestique très érudite? Peut-être lui volait-elle ses livres écrits en français et qu'elle avait appris la langue comme cela... Hmm, c'était tout sauf vraisemblable.

Malek tourna alors son regard vers la domestique en question et le soutint longuement. Celle-ci rougit, évidemment, sous le regard de ce bel homme qui semblait si perdu. Puis, le Suédois regarda à nouveau Yolande, pour repasser à la domestique.

«Lucie, c'est cela? Pourquoi comprenez-vous le français?», demanda le duc, d'un air tout à fait sérieux. Puis, il tourna son regard vers Yolande et dit, en fronçant légèrement ses sourcils :

«Et vous, que racontez-vous? Ce que vous me dites ne fait aucun sens. Je suis au lit parce que je me suis battu comme un idiot pour une femme quelconque tout aussi idiote. Vous n'avez rien à voir là-dedans, mis à part que c'est pour vous que j'aurais dû me battre ainsi et risquer ma vie.», fit Malek, d'un air résolu. Il n'avait pas l'intention d'annoncer la nouvelle de son combat ainsi à Yolande, mais c'était sorti tout seul et il ne pouvait absolument rien y faire.

Yolande prit alors une grande respiration, comme si elle détestait ce qu'elle allait faire. Et d'ailleurs qu'allait-elle faire? Peut-être avait-elle été courtisé par un autre homme plus séduisant que lui et qu'elle voulait lui annoncer qu'elle ne voulait plus de lui? Malek la regarda de son air perdu. Son regard fixait celui de Yolande. Dieu qu'il était beau... Mais bon, revenons aux choses sérieuses :

« Mon amour, vous, vous n'êtes pas en Suède. Ah et au fait, votre ...Aymeric, c'est ça ? Il n'est pas là. Cela ne sert strictement à rien de l'appeler. »

«Aymeric, oui, Aymeric von Böras en fait. C'est un homme très amusant, je le connais depuis assez longtemps en fait. Et puisque vous êtes ici, je pourrais vous le présenter. Vous allez l'adorer, j'en suis certain!», fit Malek avec un petit sourire. Puis, le restant des paroles de Yolande lui vint à l'esprit. Il mit un certain temps avant de les analyser, son regard toujours plongé dans celui de Yolande.

«Mais de quoi parlez-vous? Si je ne suis pas en Suède, je suis où? Et pourquoi Aymeric n'est pas là?»

Malek tenta alors de se relever un peu plus, mais sa blessure lui fit un mal de chien une fois de plus et il renonça. Maudite blessure... Puis, il comprit. Les souvenirs lui revinrent un à un. Les images apparaissaient de manière saccadée dans son esprit et puis, il pût reconstituer ce qui s'était passé. Son visage devint blême... Enfin, plus qu'il ne l'était déjà, et Malek laissa retomber sa tête contre son oreiller. Puis, un sourire éclaira son visage et il dit à Yolande :

«-Je vous aime aussi, même si je vous l'ai déjà dit, mais je ne me lasserai pas de vous le dire...»


Le duc tourna alors son regard vers Lucie.

«Et oubliez ma question de tantôt, j'étais un peu désorienté. Je pourrais avoir quelque chose à boire? Je meurs de soif!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 23 Fév - 11:00

La façon dont me regardait Malek me mettait mal à l'aise, qu'il ne comprenne rien n'était pas facile, mais que ça soit moi qui lui dise me faisait un peu peur... Et s'il le prenait mal ? Il ne pourrait sûrement rien me faire, mais son regard me faisait baisser le mien. Pourquoi la vie n'était-elle pas simple ? Je lâchais un long soupir plein de lassitude, j'étais fatiguée, la nuit était à présent tombée, il devait bien être vers les huit heures. Je repliais mes genoux et passais mes bras autour. Tout le monde était là à nous regarder, c'était vraiment ridicule, je congédiais donc quelques domestiques, Lucie, Alix et Marianne étaient les seules à rester ainsi que le médecin bien évidemment. Malek semblait réfléchir et je priais pour qu'il ne s'énerve pas.

Son regard se porta sur ma servante et une vague de haine contre elle monta en moi. Il ne devait pas regarder d'autres femmes que moi, la jalousie était assez présente dans mon esprit surtout envers mes amants qui regardaient d'autre et si Malek commençait à faire comme eux, il risquait de vite comprendre qu'il ne valait mieux pas tenter. Mon regard devint dur quand mon amant se décida enfin à me regarder, je détournais le mien. Je ne voulais pas qu'il voie que je pouvais réagir ainsi. Lucie allait sûrement se faire très très discrète les jours qui allient venir. Et il valait mieux pour elle, qu'elle ne commette aucune faute. Puis je levais les yeux au ciel à la réplique de Malek, il le faisait vraiment exprès ...

« Elle comprend le français, car elle est à mon service et que nous sommes en France. Ça parait évident non ? »

J'avais employé un ton sarcastique. J'étais énervée, mais les paroles de mon duc me calmèrent quelque peu. Oui, il aurait mieux fallu pour lui qu'il se bat pour moi et non pour une écervelée, j'aurais au moins fait l'effort de persuader l'autre homme de ne pas se battre. Je passais les boucles qui tombaient devant mes yeux, derrière mes oreilles et lâchais un soupir. Bon en espérant qu'il ne prendrait pas mal ce que j'allais lui annoncer. Au lieu de quoi un sourire apparut sur son visage et il me parla de son ami. Nous nous regardâmes un moment, en silence.

« Je suis sûr que votre ami est un homme charmant, vous pourriez le faire venir ici, en France. Malek, écoutez-moi. Vous êtes revenu en France il y a à peu près trois heures, enfin je suppose parce qu'avant de venir me voir vous avez dû défaire vos valises et cetera. Enfin bref, vous n'êtes plus en Suède ... Et donc il est normal que votre ami ne soit pas là. Faites preuve de logique, ce n'est pas si compliqué ! »

Malek tenta de se relever, mais en voyant sa grimace je posais délicatement mes mains sur ses épaules et le poussais vers ses oreillers.

« Ne vous levez pas, cela pourrait aggraver votre cas. »

Un sourire qui se voulait doux apparut sur mes lèvres, j'avais déjà faillit le perdre une fois, il ne valait pas mieux pas qu'il se fatigue pour rien. Je passais une main sur sa joue, mais mes sourcils se froncèrent quand je vis mon amour devenir encore plus blême qu'il ne l'était. Il avait à présent l'air d'un cadavre, son teint était cireux et inquiet. Avec un petit sourire, il m'avoua qu'il m'aimait, enfin je le savais déjà, mais la façon dont il l'annonça me prouva qu'il se souvenait de quelque chose. J'eus envie de sauter de joie partout, de serrer mes dames dans mes bras et d'embrasser le médecin ....enfin quand même pas. Au lieu de ça je plaçais ma tête par-dessus le visage de Malek, mes yeux dans les sien et je prononçais un « Je vous aime », plein d'ardeur et de passion avant de l'embrasser avec force. Quand je décollais enfin ma bouche de la sienne, je m'approchais de son oreille avec un sourire moqueur en lui murmurant :

« Malek, juste un petit conseil, évitez de regarder d'autres femmes que moi si vous voulez qu'elle reste vivante ... et vous aussi par la même occasion .»

Lucie qui était partie chercher à boire, revint avec deux coupes et du vin. Je me levais, mis les coupes sur ma commode et les remplis de cette boisson dont je ne me lasserais jamais. Je me retournais en en tendis une à Malek
.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 23 Fév - 22:36

Malek entendit avec bonheur sa duchesse prononcer ces trois mots qu'il adorait le plus au monde. Puis, elle l'embrassa avec ferveur, le faisant regretter par le fait même d'être aussi faible. Leurs deux visages restèrent un moment près l'un de l'autre et Malek se dit qu'il n'aurait voulu être nul part ailleurs, le seul regard de Yolande lui suffisait. Mais alors que ce moment paraissait si parfait, la duchesse murmura à son oreille, avec un sourire qui s'entendait dans sa voix :

-« Malek, juste un petit conseil, évitez de regarder d'autres femmes que moi si vous voulez qu'elle reste vivante ... et vous aussi par la même occasion .»

Malek la regarda un moment, se demandant si elle était sérieuse. Malgré le petit sourire qu'elle arborait, le Suédois aurait pu jurer qu'elle s'imaginait en ce moment quel traitement qu'elle réserverait à la prochaine femme qu'il regarderait un peu trop longtemps. Le duc prit alors la main de Yolande et dépose un baiser sur celle-ci avant de la poser sur son cœur.

- «Yolande, je croyais que vous aviez compris... Vous êtes la seule femme qui ait réussi à prendre mon cœur, les autres femmes ne vous arrivent même pas à genoux. Croyez-moi, vous n'avez absolument aucune raison d'être jalouse.»

Le Suédois regarda la duchesse devant avec un petit sourire attendri. Qu'il aimait cette femme! En revanche, autant qu'il n'aurait jamais cru pouvoir tomber amoureux sérieusement de sa vie, il avait toujours été presque certain que cela en était de même pour sa chère Yolande. Pourtant elle était là, devant lui, avait tout fait pour le sauver d'une mort certaine et proférait maintenant des menaces aux autres femmes et à son endroit. Si cela n'était pas une preuve d'amour, il ignorait ce que c'était. Non pas qu'il avait besoin d'une preuve supplémentaire à l'aveu que Yolande lui avait fait quelques heures plus tôt, mais en fait, il avait toujours cru que ces trois petits mots n'étaient jamais aussi sincères que les gestes d'amoureux.

-«Par contre, si je vous surprend à courtiser un autre homme, il n'y survivra pas, je vous préviens à l'avance.»,
fit le duc, d'un ton tout à fait sérieux, la main de Yolande toujours contre son cœur.


Il n'était pas jaloux... Enfin presque pas. Mais il savait que cela lui briserait littéralement le cœur en miettes s'il voyait une telle scène. Cependant, il avait une confiance presque aveugle en la duchesse, il savait qu'elle ne tomberait pas amoureuse d'un autre homme alors qu'elle lui avait avoué son amour, ce qui pour elle, était très précieux. Tout comme pour lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 23 Fév - 23:04

Le regard de Malek me fit encore plus sourire. J’étais tout à fait sérieuse, si une femme s’approchait de lui un peu trop près, elle ne risquait pas cher de sa peau ! Je pensais d’abord lancer des rumeurs sur elle, puis la ridiculiser en publique puis verser de l’arsenic dans son verre pour la faire souffrir et mourir. Oui, c’était une bonne idée, j’allais sûrement l’utiliser pour la prochaine dinde qui viendrait mettre son nez dans des affaires qui ne la concernaient en rien .

Malek attrapa ma main, déposa un baiser dessus et la plaça sur son cœur. Je sentais les battements de celui-ci sous ma paume et son rythme assez lent me tranquillisa un peu. Je lui souriais avec douceur. Si, justement j’avais toutes les raisons d’être jalouse, il m’aimait peut-être, mais nous n’avions toujours pas disons consomé notre amour, alors qu’avec les autres, il n’avait pas hésité une seconde. Oh que non, je ne voulais en aucun presser la chose, mais je m’inquiétais tout de même un peu. Aimer, n’était qu’un mot et j’avais beau le croire, ce n’était qu’un mot.

« Mais si ! J’ai toutes les raisons d’être jalouse et puis ne dit-on pas que la jalousie est sœur d’amour ? Je vous aime Malek et je sais que vous m’aimez aussi, alors ne faites pas attention eux crises de jalousies que je vais sûrement vous faire endurer ! »

Je le regardais moqueuse. Oh que oui, j’allais beaucoup lui répéter qu’il regardait les autres femmes et patati et patata. Mais c’était normal. Nous les femmes avons cette habitude de nous en faire pour peu de choses surtout en ce qui concernait nos chers amants si libertins. Eh oui, je ne pouvais refuser entièrement une chose à Malek alors que de mon côté je m’en donnais à cœur joie. J’avais besoins des hommes, c’était l’une des occupations les plus importantes dans ma vie, mais je ne faisais guère attention aux sentiments. Et voilà que mon cœur avait choisi Malek, aussi libertin que moi…ridicule.

« Sachez, monsieur, que les hommes sont un de mes passe temps favoris. Il va falloir vous surpasser pour tous les remplacer ! Et si vous vous battez encore en duel, je vous préviens, je vous attache à un fauteuil roulant ! »

Je souriais et embrassais Malek sur la bouche. Qu’il était agréable d’exécuter ce geste si simple et pourtant si réconfortant. Et puis je ne me lassais pas d’effleurer ses lèvres, maintenant qu’il avait faillit mourir, j’avais peur de ne plus le voir, le sentir, le toucher où même l’entendre. Était-ce cela qu’on appelait l’amour ? Je l’espérais, car en vérité seul le mot m’était connu, pour le reste je n’avais eu aucune aide. Il faudrait que je demande à la reine, elle qui est tombait, elle aussi, d’un Suède. Qu’elle ironie du sort …. Vraiment.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Dim 26 Fév - 4:20

« Mais si ! J’ai toutes les raisons d’être jalouse et puis ne dit-on pas que la jalousie est sœur d’amour ? Je vous aime Malek et je sais que vous m’aimez aussi, alors ne faites pas attention eux crises de jalousies que je vais sûrement vous faire endurer ! »

Malek sourit aux paroles de Yolande et répondit :

«Soit... Je crois que je devrai m'y faire! Tant que vos crises de jalousie sont pour moi et pas un autre homme, je crois bien que je pourrai m'y faire!»

Et sinon, qu'il soit un homme damné, car il ne pourrait prendre le choix de s'éloigner d'une femme aussi merveilleuse pour une raison aussi futile. Et après tout, il devait bien avoué que cela lui plaisait de voir que la duchesse tenait tant à lui. Il doutait fortement qu'elle est avoué à un autre homme que lui qu'elle planifiait être jalouse bien plus qu'une fois, et cela, par amour pour lui.

« Sachez, monsieur, que les hommes sont un de mes passe temps favoris. Il va falloir vous surpasser pour tous les remplacer ! Et si vous vous battez encore en duel, je vous préviens, je vous attache à un fauteuil roulant ! »


Yolande l'embrassa alors sur ces mots et Malek ne pût s'empêcher de sourire légèrement lorsqu'elle le fit. Il se sentait réellement l'homme le plus choyé au monde. Le seul bémol en ce moment, c'est qu'il aurait bien aimé démontrer à quel point il aimait Yolande... Il aurait aimé pouvoir goûter à sa peau, sentir ses courbes sous ses mains... Mais seulement, dans l'état où il était, Malek dû se résigner à se dire que cela serait pour plus tard, si la jeune femme le souhaitait, évidemment...

« Oh, je sais bien que vous êtes une femme qui aime courtiser, seulement, j'espère que je serai toujours le premier dans votre cœur... Et pour ce qui est du duel, ne vous inquiétez pas, à moins que cela ne soit pour vous, je n'ai absolument pas l'intention de recommencer. Je crois que cela m'a causé assez de tracas, jusqu'ici... »

Il avait murmuré ces mots, car Yolande était toujours près de lui. Il se sentait comme s'ils étaient seuls au monde, dans leur univers secret. Malek se dit que cela ne pouvait durer. Bien qu'il ne le laissait pas paraître, le Suédois s'inquiétait tout de même un peu du fait que Yolande et lui était très libertins. Après tout, comment une relation saine pourrait survivre à cela? Allaient-ils pouvoir écarter leur nature et leurs habitudes aussi facilement? Instinctivement, le Suédois affirmerait que oui, par amour pour Yolande, il ne voyait plus aucune femme. Elles semblaient toutes insipides. Seulement, était-ce la même chose pour sa chère duchesse? Et cela allait-il durer? Ces questions le torturaient plus qu'il ne l'aurait voulu et il tentait de les écarter. Leur bonheur venait à peine de commencer, pourquoi se tracasser aussi vite?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Dim 26 Fév - 12:02

Je me mis à rire, un rire cristallin, charmant, doux que certaines femmes m'enviaient. Pas toutes, car beaucoup aimaient leur rire à elle, si elles ne pouvaient être ce qu'elles voulaient à la cour, leur rire montrait une partie de leur personnalité. Je les comprenais un peu, vraiment un tout petit peu ... C'est vrai quoi, elles avaient la chance d'être à Versailles et elles se plaignaient, des fois je me demandais bien pourquoi elles étaient là à se pavaner. Je pris une gorgée de vin, le verre que j'avais dans la main, pendouillait entre mon index et mon majeur. Je me levais et m'étirais, car à force d'être assisse et de ne pas bouger, des crampes commençaient à se faire ressentir. Je baillais également. Le médecin donna quelques instructions à Malek avant de partir, il avait sûrement autre chose à faire que nous regarder. Je décidais de m'approcher de la fenêtre, de jolies couleurs apparaissaient dans le ciel, principalement le rouge, l'orange et un rose penchant parfois vers le violet. Après quelques secondes je me retournais, un grand sourire aux lèvres.

« Mais, vous vous y ferez ! J'ai beau coucher avec un nombre incalculable d'hommes, croyez-moi, aucun n'a eu la chance d'entendre ces mots sortir de ma bouche. Enfin si l'on peut appeler cela une chance .. »

Je me rapprochais de lui, toujours avec un joli sourire. Il paraissait bien faible avec les chiffons couverts de sang qui recouvraient la plaie ouverte. Un soupir de découragement traversa mes lèvres où le baume couleur rouge sang avait disparu. D'ailleurs, je ne devais plus ressembler à grand-chose avec mes cheveux tout emmêlés, ma robe qui n'en était plus une et mon maquillage où des traces de larme apparaissaient. J'embrassais ensuite Malek, oui, il allait devoir se surpasser pour remplacer tous mes amants. Mais quand je disais cela, je ne le pensais pas vraiment. Je ne pouvais lui imposer ceci et même si cela me mettrait dans des états pas possible, je ne pouvais pas lui interdire de voir des femmes. J'essayais de garder tout ça pour moi, car je ne voulais pas l'embêter avec toutes ces questions qui n'auraient probablement aucune réponse. Néanmoins, le seul fait qu'il croise cette Rohan me rongeait le coeur. Il l'avait aimé, j'en était certaine et ils étaient à présent bons amis, mais cette vipère, elle l'aimait toujours ! Qui sait de quoi elle serait capable pour le reprendre, il suffit que Malek ai bu quelques verres pour qu'elle le pousse à faire je ne sais quoi.

« Je vous l'assure ! Vous aurez toujours une place dans ce coeur qu'il est si dur d'atteindre, que vous soyez à la première place ou à la dernière. Mais même pour moi, je vous en prie, ne vous battez pas. Il me serait extrêmement dur de vous perdre, imaginez un instant que ça soit la situation inverse, comment réagiriez-vous ? »

Je me retournais sans attendre de véritable réponse, car je pensais déjà la connaître. Le grand miroir qui trônait dans un coin de ma chambre, me renvoya mon reflet et j'eus un hoquet à la fois de terreur et de surprise. Mon dieu ! Je ressemblais à ces vieilles femmes qui se tartinent la figure de toutes sortes de poudres pour paraitre plus jeune. Je passais une main sur mon visage et tirais mes cheveux en arrière, vite il fallait que l'on me voit sous mon meilleur jour et non pas comme une folle. J'ordonnais à mes dames de me préparer une bassine d'eau et tout le taratata pour un bon bain. Je me tournais ensuite vers mon amant et pointais de mon doigt ma figure, qui ressemblait plus à une palette de peinture.

« Comment n'avez-vous pas eu peur en regardant ça, vraiment ! Votre vue est-elle aussi troublée que ça ? Il faudrait peut-être que je rappelle le médecin pour qu'il vous donne quelque chose ? Pouvez-vous m'attendre quelques minutes, que je me fasse présentable ? »

Direction la salle d'eau, en dix minutes j'étais de nouveau fraiche comme une fleur. Mes cheveux mouillées étaient rassemblés en un chignon et, n'ayant pas envie de me refaire étouffer par un corset, une simple chemise en coton recouverte d'une robe de chambre en velours me couvraient. Mes pieds étaient nus et je trottinais vers mon amant. Son expression était soucieuse, il devait sûrement réfléchir à une chose dont il ne devrait même pas penser. Mes sourcils se foncèrent et m'arrêtant dans l'encadrement de la porte, je le regardais.

« Malek ? Qui -a-t-il ? Vous me semblez ... préoccupé par des choses qui ne devraient pas avoir votre attention ... »

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   Jeu 1 Mar - 5:07

- « Je vous l'assure ! Vous aurez toujours une place dans ce coeur qu'il est si dur d'atteindre, que vous soyez à la première place ou à la dernière. Mais même pour moi, je vous en prie, ne vous battez pas. Il me serait extrêmement dur de vous perdre, imaginez un instant que ça soit la situation inverse, comment réagiriez-vous ? »

Malek la regarda un moment, avec un petit sourire sur ses lèvres. Elle espérait réellement qu'il ne se batte pas pour elle? Si la même situation arrivait, mais que Yolande était la demoiselle en question, il aurait accepté sans hésiter le duel, même que cela aurait été probablement lui qui l'aurait proposé. Avant, Malek n'aurait jamais ouvert son cœur aussi grand pour une femme. La seule pensée qu'il soit possible que son cœur se brise pour une femme lui était insupportable. Le duc aimait à penser qu'il était inatteignable, mais point intouchable. Cependant, Yolande modifiait peu à peu sa personnalité, ou plutôt, faisait ressortir des traits de son caractère que Malek ne croyait même pas qu'il avait. Maintenant, peu importe son honneur ou sa dignité, il était prêt à mourir pour cette femme, il pourrait faire n'importe quoi simplement pour la voir sourire...

Le duc choisit donc d'ignorer la première phrase de sa duchesse adorée, car il savait que ces paroles n'étaient pas songées et que cela n'étaient que pures badineries. Yolande faisait comme si une multitude d'homme pouvait toujours l'atteindre, mais le duc était assez confiant en lui pour savoir qu'il était le seul qu'il l'ait réellement touché... Au cœur bien sûr, car pour ce qui est des choses au lit, il devait bien être le seul homme qui ait fréquenté Yolande aussi longtemps sans qu'il n'est partagé sa couche avec elle. Non pas qu'il n'aie aucun désir pour elle, bien au contraire... Cependant, Malek avait cru qu'il était bon d'attendre, de bâtir une vraie relation, surtout compte tenu du fait que les deux amants étaient très volages. Mais maintenant que leur amour était véritable et fondé, Malek n'attendait que le moment parfait arrive, et ce n'était certainement pas avec le flanc ouvert que le moment pourrait arriver. Et cela le faisait rager.

- « Je ne pourrais même pas imaginer de vous perdre, ma chère duchesse. C'est une pensée beaucoup trop dure pour moi et mon cerveau peine à accepter de me montrer de telles images. Et pour ce qui est de me battre, Yolande, vous connaissez mon tempérament et les sentiments que j'ai pour vous. Si une telle situation survient et qu'elle vous concerne, je n'hésiterais même pas à mettre ma vie en danger, et vous le savez. »

Malek avait parlé avec un petit sourire séducteur qui aurait fait craquer toutes les femmes de la Cour, mais ses yeux exprimaient toute la sincérité du monde.
Yolande ne semblait pas attendre de réponse, car elle se tourna vers le miroir pour se regarder et parue plutôt découragé. Il est vrai que son maquillage s'était quelque peu effacé par les événements et que sa coiffure n'était plus aussi parfaite, mais la duchesse resterait toujours aussi belle au yeux du duc.

« Comment n'avez-vous pas eu peur en regardant ça, vraiment ! Votre vue est-elle aussi troublée que ça ? Il faudrait peut-être que je rappelle le médecin pour qu'il vous donne quelque chose ? Pouvez-vous m'attendre quelques minutes, que je me fasse présentable ? »

« Voyons, très chère, ne vous sous-estimez donc pas! Peu importe votre maquillage ou votre coiffure, vous êtes magnifique. D'ailleurs, vous n'auriez même pas besoin de tout ces apparats, les demoiselles de la Cour vous envieraient votre beauté tout de même! »


Le duc avait dit cela avec un petit sourire, mais il cachait sa déception de ne pouvoir se lever pour aller enlacer Yolande dans ses bras. Il aurait aimé lui montrer à quelle point il la trouvait belle et désirable... Maudite soit cette blessure!
La duchesse appela alors ses dames de chambre et rafraîchit son allure. Lorsqu'elle se retourna, un air soucieux flottait sur son visage.

-« Malek ? Qui -a-t-il ? Vous me semblez ... préoccupé par des choses qui ne devraient pas avoir votre attention ... »

Il est vrai que Malek avait des pensées plutôt noires. Auxquelles il ne devrait pas penser à un stade aussi précoce de leur relation, mais il n'y pouvait rien. Néanmoins, le duc doutait qu'il était acceptable d'assombrir une fois de plus le bonheur de Yolande avec ses pensées déprimantes et pessimistes, c'est pourquoi il répondit :

-« Rien, ma douce, je crois que j'ai seulement besoin d'un peu de sommeil. Tout ces événements m'ont épuisés! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ Contenu sponsorisé

«»



MessageSujet: Re: I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll be yours if you'll be mine • Malek Von Strömstad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des inspecteurs forestiers pour proteger les parcs nationaux
» Décors Moria et Autres.
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» Haiti contient une immense reserve d'or, d'argent et de cuiv
» Les Portes de la Moria

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Versailles :: Les Appartements :: ♦Appartement de Yolande de Polignac-