Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Comment se Vétir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ Marie T de Sardaigne

«♣ The Most Happy ♣»


Messages : 435
Date d'inscription : 04/06/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: princesse , duchesse d'artois
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Comment se Vétir    Jeu 15 Déc - 18:18

Le costume féminin

Après la mort de Louis XIV la mode change . A l’époque où nous en sommes Marie Antoinette n’a pas encore imposée sa griffe , et nous suivons encore les gouts de Madame La Marquise De Pompadour
la mode pour les femmes fut aux robes flottantes. Elles avaient des jupes amplement drapés par-dessus des paniers. La silhouette des femmes qui les portaient semblait une grande cloche avec une très petite taille et de larges hanches. La plupart des robes étaient à taille basse, en pointe. Sous chaque robe les femmes mettaient un corps baleiné et des jupons. Les corsets étaient essentiels pour obtenir une petite taille et pour maintenir la forme des corsages, et les jupons aidaient à soutenir les paniers sous les jupes ; C’est à aprtir du régne de La Pompadour que celle-ci changea
Les paniers ont pris de l'ampleur autour des hanches, les jupes se mettant à ressembler à des boîtes. Juste avant que cet engouement ne disparaisse, l’ampleur de certaines de ces robes atteignait quatre mètres
Le satin, le taffetas, le velours, et les soies étaient populaires, et les robes étaient souvent couvertes de broderie fleurie, dans le style féminin du Rococo. Les bourgeoises utilisaient le coton et la laine et elles mettaient des jupons rigides au lieu de paniers. Le détail et les bijoux manquaient dans les robes de paysans, mais la forme fondamentale restait la même. Sans exception, tout le monde essaie d’être à la mode. Les gens riches, même les paysans, imitaient les styles du roi et de sa cour.
Il existe plusieurs Style de robes :
• La robe battante ;
• La robe à la polonaise dont la jupe possède trois volants sur des paniers circulaires ;
• La robe à la française (terme universel, mais qui a aussi des équivalents : contouche en allemand, andrienne en italien, sack-dress en anglais. On disait autrefois sacque en France, mais le terme s'est perdu) avec ou sans plis Watteau (ou à la Watteau) et avec une pièce d'estomac ou des compères selon l'époque ;
• La robe à l'anglaise, une robe à corsage ajusté, manches bouffantes, collerette et vertugadin plus large que les épaules.
Le costume se compose du Caraco , sorte de veste avec de grande manches ,, le pierrot et du Juste Par exemple

Enfin la coiffure de ces dames .. : Les cheveux ne se coupent plus, on en ajoute même des postiches pour gagner du bouffant. De nombreux accessoires (fleurs, oiseaux, poupée, animaux, etc.) s'ajoutent à la coiffure pour exprimer les goûts de celle qui les portent. Ils se poudrent aussi afin d'être blanc.
Elles portent parfois un laissez-tout-faire qui est un tablier orné qui se porte par élégance. C'est la mode des ombrelles. Les chaussures sont des escarpins ou des mules en soie à talons très haut.

Le visage était recouvert de blanc. Le blanc évoquait la virginité et donnait l'illusion d'un visage pur, exempt de toute tache, de toute cicatrice, et dissimulait les rougeurs, les couperoses et les dermatoses provoquées par la nourriture très épicée et par les vins capiteux. La blancheur du teint était également un signe d'oisiveté et donc de richesse. Les dames se mettaient aussi parfois une quantité impressionnantes de mouches (petites rondelles de taffetas noir disposées sur le visage et destinées entre autres à cacher les impuretés tels que les boutons, les petites rougeurs, les grains de beauté...), toujours pour faire ressortir la blancheur de leur teint. Les précieuses se blanchissaient et évitaient, lors des promenades, le bronzage en portant un masque qu'elles maintenaient par un bouton entre les dents, ce qui évitait la conversation.

Une couleur marque l'apogée de cette illusion : le rouge. Le rouge était la marque du pouvoir aristocratique. Quand une femme voulait séduire, elle ajoutait du rouge sur les joues.

Le costume Masculin
Chaque homme avait un justaucorps, des culottes courtes, une longue veste, et parfois un jabot blanc.
Les vestes, généralement de brocart, étaient très ajustées en haut, et en bas, elles s'évasaient du corps, laissant une place pour l'épée pour descendre jusqu'au genou. Les manches sont ajustées et ornées de galons.
La chemise se porte avec un gilet aussi long que la veste à boutonnage serré et avec des poches basses. La chemise se porte parfois avec un jabot blanc. Ces hommes mettaient, sous les culottes serrées juste en haut des genoux, des bas de soie. Les chaussures plates et noires avec une boucle finissaient la tenue. Toutes les classes sociales ont mis ces costumes pendant le siècle entier sans beaucoup de changements.

La coiffure consiste en des rouleaux de cheveux couvrant les oreilles aussi appelés ailes de pigeon ; cette coiffure élaborée entraïne souvent le port de perruque l'imitant.

Entre les classes économiques et sociales, le style des vêtements ne différait pas vraiment ; mais c’était par les tissus qu'elles étaient facilement distinguées.
Les classes supérieures utilisaient les soies, les brocarts et le velours pour les costumes et les robes, pendant que la classe ouvrière utilisait la laine et le coton, qui étaient moins chers. Les vestes de la noblesse avaient les embellissements, des broderies et des douzaines de boutons qui étaient considérés comme des bijoux 3. Les hommes des classes supérieures mettaient aussi des postiches blancs poudrés avec des boucles de cheveux près du visage et une queue. La classe ouvrière portait les vestes très peu ornées et les cheveux longs en queue de cheval nouée sur la nuque.

Fait à partir de pour ne rien vous cachée

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Comment se Vétir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» Annabuses, ou comment réussir son exam... , de A. Lasornette
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Vos premiers pas :: Les Décrets Royaux -