Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Jeu 1 Déc - 20:32

Malek venait à peine d'arriver à Versailles et il se plaisait déjà dans ce grand château. Bien que les commérages allaient bon train dans cet endroit, Malek s'y sentait à l'aise et croyait qu'il saurait faire face aux langues de vipères... Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il vivait dans une Cour!

Le jeune Suédois avait décidé de se promener un peu dans le château, histoire de retrouver certains souvenirs de son enfance et aussi de commencer à comprendre comment le château était fait. Car, s'il avait une audience ou quelquonque autre chose, il devait pouvoir se repérer dans ce grand château.

Heureusement pour lui, ses souvenirs étaient très frais dans sa mémoire et l'exercice ne fût pas difficle. Ce qui fût plus difficile par contre, c'était de s'empêcher de repenser à son père. Car la dernière fois qu'il était venu, c'était accompagné de celui-ci. Certes, il avait une énorme rancune envers la façon dont il l'avait élevé, mais c'était tout de même son père et Malek ne pouvait s'empêcher de ressentir un manque, un vide, depuis sa mort.

Le temps à l'extérieur était plaisant et Malek s'arrêtait parfois à des fenêtres pour observer les jeunes gens qui se promenaient candidement dans les jardins, profitant du soleil radieux. Il devrait peut-être se joindre à eux, mais pour l'instant il appréciait la tranquillité des couloirs quasiment déserts. Certes, il y avait quelques personnes qui le croisaient de temps à autres, mais il ne connaissait pas la plupart. En effet, la dernière fois qu'il était venu à Versailles, c'était le roi Louis XV qui était au pouvoir. Les choses avaient bien changées depuis... Mais Malek se disait que la Cour avait une atmosphère plus jeune, plus frivole, depuis que le nouveau roi était sur le trône.

En effet, les gens de la Cour semblaient être tous dans la même tranche d'âge et cela l'étonnait quelque peu, puisqu'à la Cour de Suède, il était dans les plus jeunes nobles à être complètement autonome. Ici, chacun semblait être entré complètement dans la vie de Versailles à un âge assez jeune puisqu'ils semblaient si... à l'aise.

Malek ressentit un certain malaise lorsqu'il pensa qu'il devra certainement bientôt rencontrer le roi et se présenter... Il avait entendu dire que les Suédois étaient moins les bienvenus à la Cour depuis l'arrivé de Fersen... Malek n'avait toutefois pas comprit pourquoi le roi gardait une rancune à l'égard de Fersen, mais c'était certainement une raison de pouvoir ou de coeur. Étant donné que personne ne pouvait avoir plus de pouvoir que le roi lui-même, la déduction était facile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Jeu 1 Déc - 21:16

Pourquoi se promener dans les couloirs alors que le soleil d'automne rayonnait à l'extérieur, ses rayons caressant l'herbe fraichement coupée ? Eh bien surement que les couloirs étaient plus discret pour des rencontres tout aussi discrètes. Les gens ne traînaient pas ici quand la reine et le roi étaient à l'extérieur et comme notre chère Marie-Antoinette aimait les balades au grand aire ...

Je marchais ou plutôt trottinais en riant à gorge déployé. Mes obligations devaient me garder aux côtés de sa Majesté la Reine, mais comprenant que moi, sa chère duchesse j'avais envie de la quitter quelques minutes pour me divertir à ma façon, elle me laissa partir, sourire aux lèvres. Ah mon grand soulagement la personne que j'attendais se trouvait bien à l'endroit ou le rendez-vous avait été convenue. Il me courait après et ma coiffure dans le vent je la tenais de mes deux mains.

Mes talons claquaient sur le sol de marbre et ma robe aux couleurs de la saison, c'est-à-dire marron et écarlate, volait dans les air à ma suite. Je tournais dans les recoins en me cachant, mais mon galant me rattrapait à chaque fois, me claquant des baisers sur la joue et la bouche. Beaucoup de monde devait se demander où j'étais passée. La Polignac, femme libertine frivole et sans coeur. Je ne pouvais les contredire, cela était ma réputation. Mais je n'étais pas sans coeur ! J'aimais la Reine et les enfants ...

Bref je continuais ma route quand mes yeux se posèrent sur une personne au bout du couloir. Je me stoppais net et faillit tomber à terre quand mon galant me fonça dedans. J'émis un petit hoquet et tapotais ma robe ainsi que ma perruque. Mince ! Si l'on me voyait comme ça ..j'aurais surement honte et plus de sourire forcé des courtisans trop collants. Je repoussais l'homme à mes côtés et avançais fièrement le long du couloir. L'individu allait surement m'entendre, c'était évident !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Jeu 1 Déc - 21:52

Malek entendit le bruit de talons claqués sur le sol, suivit d'autres pas. Surpris, il se retourna vers l'endroit d'où venait le bruit, et vit une jeune femme qui marchait d'un air fier vers lui. Un homme derrière elle semblait éberlué par sa réaction. Malek ne put s'empêcher de sourire devant l'étrangeté de la situation. Qui était donc cette femme qui avait la capacité de courir avec des talons? Non, ce n'était pas réellement son questionnement, mais cette réflexion le fit sourire. Ce qu'il se demandait, c'était qui était cette femme qui semblait aussi libre que l'air? Les convenances de la Cour semblaient lui passer mille pieds au-dessus de la tête. En effet, non seulement elle courrait dans les couloirs, mais elle venait visiblement de courtiser un homme et de le rejeter sans aucune raison.

Le jeune Suédois, piqué dans sa curiosité, se dirigeant donc vers la femme, avec la ferme intention de se présenter pour pouvoir avoir la chance de la connaître. Il replaça un peu son habit et passa une main dans ses cheveux. La distance fut donc parcourue et le duc de Strömstad s'inclina devant la dame. Il remarqua alors que la dame était d'une beauté indéniable et ses joues rosies par le plaisir lui donnaient un air fort agréable.

«Les dames sont-elles donc toutes aussi jolies à la Cour de Versailles? Il semble que je n'ai rencontré aucune demoiselle repoussante jusqu'alors...», se dit-il. Aussi, malgré l'apparence pleine de restriction de Versailles et l'étiquette fort stricte, les jeunes gens de ce palais ne semblaient pas s'en soucier plus que cela. Ils savaient juste bien cacher leur frivolité.

Malek se dit alors que si cette femme était aussi amusante qu'elle parraissait l'être, il adorerait l'avoir dans ses relations. En effet, c'est exactement ce que le Suédois cherchait. Il voulait quitter la monotonie et la banalité de sa vie. Diriger un duché l'ennuyait fortement, tout comme devoir faire attention à tout ce qu'il faisait en tout temps pour n'offenser personne. Il espérait alors que dans ce palais, certaines personnes aient les mêmes volontés que les siennes...

-Bonjour, ma chère, je tenais à vous dire que je n'ai absolument rien vu ni entendu, fit-il avec un sourire entendu et son léger accent suédois. Puis, en baissant la voix, il ajouta: Par contre, pauvre homme qui vient de se faire rejeter par vous! J'espère que vous n'étiez pas trop chère à son coeur!

Malek rit, puis dit d'un ton plus formel:

-Suis-je bête, j'ai oublié de me présenter! Je suis le duc Malek von Strömstad, de Suède. J'espère avoir la chance de vous connaître à mon tour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Ven 2 Déc - 17:44

Alors que l'homme se retournait, mon coeur faillit cesser de battre. Je continuais de marcher d'un pas rythmé sur le marbre des longs couloirs du château. Je me concentrais de toutes mes forces pour ne pas m'arrêter, pour ne pas me jeter sur lui, pour avaler ma salive qui me brulait la gorge. Pourquoi réagisses-ainsi ? Les hommes étaient des choses sans importance, brutal et très attachés aux atouts féminins. Bien entendu j'étais friandes de leur activité nocturne, mais n'avais aucun attachement pour eux. La preuve je venais d'en rejeter un alors que le jeu avait à peine commencer pour un autre, je dois l'avouer, beaucoup plus beau. En réalité je ne connaissais pas l'amour, le vrai.

Le beau brun, était un homme de haute stature avec beaucoup de muscles. Comment aucune femme ne pouvait pas faire semblant de tomber à terre pour que celui-ci l'aide .. À moins que ce ne soit qu'un goujat. Ses yeux bruns me fixèrent avec envie ? admiration ? moquerie ? Je ne saurais dire tant il était difficile de savoir ce qu'il pensait. Alors que je m'arrêtais devant lui et inversement, j'inclinais gracieusement ma tête et retrouvant tout à coup mes moyens, un joli sourire enjôleur et moqueur vint s'afficher sur mon visage.

-Bonjour, ma chère, je tenais à vous dire que je n'ai absolument rien vu ni entendu. Par contre, pauvre homme qui vient de se faire rejeter par vous! J'espère que vous n'étiez pas trop chère à son coeur!

Je ris, mon rire sonnait comme des clochettes. Je lui fis un clin d'oeil et me retournais vers mon galant et positionnant ma bouche près de l'oreille du beau brun qui avait un léger accent suédois. Je me dis que si tous les suédois sont tous aussi beau, j'aurais intérêt à me rendre à la cour de Suède ! Cela serait tellement divertissant. Mais je laissais tombé, la France me manquerait trop.


- Si vous parlez de ce jeune monsieur, je le montrais du doigt, je crois bien qu'il ne rentrera pas dans la couche de sa femme avant un bon moment ... Le pauvre aura tellement le coeur brisé qu'il sera en pleine déprime.


Je me remis droite en regarde l'homme. Je lui faisais surement peur .. Mais après tout faire peur de cette façon ne me déplaisait pas et puis le jeune homme s'en remettrait. Il connaissait ma réputation et ne pouvait donc pas espérer grand-chose.

-Suis-je bête, j'ai oublié de me présenter! Je suis le duc Malek von Strömstad, de Suède. J'espère avoir la chance de vous connaître à mon tour!

- Je suis ravie de vous rencontrer duc. Je suis Yolande Martine Gabrielle de Polastron, Duchesse de Polignac. Je suis enchantée de vous rencontrer.

Je souris et vint m'accrocher à son bras, l'obligeant à retrousser chemin et à continuer sa route à côté de moi. Mon galant d' il y a quelques minutes, était derrière verre de rage, prêt à raconter cela à tous les courtisans assoiffé de ragots en déformant grossièrement les faits. Malheureusement pour lui, sa tentative de vengeance tombera surement a plat, vu que tout le monde savait que je changeais d'amants comme de chemise.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster


Dernière édition par Yolande M. de Polignac le Sam 3 Déc - 8:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Sam 3 Déc - 1:11

Le duc fut agréablement surprit lorsqu'il vit la dame se lever sur le bout de ses orteils, pour lui dire à l'oreille:

«- Si vous parlez de ce jeune monsieur, je crois bien qu'il ne rentrera pas dans la couche de sa femme avant un bon moment ... Le pauvre aura tellement le coeur brisé qu'il sera en pleine déprime.»

Un léger sourire apparût sur les lèvres de Malek et il répondit du tact au tact, en chuchotant également à l'oreille dans la dame, comme si quelqu'un pouvait les entendre:

-Le pauvre en effet, mais je crains pour lui qu'il ne puisse vous retrouver, car pour l'instant je vous garde à mes côtés!, fit-il, d'un air tout à fait sérieux, mais une lueur d'humour se voyait dans son regard sombre.

Puis, lorque Malek se présenta, la jolie dame reprit une posture plus formelle si l'on peut dire et lui dit:

«- Je suis ravie de vous rencontrer duc. Je suis Yolande Martine Gabrielle de Polastron, Duchesse de Polignac. Je suis enchantée de vous rencontrer.»

-La plaisir est pour moi, très chère!, Malek s'inclina à nouveau, en prenant soin de ne pas quitter la duchesse des yeux.

Celle-ci lui fit alors un sourire tout à fait charmant et s'accrocha à son bras. Une fois de plus prit par surprise, le duc se laissa faire et ne pût s'empêcher de rire. Cette femme lui plaisait de plus en plus. Il sentait que tout pouvait être tellement simple avec elle. Il ne pouvait douter que la présence de Yolande devait être fortement appréciée au sein de Versailles, elle emmenait tellement de fraîcheur, alors qu'ils venaient à peine de se rencontrer. Lorsqu'elle le força à rebrousser chemin, il ne rechigna donc pas et se mit à marcher à ses côtés.

-Alors, Duchesse de Polignac, ou devrais-je dire Yolande Martine... Non, je crois que ma mémoire me fait défaut, nous allons donc rester avec Yolande je crois!, fit Malek en lançant un sourire taquin à la jolie dame accrochée à lui. Alors, donc, que faites-vous à l'intérieur de Versailles, alors que le temps est si clément à l'extérieur dites-moi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Sam 3 Déc - 21:23

Ainsi, il me garderait auprès de lui ? Cette pensée ne me déplut pas, bien au contraire. J'affichais une mine satisfaite sur mon doux visage au teint de porcelaine, mais rougit par ma course d'il y a quelques minutes. Quelques mèches folles s'échappaient de ma perruque rouge. Depuis que Marie-Antoinette était arrivée en France, la mode était aux cheveux clairs. A mon humble avis, le blond ne devait pas du tout m'aller et je préférais garder mes boucles rousses et penchais parfois pour des cheveux bruns.

Une fois que je me présentais, le jeune duc s'inclina sans me quitter des yeux, je lui donnais ma main à baiser. Je lui lançais un regard moqueur, je sentis que j'allais bien m'amuser et que la journée risquer d'être bien trop courte pour en profiter, il restait cependant une autre solution, que j'allais pouvoir envisager plus tard dans la conversation. Pendant que je m'accrochais à son bras, le forçant à rebrousser chemin et à continuer la marche dans les longs couloirs, je l'écoutais attentivement.

-Alors, Duchesse de Polignac, ou devrais-je dire Yolande Martine... Non, je crois que ma mémoire me fait défaut, nous allons donc rester avec Yolande je crois!

- Mon cher, pensez-vous réellement que j'ai une tête à m'appeler Martine ? Yolande ou Gabrielle, d'accord, mais Martine ....

Mes yeux le regardèrent sous mes longs cils. Je vis une lueur d'amusement et de taquinerie dans ses prunelles, ce qui me fit encore une fois, rire aux éclats.

- Alors, donc, que faites-vous à l'intérieur de Versailles, alors que le temps est si clément à l'extérieur dites-moi?

- Ne savez-vous point que le soleil gâte le teint des jolies dames ?

Mon expression changea et en me regardant, on aurait pu voir une sainte. Puis ouvrant mon éventail (qui était accroché à mon poignet depuis le début), je m'éventais avec grâce. Puis, le fermant d'un geste sec, je le passais sur la joue du duc puis sous son menton et enfin vers sa mâchoire, la poussant légèrement pour qu'il me regarde.

- Disons que je m'amusais avec un galant ... j'aurais pu continuer à m'amuser si vous n'étiez pas arrivé. Puis baissant la voix d'un aire entendu. Bien que vous soyez d'une bien meilleure compagnie. Mais vous que faites-vous à Versailles ? Vous n'êtes point de ce pays-ci, je l'entends a votre accent.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Lun 5 Déc - 0:44

«- Ne savez-vous point que le soleil gâte le teint des jolies dames ?», répondit Yolande, avec un air tout à fait sérieux.

Le jeune homme baissa un regard taquin vers la jeune dame à ses côtés. Il savait en effet que les femmes faisaient tout pour pouvoir avoir le teint le plus blanc possible. Cependant, Malek doutait que la mode valait le sacrifice du bonheur de sentir le soeil sur sa peau... De toute façon, le jeune Suédois se doutait que ce n'était pas pour le teint que Yolande était à l'intérieur, surtout après avoir vu le plaisir qu'elle avait eu à s'amuser avec un galant...

- Ne faites point cet air d'ange, madame de Polignac, je me doute que ce n'est pas la vraie raison pour laquelle vous restez à l'intérieur... Mais, il est inutile d'en parler plus, je crois!

La duchesse s'éventa alors et un petit silence s'installa entre les deux. Rien d'inconfortable, au contraire, Malek profitait de la présence de Yolande et appréciait le calme du château. Quand, il serait inutile que Malek se fit encore une fois prendre par surprise, car c'était visiblement toujours le cas avec la duchesse de Polignac, celle-ci effleura la joue de Malek avec son éventail. L'éventail passa ensuite de sa joue, à son menton, et enfin à sa mâchoire, que Yolande fit tourner vers elle.

Malek avait apprécié le contact et lorsque ses yeux rencontrèrent ceux de Yolande, il sourit d'un air amusé. Mais que voulait donc faire cette jeune femme si intriguante?

Celle-ci lui dit alors: «Disons que je m'amusais avec un galant ... j'aurais pu continuer à m'amuser si vous n'étiez pas arrivé. Bien que vous soyez d'une bien meilleure compagnie. Mais vous que faites-vous à Versailles ? Vous n'êtes point de ce pays-ci, je l'entends a votre accent.»

-Je vous remercie du compliment, duchesse... Et je suis à Versailles pour prendre de petites vacances, mais également pour affaire, bien sûr. Je viens de la Suède... Et vous me chagrinez, duchesse, je croyais avoir un français parfait, c'est ce que le monde me dit généralement lorsque je suis en France... Mais je crains que ce ne soit que par politesse... , fit le duc, d'un air faussement triste. Mais, je ne suis pas assez orgueilleux pour refuser cette critique, et donc je crois que je vais tâcher de m'améliorer... Peut-être pourriez-vous m'aider,fit Malek, avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Lun 5 Déc - 21:34

Je souriais au fur et à mesure que le jeune Suédois parlait. Enfin jeune, il le paraissait, mais encore fallait-il savoir son âge. Je me doutais que Malek ne devait pas excéder 25 ans et encore j'étais plus que large. Mes yeux noisettes se promenèrent sur le visage du duc. Qu'il était beau ! Je l'observais à loisir, me délectant de ses moindres traits.

Mon sourire moqueur trônait toujours sur mes lèvres écarlates, colorées par le baume à lèvre. Il grandit peu à peu jusqu'à découvrir mes dents miraculeusement blanches et droites. J'avais une énorme chance et je m'en servais du mieux que je pouvais. C'était le sourire (et l'apparence en général) qui attirait l'homme et non une mocheté avec un bel esprit, à moins que vous ayez la beauté et l'intelligence.

-Je vous remercie du compliment, duchesse... Et je suis à Versailles pour prendre de petites vacances, mais également pour affaire, bien sûr. Je viens de la Suède... Et vous me chagrinez, duchesse, je croyais avoir un français parfait, c'est ce que le monde me dit généralement lorsque je suis en France... Mais je crains que ce ne soit que par politesse...

- La Suède ? Vraiment ? Et est-ce que la Suède regorge de jeune homme comme vous, mon cher ? Car, dans ce cas j'envisagerais sérieusement de déménager à la cour de ce beau pays !

Je riais un peu. Il ne fallait pas paraitre trop niaise, ni quoi que ce soit. Juste ce qu'il fallait pour plaire à Malek et il fallait absolument que je me le mette dans la poche. Un air légèrement attristé apparu sur son visage, ma main tapota la sienne, nos yeux se croisant dans un éclair de malice.

- Mais, je ne suis pas assez orgueilleux pour refuser cette critique, et donc je crois que je vais tâcher de m'améliorer... Peut-être pourriez-vous m'aider

-Vous apprendre le français ? Hum .... Je fis celle qui avait du mal à se décider. Et que m'apporterez vous en échange de ces quelques cours ?

Alors qu'une moue était apparue sur mon doux visage, elle disparut et fit place à un sourire enjôleur en coin. Je m'arrêtais et passant mon éventail, toujours fermé, sur le torse puis le bras du duc tout en tournant autour de lui, je laissais mes mains me suivre. J'avais une chance sur deux qu'il ne me repoussa pas et j'espérais que je penchai plutôt vers le deux. Je n'allais tout de même pas le mettre si tôt dans ma couche ... non, juste essayer de le cerner et enfin je pourrais. Mes yeux l'inspectèrent comme un homme inspecte une vache avant de l'acheter. Bien sûr ce beau duc n'avait rien d'une vache ! Passant derrière lui, je lui soufflais près de l'oreille :

-Peut-être votre amitié ? Quand dites-vous ?

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Lun 5 Déc - 22:53

Lorsque Malek était en train de parler à Yolande, un joli sourire apparaissait sur les lèvres de celle-ci, dévoilant ses belles dents blanches. Malek se dit alors que ce sourire allait certainement le faire mourir... De plus, les jolis yeux noisettes de Yolande ne le quittaient pas, et semblaient même l'évaluer. Cela amusait le jeune duc et il appréciait les femmes qui avaient autant confiance en elles.

«- La Suède ? Vraiment ? Et est-ce que la Suède regorge de jeune homme comme vous, mon cher ? Car, dans ce cas j'envisagerais sérieusement de déménager à la cour de ce beau pays !», fit la duchesse, en riant.

Malek lui fit un sourire charmeur et lui répondit:

-J'en serais enchanté, ma chère, des femmes telles que vous ne pourraient qu'améliorer mon pays!

Puis, lorsque le duc lui proposa d'être son aide en français, la jolie dame joua les incertaines. Malek ne la quitta pas des yeux lorsqu'elle parla, c'était une femme tellement... charmante!

-«Vous apprendre le français ? Hum .... Et que m'apporterez vous en échange de ces quelques cours ?»

Celle-ci fit alors la moue et s'arrêta, obligeant par le fait même Malek a s'arrêter. Elle se mit alors à le frôler de son éventail, le passant sur son bras, son torse et tourna autour de lui. La main légère de la duchesse suivait son parcours, en le frôlant au fur et à mesure. Malek se dit alors qu'il allait certainement devenir fou. Les poils de ses bras se hérissèrent et le jeune duc dû se faire violence pour ne pas emprisonner la duchesse dans ses bras et l'embrasser. Qui était-elle pour tenter de le charmer ainsi? Ignorait-elle toute l'emprise qu'elle pouvait avoir sur les hommes? Elle jouait certainement avec le feu et Malek ne pourrait se contenir plus longtemps. Mais il avait tout de même le souvenir de Victoire, la princesse de Rohan, dans son esprit, et il ne pouvait l'effacer.

Malek ferma les yeux un moment tentant de se ressaisir et les rouvra en tourna la tête pour tomber dans les yeux de Yolande. Celle-ci passa alors derrière lui et lui murmura à l'oreille:

«Peut-être votre amitié ? Quand dites-vous ?»

Malek effleura le visage proche de son oreille de la main et se tourna vers Yolande. Lorsqu'il parla, ce fut d'une voix rauque par l'émotion qu'il vivait.

-Duchesse, vous me torturez... Mais votre demande semble acceptable, nous sommes donc amis, n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Mar 6 Déc - 17:00

Malek avait pendant un moment les yeux fermés. Je fronçais légèrement les sourcils, mais souriais intérieurement. Logiquement, il pensait à quelque chose qui lui était cher pour ne pas succomber à la tentation. Je savais cette méthode, car à force d'observer des charmeurs qui se faisaient charmer, j'arrivais à savoir ce qu'ils pensaient. Méthode que j'avais découvert à force de pratique. Ses yeux bruns se rouvrirent et me regardèrent, je passais alors derrière lui.

Je ne faisais que le frôler, sans jamais appuyer. Sous mon touché, je sentais ses muscles se contracter ... Hum, à quoi pensait-il cet instant ? Était-il fiancé ? Ou même marié ? Non, cela m'étonnerait fortement, quoique ...Je lui soufflais quelques mots à l'oreille, le frôlant de mes lèvres. Peu de temps après, en fait à peine quelques secondes, sa main effleura ma joue et il se retourna pour me regarder.

Je croyais desseller de l'envie dans ses yeux, mais aussi une pointe de nostalgie, malheureusement, aucune confirmation n'était présente. Je gardais une expression impassible, à vrai dire j'avais un certain talent pour cacher mes sentiments, encore plus les échanger. Il suffisait que je pense à autre chose qui me faisait plaisir ou encore l'inverse.

-Duchesse, vous me torturez...


- Je vous torture ? Après tout il fallait vous y attendre ... Malek.

Je m'évader un peu plus loin dans le couloir cachant mon sourire derrière mon éventail. Puis je tournais sur moi-même écartant les bras pour qu'il me voit tout entière.

-Mais sachez, mon cher, que parfois la torture est bien plus plaisante que l'amour !

Je riais intérieurement, j'essayais de ne pas rire ouvertement et seul un petit rictus moqueur pouvait laisser deviner mes envies. Je recommençais à tourner autour de lui, mais un peu plus loin, donc il ne pouvait plus me toucher, mais me regarder à loisir.

- Mais votre demande semble acceptable, nous sommes donc amis, n'est-ce pas?

- Finalement, je ne sais si je serais votre amie ... Je dois vous avouer que j'ai un caractère très changeant. Je continuais de m'éventer avec grâce. Mais, vu que votre merveilleux accent vous fait défaut ... je suis bien obligée.

Je me stoppais devant lui et lui tendais ma main à serrer.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Mer 7 Déc - 3:28

Alors que Malek avait ses yeux plongés dans ceux de la duchesse de Polignac, il ne pouvait savoir ce que celle-ci pensait. Elle était si... énigmatique. Elle pourrait être en train de se moquer du duc, que celui-ci ne pourrait même pas le savoir...

Elle dit alors, toujours de ses manières amusées et légères:

«- Je vous torture ? Après tout il fallait vous y attendre ... Malek.»

S'y attendre? Lorsque Malek se promenait dans les couloirs aujourd'hui, c'était bien la seule chose à laquelle il s'attendait! Yolande s'éloigna alors de lui avec grâce, en cachant de façon tout à fait charmante son sourire derrière son éventail. Puis, elle se mit à tourner sur elle-même, comme si elle voulait se soustraire à son regard, sans réellement le prendre en compte.

- Comment aurais-je pu m'y attendre, chère Yolande? Vous m'emmenez de suprises en surprises depuis que nous nous sommes rencontrés!


Malek avait un petit sourire amusé sur ses lèvres, en regardant cette jeune femme s'offrir ainsi à ses yeux. Il se demanda alors ce qu'elle cherchait réellement de lui... Assurément juste une conquête de plus. Mais Malek choisit de ne pas lui donner ce plaisir. Yolande de Polignac était une femme attirante et séductrice, et par cela, Malek se doutait qu'elle devait avoir tous les hommes qu'elle voulait à ses pieds. Il décida donc, avec amusement, à jouer le jeu de l'homme qui ne se laissait pas impressionner.

«--Mais sachez, mon cher, que parfois la torture est bien plus plaisante que l'amour !»

-Eh bien? Vous m'en direz tant! Je crois, en fait, que les deux ne peuvent être comparables, très chère duchesse!
, fit-il, toujours avec ce petit sourire amusé.

La duchesse avait un léger sourire sur les lèvres, qui lui seyait bien. Elle s'arrêta alors, en continuant à s'éventer gracieusement.

«- Finalement, je ne sais si je serais votre amie ... Je dois vous avouer que j'ai un caractère très changeant. Mais, vu que votre merveilleux accent vous fait défaut ... je suis bien obligée.»

Elle lui tendit alors sa main, et Malek s'approcha alors d'elle, franchissant la distance qui les séparait et la serra doucement.

-Oui, j'ai pu remarquer votre caractère changeant, mais rassurez-vous, ce n'est point déplaisant, bien au contraire... Et si vous qualifiez mon accent de «merveilleux», peut-être serait-il inutile alors que vous m'appreniez à mieux parler votre belle langue, n'est-ce pas?

Malek eut un sourire charmant et, sa main tenant toujours celle de Yolande, il l'a fit tourner sur elle-même. Appréciant de voir sa robe alors se gonfler et le parfum délicieux de la jeune dame venant à lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Mer 7 Déc - 17:07

- Comment aurais-je pu m'y attendre, chère Yolande? Vous m'emmenez de suprises en surprises depuis que nous nous sommes rencontrés!

- Mais bien entendu, il fallait vous y attendre ! Pensez vous qu'une belle femme peut-être gentille avec les hommes. Je le regardais. En fait, vous le pensez, me tromperais-je ?

Je tournais sur moi-même, le laissant me regarder. Mais pourquoi ne réagissait-il pas ? Patiente, Patiente, pansais-je. Le jeune duc allait bien tomber dans le piège un jour ou l'autre ! C'était obligé. Aucun homme ne m'avait encore résisté et ce n'est pas lui qui changera la règle ! Je m'efforçais tant bien que mal de me calmer, de peur que je deviennes rouge. Je gardais donc un sourire amusé.

Alors que je lui tendais ma main pour que notre amitié soit scellée, sa peau contre la mienne me troubla. J'étais en colère contre moi-même. Ce n'était qu'un homme, bon dieu ! Qu'avait-il de spécial ? Il était certes beau, mais bien des hommes lui ressemblaient. Je me mordais la lèvre inférieure et essayais de me maîtriser. Malek me fit tourner sur moi-même et je me détendis immédiatement. Un joli rire gaie résonna dans les couloirs.

-Oui, j'ai pu remarquer votre caractère changeant, mais rassurez-vous, ce n'est point déplaisant, bien au contraire... Et si vous qualifiez mon accent de «merveilleux», peut-être serait-il inutile alors que vous m'appreniez à mieux parler votre belle langue, n'est-ce pas?

-Mon cher vous êtes bien obligé d'avoir un accent irréprochable, si vous ne voulez pas avoir d'ennemis. Les femmes aiment les accents, mais les hommes !


Je pris un air abattu puis m'approchant de lui encore un peu plus, j'avançais mon visage à quelques centimètres du sien. Nos nez pouvaient se toucher. Je n'avais pas l'intention de l'embrasser, bien que l'envie me démangeais. Un sourire moqueur trônait sur mes lèvres et je le regardais droit dans les yeux.

- Alors, pour vous la torture est l'amour ne peuvent être comparable ? J'effleurais sa joue de mes lèvres. Je crois bien au contraire qu'ils peuvent l'être. En fait, je pense même qu'ils se confondent.

Je frôlais ses lèvres des miennes. Que c'était drôle, je m'amusais énormément en ce moment. Je continuais ce petit jeu de séduction, en fait c'était là où j'étais le plus à mon aise. Ma main vint se plaçer dans sa veste et je le forçais à se rapprocher de moi. Ce n'étais pas très facile vu la masse de muscle, mais il ne semblait pas résister ce qui me simplifia la tâche. Je déposais un baiser sur sa mâchoire puis me reculant d'un coup pour ne pas aller trop loin, je le regardais avec des yeux joueurs.

- Alors ?

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Mer 7 Déc - 17:32

Lorsque Yolande lui affirma que les femmes aimaient les accents, mais non les hommes, le duc sourit. Si les femmes aimaient sa façon de parler, comment pourrait-il avoir la volonté de la changer? À peine avait-il dit cela, que la duchesse se rapprocha de lui à tel point qu'il sentait son souffle sur sa peau. Les yeux dans les yeux, une tension perceptible dans l'air, la jeune femme lui dit alors dans un souffle:

«- Alors, pour vous la torture est l'amour ne peuvent être comparable ?Je crois bien au contraire qu'ils peuvent l'être. En fait, je pense même qu'ils se confondent. »

-Eh bien, c'est un point de vue auquel je n'ai jamais songé... Mais vous semblez déterminée à me prouver vos dire, fit-il, avec un sourire moqueur.

Yolande lui frôla alors sa joue de ses lèvres et Malek se dit encore une fois qu'il ne pourrait se retenir bien longtemps. Mais il comptait bien se jouer de cette femme qui était tant habituée à avoir tous les hommes à ses pieds. Yolande lui frôla alors les lèvres et Malek se posa une main au creux de ses reins, la rapprochant un peu plus de lui. Au même moment, Yolande le tira vers elle, en prenant sa chemise. Cette femme était ensorcelante et sublime. Malek devait s'avouer qu'il comprenait pourquoi elle avait autant l'assurance de pouvoir avoir tous les hommes de Versailles. Yolande posa alors un baiser sur sa mâchoire et Malek pût apprécier son parfum étourdissant.

La duchesse s'éloigna alors brusquement, comme pour se contenir, ou l'aguicher encore plus...

-Eh bien, je dois vous dire que vous aviez bien prouver vos propos, Yolande... Mais sachez que je suis assez résistant à la torture... Et à l'amour, ajouta t'il, avec un sourire moqueur.

Il espérait que son visage ne trahisse pas son désir de serrer cette femme si désirable dans ses bras et de sceller le baiser qui en avait été à peine un. Il gardait donc un air badin, semblant s'amuser follement.

Le duc se rapprocha alors de Yolande, comblant la distance qui s'était créé entre les deux. Il posa une main sur la hanche de la dame, appréciant la courbe de celle-ci et frôla son visage de l'autre main. Ses yeux étaient plongés dans ceux de la duchesse, avec une étincelle de défi dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Mer 7 Déc - 18:26

-Eh bien, je dois vous dire que vous aviez bien prouver vos propos, Yolande... Mais sachez que je suis assez résistant à la torture... Et à l'amour

- Ah non ? Vous croyez ? Sincèrement je ne pense pas. Les hommes sont bien trop sensible aux charmes féminins pour s'en passer. Et vous ne faites pas exception.

Je lui lançais un sourire qui provoquerait le plus sage des hommes. Non, bien sûr que je lui faisais envie, l'inverse était impensable. C'était juste qu'il arrivait à se maitriser mieux que les autres hommes qui eux, fonçaient comme des bourrins entre les portes de ma couche. Je souriais en le voyant me regarder. A quoi pensait-il ? Un air badin s'afficha sur son visage et une folle envie de me jeter sur lui apparut.

Malek se rapprocha de moi en quelques pas et m'attrapa par la taille. Hahaha, il était en train de faiblir ! Lui si confiant au début, certains qu'il ne tomberait pas dans mes filets et maintenant il ne pouvait s'empêcher de me toucher. Sa main effleura mon visage et je tressaillis à son touché si doux sur ma peau. Avec un sourire moqueur, je tournais délicatement la tête et l'embrassais. Puis le regardant, une lueur de défi pointait dans ses yeux.

- Eh bien, qu'attendez- vous ?

Lui lançant à mon tour un défi je me collais un peu plus contre lui, mes mains sur son torse et mon visage aussi près du sien que tout à l'heure. Je ne voulais qu'une chose, qu'il m'embrasse. Mon coeur battait à une allure anormale et mon souffle s'accéléra. Je montais sur la pointe des pieds et mis mon front contre le sien.

- Je sais que vous en mourrez d'envie ... faites le !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Jeu 8 Déc - 3:49

Lorsque Malek effleura de sa main la joue de Yolande, il la sentit tressaillir et sourit intérieurement. Ainsi donc, la duchesse n'était pas si indifférente que cela à lui... La duchesse tourna alors sa tête vers lui, ils se retrouvèrent face à face, si près l'un de l'autre, de nouveau. Malek était troublé par cette femme si provocante. Il s'était dit qu'il serait distant avec elle, ne lui montrant point l'effet qu'elle avait sur lui. Mais comment pourrait-il le faire alors qu'elle agissait de la sorte? Et alors, ses douces lèvres se posèrent sur les siennes une fois de plus. Malek apprécia le baiser, mais au lieu de l'air bouleversé, ce qu'il ressentait réellement, qu'il aurait dû avoir, c'est un petit sourire amusé qui se dessina sur ses lèvres.

«- Eh bien, qu'attendez- vous ?», fit Yolande, avec un air de défi.

Qu'attendait Malek? Il voulait simplement s'amuser un peu, faire languir cette femme qui avait toujours tout ce qu'elle désirait. Mais le jeu commençait à être moins amusant, car Malek était réellement très attiré par cette femme.
Comme si ce n'était pas assez, Yolande se colla un peu plus contre lui, Malek sentait ses délicates mains sur son torse, le corps de Yolande pressé contre le sien. Elle se mit alors sur la pointe des pieds, le front contre le sien. Son regard semblait avoir changé, l'étincelle de défi avait disparu. Malek en fut troublé, car il crut remarqué alors un réel désir dans les belles pupilles de la duchesse.

«- Je sais que vous en mourrez d'envie ... faite le !»

Oui, il en mourrait d'envie, mais elle aussi, mais Yolande semblait ne pas vouloir l'avouer. Malek n'avait pas l'intention d'être «l'homme-objet», devinant qu'elle se réjouirait de savoir qu'il avait succombé à la tentation. Il voulait prouver à Yolande qu'elle aussi désirait l'embrasser.

-Et vous, duchesse, le voulez-vous?, fit-il, en murmurant de sa voix grave, son accent suédois plus présent que jamais. Ses yeux étaient rivés à ceux de Yolande et un sourire indéfinissable flottait sur ses lèvres. Il savait qu'il la faisait languir, et cela l'amusait. Mais en même temps, en ce moment, il désirait plus que tout au monde embrasser cette sublime femme qui le tentait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Jeu 8 Déc - 15:12

-Et vous, duchesse, le voulez-vous?

Ce que j'attendais ? Je ne savais pas. Non, mais pourquoi me posait-il cette question ? Elle me mettait mal à l'aise et je n'avais aucune envie de répondre. Il est vrai que je ne savais ce que je voulais exactement ne saurais-ce que pour ma coiffure, mes amies, ma toilette, mes amants .... En fait tout ce que j'avais voulu, je l'avais eu sans forcément penser que c'était cela qui me ferait le plus envie.

Cet homme était décidément décidé à m'embrouiller. Sa voix si grave, à l'accent si présent. Hum ... Non, non et non. Voyons Yolande ressaisis-toi ! Que dirait' on si on découvrait que tu as succombé (je ne voulais même pas parler d'amour) à un homme ? Ta réputation serait ruinée ! Et mon mari ne raterait pas l'occasion de me rappeler toutes ces années de cocufié.

Je n'avais plus la force de me dégager de son emprise. Je voulais partir pour ne pas lui répondre. J'arquais un sourcil, mes soucis ne me causaient pas une ride sur le visage. J'intériorisais tout. Un petit rire moqueur résonna à mes oreilles. Mon rire, j'étais en train de le tromper sur mes sentiments. Personne ne devait savoir, absolument personne. Ma main passa sur sa joue, aussi légèrement qu'une brise d'été. Mes yeux restaient accrochés aux siens.

- Ce que je veux ? Mais voyons c'est pourtant si évident.

Sur ces mots, ma bouche se colla à la sienne. Je l'embrassais d'abord doucement, ayant peur qu'il ne me repousse. Je piquerais surement un fard ou bien je me mettrais dans une colère folle s'il le faisait. Puis avec ma main, je la collais contre sa nuque et l'embrassais avec plus d'ardeur. C'était pourtant étrange, je n'avais jamais ressentit cela pour aucun homme. Je ne l'avais vu que depuis quelques minutes, mais son baiser me faisait l'impression que j'en avais toujours eu besoin. Heureusement pour moi, Malek ne pouvait pas voir les expressions qui défilaient sur mon visage.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Jeu 8 Déc - 18:43

La duchesse arqua alors un sourcil et éclata d'un rire moqueur. Le duc afficha un air surpris. De quoi se moquait-elle ainsi? Certes, son rire était agréable à entendre, si juste et si mélodieux, mais Malek se demandait tout de même pourquoi elle riait ainsi. Yolande effleura alors sa joue de sa main et lui dit:

«- Ce que je veux ? Mais voyons c'est pourtant si évident.»

Bien sûr, avec les femmes tout était toujours évident... Malek retint un soupir. S'il avait eu de la difficulté dans sa vie avec quelque chose, c'était bien de comprendre les femmes. Et elles semblaient toujours croire qu'il pouvait tout deviner. Eh bien c'était totalement faux. Il était toujours dans les brumes avec les femmes.

Yolande posa alors ses douces lèvres contre les siennes, d'abord doucement, comme si elle avait peur de lui. Puis, il sentit sa main assurée sur sa nuque, pour le rapprocher d'elle. Malek lui rendit le baiser avec ardeur, se disant que cette femme était tout simplement délicieuse. Il emprisonna Yolande dans ses bras, sentant son corps un peu plus contre lui. Il sentait un feu ardent à l'intérieur de lui qui le consumait et il lui était impossible de l'éteindre. Mais qu'avait donc Yolande pour le faire sentir ainsi?

Certes, Yolande n'était pas la première femme qui embrassait. Pourtant, la sensation d'extase et d'envie était si présente à l'intérieur de lui, qu'il se sentait comme si c'était son tout premier baiser. Malek commençait sérieusement à se demander ce qui lui avait tombé sur la tête pour qu'il commence à avoir de telles pensées à l'eau de rose, lui qui était si peu romantique. Mais il ne pouvait se le cacher, en ce moment, il sentait cette femme dans la moindre parcelle de son corps.

Malek sourit légèrement et embrassa alors la joue rosée par le baiser, puis le cou si gracieux de la duchesse, pour revenir à sa bouche tellement tentante. En ce moment, ses idées étaient embrouillées et son monde se résumait à cette femme sublime dans ses bras. Il se doutait que cela ne pourrait durer, mais il comptait l'apprécier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Jeu 8 Déc - 20:49

Malek me serrait contre lui, je me sentais bien, comme si ma place avait toujours était là. Je perdais pied, mon coeur continuait à battre plus vite que la normale. Mes joues étaient rouge de plaisir, ce qui me rendait plus jeune que je ne l'étais. Ma main glissa vers sa joue puis vers son torse. Je profitais au maximum, car je savais que cela ne pouvait pas durer. C'était quasiment impossible.

Ses lèvres chaudes contre les miennes me procurait un réel plaisir. Je prolongeais le baiser au maximum, puis ses lèvres quittèrent les miennes pour caresser ma joue et ma joue. J'eus un frisson, que malgré tout j'arrivais à diminuer. Non, je devais me séparer de lui, sinon je ne pourrais me détacher. Je devais absolument lui faire de la peine pour qu'il me déteste. Malgré tout, mes mains s'agrippaient à sa chevelure brune et je l'embrassais avec plus de vigueur.

Mes yeux se fermèrent et je réfléchissais à toute vitesse. Vite, vite, Yolande sors-toi de ce pétrin ! J'arrêtais notre étreinte. Un sourire moqueur flottait sur mes lèvres, mais mes yeux étaient emplis de tristesse et d'envie. Nous devions profiter et non passer tout de suite à l'acte. Il me plaisait, je devais en profiter. Bien, que profiter avait un tout autre sens venant de moi. Mes doigts se posèrent délicatement sur sa bouche, dessinant sa courbe. Mes yeux fixèrent les siens.

- Monsieur, vous qui disiez que vous étiez résistant à l'amour. Vous venez de vous faire séduire comme un débutant !

Mon rire commença tout doucement puis monta et bientôt je ne pus plus m'arrêtait. Un rire gai, mais aussi tinté de tristesse et de désespoir. Je me tenais les côtes des deux mains. Des larmes me montèrent aux yeux. Je fis croire que ce n'était que des larmes de joie, qui venait de par mon rire , mais c'était bien l'inverse. Je me les essuyais avec mon mouchoir et souriait au duc.

- Pardonnais- moi. Je ne devrais pas rire ainsi ...

Je l'étonnais surement et il devait surement pourquoi de changement de situation. Simplement que j'avais peur. Peur de lui, de l'attachement trop important que je pourrais lui porter. J'étais sûr que la prochaine fois que mes lèvres toucheraient les siennes ... je ne pourrais plus m'en défaire. Mais l'envie était toujours, aussi violente qu'avant.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Ven 9 Déc - 0:39

Lorsque Yolande arrêta le baiser, Malek eut un moment avvant de revenir à la réalité. Il sentait encore l'odeur de la jeune femme, la douceur de sa peau, l'empressement de ses baisers... Il devait admettre que la jeune femme savait bien embrasser, mais lui, avait-il eu une quelquonque empreinte dans la mémoire dans la duchesse? À revoir les baisers qu'elle lui avait donné et la façon avec laquelle elle l'avait gardé contre elle, il ne pouvait le nier.

Les yeux de Yolande semblaient avoir réellement de l'envie, mais aussi... Une pointe de tristesse? Malek se demanda alors ce qui attristait tant la duchesse... Il gardait ses yeux rivés au sien, se sentant impuissant à les quitter du regard, c'était totalement au-dessus de ses forces: cette femme l'ensorcelait.

Yolande leva alors le bras vers lui et dessina le contour de ses lèvres, avec un sourire moqueur. Malek lui retourna le sourire, se doutant de ce qu'elle allait dire. Elle ne pouvait le laisser s'en tirer comme cela...

«- Monsieur, vous qui disiez que vous étiez résistant à l'amour. Vous venez de vous faire séduire comme un débutant !»

Malek rit légèrement et embrassa les doigts qui effleurait sa bouche, puis il prit sa main et embrassa sa paume.

-Hmm, à l'amour je crois que je suis tout aussi résistant, à la tentation peut être moins... Et pour ce qui est de la séduction, je dois vous dire, chère duchesse, que vous vous fait prendre autant que moi à ce jeu, fit-il, toujours avec ce petit sourire moqueur et une lueur de désir dans les yeux.

La duchesse se mit alors à rire à ne plus pouvoir s'arrêter. Le duc se figea, ne sachant comment réagir. Mais qui avait-il de si drôle? Peut-être trouvait-elle la situation loufoque... Mais Malek ne comprenait pas pourquoi. Il se dit alors que peut-être c'était l'excès d'émotions qui ressortaient. Après tout, Yolande semblait cacher constamment ses vraies émotions.

«- Pardonnais- moi. Je ne devrais pas rire ainsi ...»

Malek haussa un sourcil et dit:

-En effet... Je ne comprends pas le drôle de la situation, peut-être pourriez-vous m'expliquer, fit-il, d'un air interloqué. C'était la première fois qu'une femme réagissait ainsi après un baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Ven 9 Déc - 17:28

Le rire du jeune duc me fit fondre. Je me sentis tout molle d'un coup, comme si l'on m'avait ôté mes deux jambes . Malgré tout , je tenais le coup et quand il commença à embrasser le dessus de ma main ... je fermais encore une fois les yeux. Si je les gardais ouverts, Dieu seul sait ce qui pourrait arriver ! Je mordais ma lèvre en le regardant, mes yeux le fixant comme s'il était une friandise. Oh, non je commençais à penser comme les hommes ! J'étais en train de tomber bien bas, mais au fond je m'en fichais. Ce qui comptait c'était l'apparence.

-Hmm, à l'amour je crois que je suis tout aussi résistant, à la tentation peut être moins... Et pour ce qui est de la séduction, je dois vous dire, chère duchesse, que vous vous fait prendre autant que moi à ce jeu.


- La tentation est un pêché, y succomber est grave ! Je souris, moqueuse. Personnellement je m'en fichais ..c'est si divertissant ! Malek, il est vrai que je vous ai embrassé, mais sachez que je me conduis ainsi avec tous les hommes. Il est important de leur faire croire qu'ils sont importants à mes yeux, mais le lendemain je les ai déjà oubliés. Je suis sûr que vous vous comportez ainsi auprès de vos admiratrices. La séduction, tout le monde y succombe même la plus prude des demoiselles !

Je riais donc à pleins poumons. A coup sûr je lui faisais peur, c'était évident vu la tête qu'il faisait. J'évitais de croiser ses yeux chocolat pour être la plus crédible possible. Je ne pensais pas la moitié de mes mots, mais l'apparence avant tout ! L'amour était une chose futile et je n'étais en aucun cas amoureuse de cet homme. Il me faisait simplement plus d'effet. Il n'avait pas était le seul d'ailleurs. Tellement de fois on m'avait demandé de m'enfuir avec un galant et à chaque fois j'étais sur le point d'accepter quand mon mari faisait surface. Je l'aimais disons comme un ami, mais cela se limitait à des relations conventionnelles. Rien de bien important en somme.

-En effet... Je ne comprends pas le drôle de la situation, peut-être pourriez-vous m'expliquer ?

- Que je vous explique ... vous me faites rire en vérité. Pensez-vous sincèrement que j'ai quelques sentiments pour vous ? Quelque chose dans vos yeux me dirait que oui ... peut-être que je me trompe après tout ! Mais sachez que ce n'était qu'un jeu .... Il a bien été simple de vous embrasser ! J'ai connu des hommes plus résistants !

Je commençais à dire n'importe quoi. S'il savait pour mes sentiments, j'étais fichue ! Mes sentiments ? Mais de quoi je parlais, moi ? Je n'avais aucune honte si l'on me voyait saoul ou avec un jeunot d'à peine 16 ans ... mais je n'avais pas de sentiments spéciaux pour les hommes ! Juste un désir charnel démesuré ... Je souris à Malek, me retournais et continuais ma route. Non, je n'avais pas l'intention de partir, cela était juste un test pour voir sa réaction.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Ven 9 Déc - 23:59

«- Que je vous explique ... vous me faites rire en vérité. Pensez-vous sincèrement que j'ai quelques sentiments pour vous ? Quelque chose dans vos yeux me dirait que oui ... peut-être que je me trompe après tout ! Mais sachez que ce n'était qu'un jeu .... Il a bien été simple de vous embrasser ! J'ai connu des hommes plus résistants !»

Malek avait retrouvé son air impassible qu'il affectionnait dans les Cours, ne laissant passer aucune émotion. En fait, Yolande l'avait blessé, mais elle avait raison. Il était idiot de croire qu'elle pourrait avoir de quelquonques sentiments pour lui: ils se connaissaient depuis si peu de temps! Lui-même se dit qu'il devait devenir fou d'avoir pensé ne serait-ce qu'une seule seconde que Yolande puisse être plus importante à ses yeux que les autres dames des Cours des pays qu'il visitait.

Mais pourtant... Il lui avait semblé voir une lueur de désir dans le regard de Yolande... un appel silencieux à la tentation. Mais à quoi jouait cette duchesse? Décidémment, les femmes étaient un réel mystère pour lui. Mais il se dit qu'il devait réagir comme Yolande, car après tout, n'était-ce pas cela la Cour? Les hommes badinant avec les femmes, s'amusant de temps à autres, dans un climat de pure frivolité.

À peine Yolande avait-elle dit ces phrases blessantes, qu'elle lui sourit et se retourna. Malek fut surprit par cette réaction, qui lui rapellait étrangement une autre dame de la Cour: la princesse de Rohan. Mais que lui arrivait-il? Il venait à peine d'arriver à Versailles, que déjà il fréquentait deux femmes à la fois. Remarquez que... Cela c'était bien mal terminé avec Victoire, qui l'avait giflé...

Il ne s'était écoulé qu'une fraction de seconde après le départ de Yolande, et Malek avait eu le temps de penser à tout cela. Mais lorsqu'il leva les yeux vers la dame qui s'en allait de lui, il sentit une étrange sensation. Il ne voulait pas la perdre. Il ne voulait pas qu'elle le quitte ainsi, l'oubliant à jamais, comme autant d'hommes qu'elle avait fréquenté.

Cette femme était sûrement une sorcière pour l'avoir enjôlé ainsi, car jamais Malek n'avait resesnti un tel sentiment pour une dame. Et cela l'effrayait grandement. Il pensa alors à la laisser partir, pouvant alors se libérer du malaise qu'il avait à ressentir un attachement trop grand. Mais juste à cette pensée, le rythme du coeur du Suédois s'accéléra. Non, il lui était impossible de la laisser partir.

Il se dit alors que la meilleure solution était de la rattraper, mais en gardant cet air badin que la plupart arborait à Versailles... Faisant comme si rien ne pouvait l'atteindre, même pas cette femme troublante.

C'est ce que le jeune duc fit alors, il parcourut en quelques pas la distance qui séparait les deux jeunes gens et plaça doucement ses mains sur les épaules de Yolande, restant dans son dos. Il apprécia la rondeur, la délicatesse de celles-ci, mais réprima bien vite ses sentiments et les enfouit au plus profond de lui-même.

-Je n'ai jamais pensé que vous aviez de quelquonques sentiments pour moi, ma dame... Mais que vous ayez succombé à mes baisers, je le crois... Il ne fallait que voir l'étincelle dans vos yeux et vos joues rosées pour le deniver. Mais nous venons à peine de nous rencontrer, n'est-ce pas? Comment pourrait-on avoir des sentiments déjà l'un envers l'autre?, fit le Suédois à voix basse, proche de l'oreille de la duchesse.

Malek avait toujours ses mains sur les épaules de Yolande et changea de côté, plaçant sa bouche tout prêt de l'autre oreille.

-Et pour ce que vous avez pu voir dans mes yeux, je crois que vous avez dû halluciner... Jamais je n'oserais prétendre avoir suscité de quelques sentiments dans le coeur d'une femme aussi... appréciée par les hommes de cette Cour...

Malek eut un petit sourire et changea à nouveau de côté, sa bouche tout près de l'oreille de Yolande, murmurant ces mots avec son accent suédois:

- Et pourquoi devrais-je vous résister, duchesse, ce n'est point à vous, les femmes, de nous résister?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Sam 10 Déc - 12:17

Alors que mon regard fixait le fond du couloir et que je continuais à avancer d'un pas régulier, des mains se posèrent sur mes épaules. Je me stoppais donc prenant un grand bol d'air. Ainsi, il m'avait rattrapé, ainsi je contais quelques peu pour lui. Un sourire s'afficha sur mon visage, d'abord un simple sourire heureux, puis vite je le transformais en un rieur.

Sa voix chaude auprès de mon oreille me fit frissonner et je fermais les yeux. Il allait tout bonnement m'avouer quelque chose, me dire qu'il ne voulait pas que je parte ... eh bien non, je me faisais un film pour rien. Il n'y a même pas une heure je me conduisais comme à mon habitude, mais avec Malek je voulais être différente, essayer de lui plaire. Pourquoi ? Pourtant, j'arrivais à faire ma séductrice, mais j'avais bien du mal.

-Je n'ai jamais pensé que vous aviez de quelquonques sentiments pour moi, ma dame... Mais que vous ayez succombé à mes baisers, je le crois... Il ne fallait que voir l'étincelle dans vos yeux et vos joues rosées pour le deniver. Mais nous venons à peine de nous rencontrer, n'est-ce pas? Comment pourrait-on avoir des sentiments déjà l'un envers l'autre?


- Succomber à vos baiser ?! J'émis un rire faux. Cela serait tout bonnement impossible d'avoir des sentiments avec une personne qu'on connait à peine.

Je le regardais en coin puis il vint se positionner vers mon autre oreille. Moi halluciner ? Non mais pour qui se prenait-il ? Je serrais la mâchoire légèrement vexer. Ma main se crispa sur un pan de ma robe. Mes yeux devinrent plus sombre que la normale. C'était un phénomène assez étrange que certaines personnes disaient être de la sorcellerie.

Il revint vers l'oreille précédente et chuchota avec un fort accent suédois. Je remarquais que celui-ci revenait quand le jeune duc était émotionné ? Je ne sais pas si ce mot était le bon, mais je n'avais que lui en tête.

- Et pourquoi devrais-je vous résister, duchesse, ce n'est point à vous, les femmes, de nous résister?

- Croyez vous une minute que je suis comme la moitié des femmes que vous avez connues ? Pourquoi devrions-nous vous résister ? Pour notre réputation ? La mienne est déjà bien entachée et cela ne me dérange point. Je crois bien que sans femmes vous les hommes serez bien embêter ! Mais vous devriez me résister, car je crains fort que votre coeur ne soit en miette quand je vous abandonnerais ....


Je prenais une allure fière, mes épaules bien droites et toujours avec mon sourire moqueur, je tournais la tête vers le duc. Mes lèvres étaient près des siennes. Les battements de mon coeur accélérèrent encore une fois. S'il continuait comme ça, il allait surement s'arrêtait ! Mes yeux le scrutèrent attendant une réaction de sa part.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Lun 12 Déc - 18:23

«- Croyez vous une minute que je suis comme la moitié des femmes que vous avez connues ? Pourquoi devrions-nous vous résister ? Pour notre réputation ? La mienne est déjà bien entachée et cela ne me dérange point. Je crois bien que sans femmes vous les hommes serez bien embêter ! Mais vous devriez me résister, car je crains fort que votre coeur ne soit en miette quand je vous abandonnerais ....»

Yolande se retourna alors, son visage tout près du sien. Malek eut un petit sourire moqueur aux lèvres en entendant la dernière phrase de la duchesse. Comment pouvait-elle être aussi distante et pourtant le tenter en tout temps de la prendre dans ses bras et de l'embrasser? Cette situation était infernale... Mais les pensées de Malek ne parraissaient aucunement dans son visage et même qu'une lueur d'humour se voyait dans son regard.

-Me croyez-vous si faible? Mon coeur est à l'épreuve de tout, je vous rassures, vous semblez tant vous en préoccuper...

Malek effleura la joue de Yolande, d'un doigt et son visage devint sérieux.

-Pour ce qui est de ma réputation, elle n'est pas blanche comme neige non plus. Du moins, en Suède... Mais je ne crains point de la salir. Donc pourquoi continuons-nous à nous priver du privilège de nous amuser un peu? De toute manière, vous serez vite débarrassée de moi, puisque je vais retourner en Suède...

Il disait cela comme si ça ne lui faisait rien de repartir, mais pourquoi éprouvait-il autant le besoin de rester à Versailles, lui qui ne devait être que de passage? Malek regarda la femme qui était si près de lui et un petit sourire éclaira son visage. Yolande était si belle, si envoûtante et pourtant... Si inatteignable. Il ignorait les sentiments qu'il éprouvait en ce moment, mais ce qui était sûr, c'est que pour le moment, il désirait plus que tout embrasser la duchesse et la garder dans ses bras.

Il glissa donc une main dans la nuque de Yolande, appréciant la délicatesse de celle-ci et se rapprochant encore plus de la duchesse, leurs nez se touchant presque. Elle allait certainement dire après qu'il avait céder, qu'il était faible de le faire, mais à quoi bon résister? Le désir de l'embrasser était trop fort et après tout, un baiser de signifiait rien... Mais Malek se retint tout de même, se disant que faire languir la duchesse lui permettrait peut-être d'en connaître plus sur ce qu'elle ressentait face à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Yolande M. de Polignac

«
I am not a prostitute, but just a rose in perdition.
»


Messages : 271
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Dans la plus belle des prisons

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: Duchesse de Polignac et Marquise de Mancini
où en sont les ragots?:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Lun 12 Déc - 19:49

Nos regards se croisèrent plusieurs fois, une lueur d'humour trônait dans le sien. Se moquait-il de moi comme je me moquais de lui ? Cela m'énervais ! Oui, des hommes résistaient, car ils ne voulaient pas déshonorer leurs femmes ou même ne pas m'approcher me comparant à une sorcière, mais se moquer de moi, jamais ! Ma main serra encore plus le morceau de robe qui pendait. Mes yeux toujours aussi sombres devinrent durs et je le fixais, sans un sourire.

-Me croyez-vous si faible? Mon coeur est à l'épreuve de tout, je vous rassures, vous semblez tant vous en préoccuper...


- Je ne vous crois pas faible ... juste insouciant des intrigants de ce pays-ci et des courtisanes avides de pouvoir.

Son doigt passa sur ma joue légèrement poudrée. Je serrais mon autre main plus que fort, jusqu'à ce que cela me fisse mal. Je devais souffrir pour ne pas fondre devant ses yeux. En espérant que ce ne fut qu'une amourette de passage, je devrais a tout pris ne plus le croiser. Car, comme le disait Marie-Antoinette et que je ne pensais pas, j'avais des sentiments pour le duc, ou bien, la réaction la plus concrète, je désirais absolument qu'il rentre dans mon lit.

-Pour ce qui est de ma réputation, elle n'est pas blanche comme neige non plus. Du moins, en Suède... Mais je ne crains point de la salir. Donc pourquoi continuons-nous à nous priver du privilège de nous amuser un peu? De toute manière, vous serez vite débarrassée de moi, puisque je vais retourner en Suède...


- Oui, pourquoi-donc ?

Ainsi, il allait retourner en Suède ? Il venait à peine d'arriver ... A moins que ce ne soit qu'un futile mensonge pour que je m'accroche à lui comme une désespéré ? Eh bien c'était loupé ! Je n'étais pas du genre à m'accrocher à un homme en particulier. Mais, Malek avait raison sur un point ; rien ne nous empêchais ce nous amuser un peu. Je me décontractais donc, mes yeux redevinrent noisette et un sourire enjôleur éclaira mon visage.

Sa main se glissa sur ma nuque si fine. Je me laissais faire trop tenté pour résister. Je me serrais contre lui, passant mes bras autour de son cou. Nos visages étaient si proches que j'aurais pu n'en faire qu'une bouché. Il ne faisait rien ..qu'attendait-il ? Que ça soit qui le fasse ? Je riais intérieurement. Oui, je pouvais le faire, je le faisais avec les autres, mais pas avec lui. Et puis le désir redoublait quand le jeu était plus long.

Je l'embrassais donc à la commissure de sa lèvre, me dirigeant avec délicatesse vers sa pommette saillante. Je ne faisais que passer mes lèvres, rien de plus, parfois je déposais un ou deux baisers, mais ça n'allait pas plus loin. Je descendais vers sa mâchoire puis chuchotais d'une voix suave à son oreille.

- Amusons-nous ...

Un petit rire s'échappa de mes lèvres écarlates.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
What the Hell ? You say that I'm messing with your head. All 'cause I was making out with your friend. Love hurts whether it's right or wrong.I can't stop 'cause I'm having too much fun. You're on your knees, begging please, stay with me. But honestly I just need to be a little crazy. All my life I've been good, but now. I am thinking. All I want is to mess around.And I don't really care about. If you love me. If you hate me. You can't save me. Baby, baby. All my life I've been good, but now. aeromonster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ Malek von Strömstad

«»


Messages : 112
Date d'inscription : 28/11/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang:
où en sont les ragots?:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   Lun 12 Déc - 20:21

Les yeux de la duchesse devinrent si sombres que Malek se demanda un instant ce qui l'avait autant choqué. Peut-être était-ce son attitude envers elle, mais elle l'avait traité de la même façon depuis le début, alors pourquoi ne pourrait-il pas faire de même? Puis, Yolande lui demanda pourquoi il devrait retourner en Suède. Malek lui répondit alors:

-Eh bien, j'ai mon domaine là-bas et les affaires pressent. Mais je resterai jusqu'à Noël, je ne veux pas manquer le merveilleux bal!Et puis, depuis le moment où je suis arrivé, je savais que je n'allais pas rester très longtemps. Il serait totalement..., le duc chercha le mot un instant, ne l'ayant que dans sa langue natale, puis finis par le trouver, Irresponsable de laisser mes affaires ainsi sans aucune surveillance.

Yolande glissa alors ses bras autour de son cou, leurs visages si proches l'un de l'autre. Les lèvres de la duchesse se déposèrent alors tout près des siennes, mais pas assez pour les toucher et la duchesse effleura ainsi sa peau de ses lèvres, elle ne s'arrêta que pour murmura, d'une voix qui fit tomber toutes les barrières du duc:

«-Amusons-nous...», puis elle ria légèrement.

Malek n'arrivait même plus à penser devant le comportement de la duchesse. Ses sens étaient en alerte et la température de son corps semblait avoir monté en flèche. Il glissa alors ses bras autour de la fine taille de Yolande et l'embrassa doucement dans le cou et remonta vers son oreille, lui mordillant légèrement le lobe d'oreille.

-Si vous voulez jouer à cela..., murmura le duc, d'une voix profonde. Ainsi donc, elle semblait vouloir le faire languir, tout comme lui envers elle. Le jeu ne sera que plus amusant. Il comptait bien faire fondre Yolande dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ Contenu sponsorisé

«»



MessageSujet: Re: Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre plaisante dans les couloirs de Versailles (PV Yolande de Polignac)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» Chassé-croisé et potins de couloirs.
» ça se bouscule dans les couloirs (PV Charlie)
» Bousculade dans les couloirs [LIBRE]
» Une rousse armurée flane dans les couloirs du Louvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Versailles ::  Les Couloirs-