Marie Antoinette , le printemps du règne
Bienvenue sur "Marie Antoinette, le printemps du règne" Connectez vous!


Louis XV est mort. Marie Antoinette jeune dauphine devient la reine de France...C'est le printemps du règne...
Nouveauté : Une intrigue a été lancée. Inscrivez vous pour y participer!
"Marie Antoinette le printemps du règne" vous souhaite la bienvenue!
N'hésitez pas à faire un tour dans la penderie du forum. De nombreux pré-définis : le comte d'Artois, Anne de Noailles,...
LE FORUM A UN AN!!! Pleins de nouveautés pour cet anniversaire!
Une battle rp c'est quoi? C'est LA nouveauté du forum. En savoir plus dans els décrets royaux!
NOUS RECHERCHONS UN JOUEURPOUR LOUIS XVI. important pour la suite
forum fermé
rendez-vous sur http://marieantoinetterpg.forumactif.org/

Partagez | 
 

 La fin de long mois ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ϟ Marie T de Sardaigne

«♣ The Most Happy ♣»


Messages : 435
Date d'inscription : 04/06/2011

Précieuses Ridicules
Jukebox:
Rang: princesse , duchesse d'artois
où en sont les ragots?:
9/10  (9/10)

MessageSujet: La fin de long mois ...   Mar 23 Aoû - 11:45

MARIE était dans ses appartements L’appartement lui parait si maussade, si mort et cela chaque moment passés où elle ne le vois, où elle ne peux lui faire de gâteries ,où elle ne peux lui prouver qu' elle l’aime. Autour d'elle ,des meubles, usés et vieux pour la plupart, se détachent d’un mur avec des peintures de couleur ambre décorés par des fleurs…et puis ce lit…celui où elle a connu ses premiers émois amoureux, celui où elle a donné tant d'elle-même à ce grand homme qui est certes le plus beau à ses yeux mais aussi Charles y, un homme si bon, si généreux, si attrayant, si doux…Elle se déplacait vers mon lit , s’y assis et caressa ces draps où tant de bons souvenirs y sont ancrés . Pourtant elle ne tarde pas à changer de pensées, l’impatience la rongeant dans tout son être et se posant des questions ….Que va-t-il faire d'elle ou de l’enfant ?ou pire encore …L’aimera-t-il encore ?Voilà ce qu'elle craint !!Elle l’aime plus que tout être vivant de cette Terre, elle se tuerai s’il lui le demandait, en bref elle sétait prête à tout pour lui et pour avoir son amour…Ah son amour !!Le plus beau et le plus charmant existant, le plus fougueux et le plus tendre à la fois, celui que l’on rêverai de posséder ne serai-ce pour une journée et que, elle, elle a eu la chance de connaître depuis un certain temps…Que peut-elle faire pour le garder!!!

Soudain une douleur intense la fit se recroqueviller sur son lit. Alors qu'elle sentait des contractions dans le bas du ventre, elle sentit un liquide se répandre sur ses cuisses...Elle sut alors que le travail avait commencé!!!
Marie s’accrocha au drap et commence à crier jusqu'à ce que les dames de sa suite arrive ainsi que les sages femmes .
Autour d’elle tout s’accélérer , l’eau bouillait tandis que la futur mère écoutait les conseils des matrones en criant
-AH j’ai mal

La journée promettait d'être longue ...
Ses contractions la faisaient souffrir de plus en plus et un grand désespoir commença à s'installer dans sa tête. Pourtant sa crainte fut éliminée alors qu'elle vit entrer quelques instants plus tard une des sage-femmes , Héloïse et une jeune femme qui devait être la bonne d'Héloïse....
Alors elle vit les femmes s'affairer autour d'elle pendant qu'elle continuait à souffrir...Cependant un poids s'était levé de son cœur.
Si c'était une fille ? Oh la cour entière se moquerai d'elle pour sur mais un fils ;.. Cette pensée donna du courage à la comtesse . Un petit garçon !Elle serai la reine de la cour pour un certain moment , mère de l'héritier du trône , étant devenue la seule femme bourbon fertile . Oui une terre fertile comme la France .De plus cette naissance lui attacherait Charles pour un moment surpassant les maitresses.
Servante : Calmez-vous… calmez-vous… courage.
Sage femme : Laissez-moi regarder maintenant. Respirez profondément, Votre Majesté. Bien.
Marie ne parlait plus se contentant d'écouter
Sage femme : Il faut pousser. Tous les 4 doigts. Bien, Votre Majesté
Un cri se faisait entendre. Un cri qui résonnait dans l'immense bâtisse. Un bâtiment somptueux, digne du rang de ses propriétaires. Le manoir s'étendait sur plus de 1500 mètres carrés, sans compter les hectares de domaine qui l'environnait. Mais rien n'était trop beau pour la famille . Et ils vivaient comme les aristocrates qu'ils étaient. Quand on a les moyens de ses ambitions, ce n'est guère un problème. En cette soirée donc, le manoir résonne des cris d'une femme. Une femme qui n'est autre que la comtesse Pour une fois dans sa vie, elle n'est plus un titre, un rang, c'est juste une femme qui souffre des douleurs de l'enfantement. Les dames de chambre se pressent autour d'elle, lui tenant la main tandis que la sage-femme guide ses efforts pour la délivrance.
Elle avait mal comme chaque future mère lors de la première délivrance mais puisa du courage en sa mère . Celle-ci avait mis au monde douze enfants alors pourquoi par elle.
Puis le souvenir de la comtesse passa à sa nuit de noce où âgée de 16 ans , la peur lui avait empli le cœur avant le bonheur du matin
Marie resserra les dents quand Battistinna arriva . La princesse de France ne put même pas lui parler tellement l’angoisse la submergeait . Celle-ci lui mouilla son visage tout blanc et à la fois rose , où la transpiration se mélangeait avec les larmes coulant de ses yeux .
Chutt, tout va bien se passer .... Soufflez ...
Sans un mot , la jeune femme exécutez les ordres que l’on lui donner . Ses forces semblait la quittait et en même temps une sorte de courage naissait en elle .
Allez madame courage ..... Vous avez déjà vu pire il me semble.

Elle s’agrippa à sa main tandis qu’une autre dame remettait t derrière elle le cousin . Se dont Marie avait peur était que l’enfant ne survivent pas ; Bon nombre d’enfants étaient mort né mais la savoyarde pensait que ceci serai une malédiction pour elle . Ses cheveux frisait autour de sa tête . Son visage était à la fois celui d’une femme ayant mal mais avait quelque chose de divin et semblait rajeunir . Dans sa tête son enfance semblait venir et repartir . Elle se voyait à Turin dans les jardins couvrirent après les chiens suivit de sa gouvernante entourée de ses frères et sœurs . Elle revoyait la reine sa mère siégeant d’égal à égal avec son père . Sa famille lui manquait dans de tel moment mais la était le rôle et la vie de ces filles .
La comtesse se souvenait encore des naissances de ces cadets , le bruit de sa mère dans la pièce d’a côté et faisait aujourd’hui à faire comme elle .
-Ahh
Jamais elle n’avait eu aussi mal et les quartes heures qui venaient de se passer lui en paraissait une année
-Je vous en prie, Madame . N’abandonnez pas. S’il vous plait, pour l’amour de Jésus, n’abandonnez pas !
Ces mot la mirent en colère . Oui tient où était dieu en se moment ! Il l’aidait à sa non !
Servante : Il arrive Votre altesse il arrive. Poussez. Poussez !
Dans un dernier souffle le plus puissant de tous , Marie hurla se cramponnant au dames comme toujours . Ses veines ressortaient de son visage tandis qu’elle serrait les dents puis se mordu la lèvre avant de crier une nouvelle fois .
-aaaaaaa
Soudain elle sentit une chose sortir d’elle tandis qu’elle balança sa tête en arrière sur son cousin , fatiguée et vidée par plus de cinq heures de travail .

Des halètements, des râles. Et soudain, un cri. Un cri strident, vivant. De petits poumons avalent goulûment l'air, avide d'oxygène. De vie. La femme étendue dans le lit a les traits tirés, la mine pâle. Mais un maigre sourire inquiet étire ses lèvres. La sage-femme enveloppe délicatement le nouveau-né dans des langes. La mère se redresse, visiblement tendue. Sa voix fatiguée résonne alors :
-Alors demanda t’elle d’une voix pleine d’espérance voulant s’assurer de la santé de son enfant
Elle sourit lorsqu’elle vit le visage radieux de l’assemblée
-C’est un beau et gros garçon votre grâce , un fils que vous venez de donner à la maison d’Artois
La nouvelle mère se mit à pleurer de joie , laissant passer ses angoisses pour le bonheur qui la submergeait à la place
-Allez en informer mon époux dit t’elle la voix pleine de fierté
La sage-femme disparaît après avoir déposé doucement le bébé dans son landeau prévu à cet effet.
Elle devait se reposer et ferma légèrement les yeux durant quelques minutes reprenant son souffle . Cette maternité l’avait changée , elle le savait . Son caractère , son corps d’enfant , de jeune fille avait disparu laissant celui de la femme qu’elle était prendre la place
-Donnez moi mon fils
Elle se saisit du bébé qui ressemblait dans ses langes à une chrysalide . Les paupières clause , la bouche à demi entre ouverte , le teint frais , celui-ci était si beau qu’elle ne pu s’empêcher de l’embrasser et de murmurer
-Mon Louis –Antoine


5 queen Mais au fait à partir que quand al reine donne t'elle enfin un enfant à la France ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La fin de long mois ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» SISSI croisée caniche bichon 6 mois DOUAI (59) ADOPTEE
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» MOIS DE GLACE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marie Antoinette , le printemps du règne :: Versailles :: Les Appartements :: ♦Appartement de Marie de Sardaigne-